Critique > Avril et le monde truqué, la critique
Critique

Avril et le monde truqué, la critique

Général Le 05 nov 2015
1
par JiBé
Avril et le monde truqué, la critique

L’avis de JiBé8

On a aimé • La qualité de l'animation • L'univers visuel et sonore • Le message écologique
On a moins aimé • Certains dialogues qui tombent à plat • Un casting pas toujours au top

Récompensé par le prestigieux Cristal du meilleur long métrage lors de la dernière édition du festival international du film d'animation d'Annecy puis projeté plusieurs fois lors de la Fête du Cinema d'Animation, Avril et le monde truqué arrive enfin dans nos salles pour notre plus grand plaisir. Orchestré par les équipes à l'origine de Persepolis qui, cette fois, se sont alliées à Jacques Tardi, Avril et le monde truqué nous offre un splendide voyage dans le Paris des années 40 revisité pour l'occasion en une magnifique uchronie steampunk.

Napoléon Dynamite

Modifiant l'histoire de France à partir du Second Empire et du règne de Napoléon III, le film nous place dans un monde où les plus grands scientifiques de la planète disparaissent les uns à la suite des autres ce qui a pour effet de ralentir les progrès technologiques d'une humanité condamnée à rester à l'age de la vapeur. Dans ce monde sans électricité ni pétrole où Europe et Amérique se livrent une guerre pour le contrôle des derniers grands espaces verts nous allons faire la connaissance d'Avril Franklin, fille d'une version fantasmée de Pierre et Marie Curie. Rapidement séparée de ses parents suite à un étrange phénomène; la jeune Avril, accompagnée de son chat parlant (seul réussite des expériences paternelles), de son grand-père et de Julius (un voyou à la petite semaine), va devoir échapper à la police française et à un mystérieux nuage électrique tout en terminant les recherches de ses parents pour tenter de mettre au point ce fameux sérum ultime capable d'offrir l'invulnérabilité à quiconque le boirait. On a connu des TP de chimie plus facile.

Menu vapeur

Véritable ode au travail de Jacques Tardi chaque promenade d'Avril dans la ville lumière est un vrai enchantement et c'est un plaisir de voguer dans ce monde truqué malgré son coté terne, froid et pollué. Ce plaisir est en grande partie dû à la qualité d'animation du film qui est tout bonnement incroyable, et cela fait longtemps que je n'avais pas vu un film d'animation aussi sincèrement "beau". D'une richesse visuelle incroyable, chaque plan fourmille de détails qui rendent l'ensemble vivant et cohérent. Un autre tour de force graphique du film réside dans l'utilisation des couleurs qui, par petites touche,s viennent contrebalancer la grisaille ambiante du film avant d’éclater magnifiquement devant nos yeux dans un final de toute beauté. En plus d'en prendre plein les yeux, le film nous en met aussi plein les oreilles grâce à un excellent sound design qui retranscrit parfaitement le vacarme de ce monde où le moindre mécanisme est activé par une chaudière et des milliers d'engrenages et de roues crantées.

From Paris with Steam

On aurait aimé que la minutie appliquée à la création visuelle et sonore de l'univers soit également appliquée à l'écriture du scénario car ce dernier bien qu'agréable n'arrive jamais vraiment à surprendre, le spectateur un peu attentif aura vite fait de deviner le dénouement des scènes clés du film tant certaines passages d'expositions se révèlent grossiers. De plus, il arrive que certaines lignes de dialogues tombent un peu à plat d'autant que le doublage n'est pas toujours convaincant. Si Marion Cotillard avec sa gouaille parisienne s'en sort avec les honneurs, on regrettera un Jean Rochefort parfois en mode « automatique » et des rôles secondaires, qui bien qu'interprétés par des acteurs de renoms, prouvent encore une fois que comédien de doublage est un métier à part entière. Mention particulière toutefois pour Philippe Katerine qui est impeccable dans le rôle de Darwin le chat.

D'une qualité d'animation rare accompagnée d'un scénario efficace dont la portée du message écologique et les reflexions sur l'utilisation de la science n'ont rien à envier aux meilleurs productions du Studio Ghibli, Avril et le monde truqué est une vraie aventure visuelle qui mérite de se vivre pleinement sur grand écran. Et si vous en voulez (toujours) plus, une exposition dédiée au film a lieu en ce moment au musée des Arts et Métiers à Paris.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?