Critique > Zombillénium est de retour avec un quatrième tome qui frappe très fort
Critique

Zombillénium est de retour avec un quatrième tome qui frappe très fort

Franco-belge Le 26 nov
1
par LiseF
Zombillénium est de retour avec un quatrième tome qui frappe très fort

L’avis de LiseF8

On a aimé • Des personnages hyper expressifs • Un scénario palpitant • De nouveaux protagonistes passionnants
On a moins aimé • Une fin extrêmement frustrante

C'est en 2010 que débutait chez Dupuis l'aventure Zombillénium. Depuis la sortie du troisième volume, les fans se languissaient d'une suite, forcés d'attendre puisqu'Arthur de Pins était plongé dans la réalisation du film animé adapté de la BD. Et l'attente est terminée : le quatrième tome et sorti le 23 novembre dernier ! L'incubation a semble-t-il eu du bon, puisque ce nouveau volume est bourré d'action, de nouveaux personnages qui déchirent, et d'humour soigneusement barré.

C'est le bazar à Zombillénium

Si les tomes 1 et 2 étaient relativement indépendants, le troisième volume apportait une histoire plus dense et plus suivie, qu'on suivait avec plus d'avidité. Attention, à partir de là je vais spoiler les tomes précédents, ne lisez donc pas ceci si vous n'êtes pas à jour ! Dans le troisième volume de la série, Jaggar, un vampire des plus sinistres, vient "épauler" Francis pour l'aider à rendre le parc plus rentable. Bien évidemment, ce n'est qu'une tactique de Behemoth pour adopter une stratégie plus agressive... Et ce n'est pas qu'une façon de parler ! En effet, rapidement Jaggar autorise les employés du parc à tuer les visiteurs.

Il n'a jamais fait très bon vivre à Zombillénium (ni même mourir d'ailleurs), mais face à cette situation de plus en plus catastrophique, la résistance s'organise. Dans le quatrième tome, GretchenAurélien et Francis aident les employés à fuir le parc pour trouver le salut. Mais Behemoth n'est pas dupe et il a un nouvel atout dans sa manche : Charlotte Hawkins, sorcière de haut niveau.

Une situation plus tendue que jamais

Dès la révélation de la couverture, ce quatrième tome m'avait intriguée. Le look soigneusement pensé de Charlotte, avec ses multiples tatouages, ses tresses et ses piercings, donnait aussitôt envie de connaître son histoire. Et en effet, ce nouveau personnage s'est révélé être une épreuve de taille pour Gretchen, pourtant très douée quand il s'agit de jeter des sorts.

L'apparition de ce nouveau personnage joue beaucoup dans la qualité de ce quatrième tome, mais ce n'est pas tout. À l'occasion de cette sortie j'ai relu toute la série, et je trouve qu'on distingue une nette amélioration, tant sur les graphismes que sur le scénario. L'histoire est plus pointue, de mieux en mieux construite, et les gags me font mourir de rire.

Graphiquement, Arthur de Pins se fait de plus en plus plaisir. Les partisans de la vieille école fustigeront son style entièrement numérique : certes, il était peut-être un peu trop épuré dans les tomes 1 et 2. Mais plus le temps passe et plus l'auteur s'amuse avec l'outil, nous offrant des pleines pages sublimes et soignant ses ambiances. Les personnages sont hyper expressif, participant aussi au comique des situations. Dans ce volume, l'auteur parvient à la fois à être drôle mais aussi très accrocheur. Les tomes se suivent de très près désormais, et celui-ci se termine avec un cliffhanger qui nous oblige à attendre la suite avec impatience. Les enjeux sont réels et nous font craindre pour la vie de nos protagonistes préférés.

Chapeau à Arthur de Pins, qui revient donc avec un quatrième tome aux petits oignons : le dessin est meilleur de volumes en volumes, les blagues font mouche et l'histoire est devenue carrément palpitante. Vous hésitiez à commencer Zombillénium ? Foncez, vous ne serez pas déçus. Ce nouveau tome est disponible chez Dupuis au prix de 14,50 euros.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?