Critique > Au fil de l'eau, la critique
Critique

Au fil de l'eau, la critique

Manga Le 17 mars 2016
0
par Elsa
Au fil de l'eau, la critique

L’avis de Elsa8

On a aimé • La douceur du dessin • La subtilité du récit • La tendresse
On a moins aimé • Pour ceux qui aiment les histoires très contemplatives

Après le remarqué La Ritournelle, l'éditeur Komikku publie un autre titre de Aoi Ikebe : Au fil de l'eau.

Fermer les yeux.

© 2013 Aoi Ikebe (AKITASHOTEN) 

La vie s'avère parfois difficile, semée d'embuches, de douleurs et de désillusions. Pourtant, même quand tout n'est pas rose, il suffit d'un rien, de fermer les yeux un instant, pour se mettre à rêver.

Au fil de l'eau prend place aux abords d'une rivière où les déchets s'amassent tant que la mauvaise odeur colle aux vêtements de ceux qui s'en approchent. Pourtant, une vieille dame vient chaque jour s'assoir sur un banc près du rivage. Son voisin, un homme seul, travaille d'arrache pied à l'usine. Et dans l'appartement vacant, une mère et son fils emménagent. D'autres personnages encore passent parfois, ou souvent, devant la vieille dame, ignorant tout du monde merveilleux dissimulé derrière ses yeux clôt.

Délicatesse.

Avec une infinie poésie, Aoi Ikebe entremêle la vraie vie aux rêveries des uns et des autres. Elles sont parfaitement intégrées au fil du récit, sans réelle démarcation. Parfois les rêves d'un personnage s'étendent sur plusieurs pages, ou bien nous sont murmurés le temps de quelques cases. Si beaucoup fuient comme la peste ce bout de rivière, il y règne pourtant une atmosphère pleine de douceur et de sérénité. Car plus que l'odeur pestilentielle, ce sont les caractères de ceux qui vivent-là qui font véritablement le lieu. Chacun à sa manière puise dans son univers intérieur pour trouver la paix. 

Et puis parfois, sans même que l'ils ne le réalisent vraiment, les rêves des uns et des autres, les bonheurs qu'ils dissimulent en eux, se croisent et éclaboussent de lumière ceux qui partagent ces rencontres minuscules. Les rêveries de la vieille dame sont peuplées de littérature occidentale, tout droit venue du XIXème siècle, où des jeunes femmes de bonnes familles mènent une vie oisive et paisible dans leur demeure. L'auteure mélange ainsi avec beaucoup de talent une narration très japonaise, tranquille et contemplative, à une atmosphère empreinte d'un charme surannée, bien plus européenne. Des influences que l'on pouvait d'ailleurs également percevoir dans La Ritournelle.

Il ne se passe pas grand chose dans ce manga. Ou plutôt, ces choses ne nous sont pas vraiment racontées. Aoi Ikebe attire malicieusement notre regard vers des indices, des petits bouts de scène, et nous laisse reconstituer les histoires et les destins des personnages qui traversent ses pages. Ce sont des petits instantanés de vie, un peu naïfs, tout doux, qui viennent apporter de la chaleur dans un quotidien morose, voir difficile. C'est aussi une invitation à observer d'un autre oeil ceux qui nous entourent, que l'on ne voit même plus tant ils font partie du décor de notre vie. Car en chacun, il existe des mondes intérieurs invisibles et pourtant merveilleux, qui pourraient nous apporter beaucoup de choses si l'on s'en approchait.

Le récit, très contemplatif et doux, est incroyablement apaisant, et parfaitement servi par le dessin rond et délicat de l'auteure. En quelques traits, avec des décors souvent très simples, elle insuffle la vie à ses pages, et donne naissance à des ambiances très réussies. Le trait naïf confère un charme enfantin à l'ensemble, comme une petite touche espiègle. Il y a beaucoup de sensibilité dans ce récit, et chez cette auteure qui parvient, avec quelques regards et beaucoup de silence, à nous raconter les jolies choses qui se cachent dans le coeur de ses personnages, les subtiles variations que provoque sur eux la vie.

Au fil de l'eau ne raconte pas de grande histoire, mais des petits bouts de vie. Des petits moments tristes et doux, subtiles et touchants, qui deviennent beaux sous la plume de l'auteure. C'est une invitation à rêver, à explorer son propre monde intérieur sans jamais sous-estimer celui qui se cache dans le coeur de tous ceux qui nous entourent.

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
Au fil de l'eau
Au fil de l'eau Au fil de l'eau 2016
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?