Critique > Beastars : un manga qui démarre férocement fort
Critique

Beastars : un manga qui démarre férocement fort

Manga Le 29 jan 2019
2
par LiseF
Beastars : un manga qui démarre férocement fort

L’avis de LiseF8

On a aimé • La psychologie des personnages est très travaillée • Des dessins animaliers à tomber par terre
On a moins aimé • L'histoire du lama mort passe vite à la trappe

C'est la semaine dernière, à l'occasion du lancement du festival d'Angoulême, que sont sortis les deux premiers tomes de Beastars. Le manga de Paru Itagaki a déjà remporté un franc succès au Japon, couronné aux Manga Taisho Awards mais aussi au Prix Tezuka dans la catégorie nouveaux créateurs. Bref, je découvrais la série avec pas mal d'exigences ! Et heureusement, je n'ai pas été déçue DU TOUT.

La fureur gronde à l'institut Cherryton

Dans Beastars nous suivons l'histoire de Legoshi, un grand loup gris dans un monde d'animaux anthropomorphes. Sur le campus de Cherryton, les règles sont très strictes pour que toutes les espèces puissent vivre en harmonie. Les végétariens et les carnivores vivent dans des dortoirs séparés afin d'éviter toute tentation. Mais cet équilibre ne tient qu'à un fil, et menace de s'effondrer lorsque le lama Tem est retrouvé assassiné dans le gymnase. Tout le monde soupçonne Legoshi, qui était son meilleur ami...

Sauf qu'en fait, ils sont bien peu à connaître Legoshi. Le grand loup gris est l'un des carnivores les plus impressionnants de l'école, pourtant dans sa poitrine bat le coeur d'un petit animal effrayé. C'est qu'il est difficile de dépasser tout le monde de trois têtes : chacun attend de vous que vous soyiez fort, menaçant, imposant. Dans le club de théâtre de l'école, Legoshi s'occupe des lumières et c'est un rôle qui lui va très bien : derrière ses projecteurs, personne ne le regarde. Pourtant il est le centre de l'attention de Louis le cerf, vedette du club de théâtre et de l'école toute entière.

Legoshi, le timide grand loup gris

Si le meurtre de Tem est un point de départ pour mettre en avant les tensions qui règnent au sein de l'école, ce n'est pas là le sujet principal de ces deux premiers tomes de Beastars. C'est toute la psychologie des personnages qui est développée au fil des pages, à commencer par celle de Legoshi. Le grand loup gris est piégé dans son corps, trop menacant, trop immense, trop tout. Il fait face à des attentes qui ne lui correspondent pas, et cette situation fera écho d'une certaine façon dans la tête de tous les lecteurs.

Paru Itagaki parvient à développer la psychologie de plusieurs personnages, sans que la série soit lourde pour autant. Ainsi, on plonge aussi dans le cerveau de Louis, ce grand cerf qui est lui aussi la cible de beaucoup d'attentes. Il doit être majestueux, autoritaire, c'est le roi de la forêt. Louis fait tout ce qu'il peut pour correspondre à ces attentes et semble y parvenir. Mais quand il se blesse au cours d'une répétition, son image de perfection commence à se craqueller...

On sent que Paru Itagaki a à coeur de développer un univers et des personnages soignés. Rencontrée au festival d'Angoulême, l'autrice nous expliquait qu'elle construisait cet univers depuis toute petite, aussi bien graphiquement que scénaristiquement. Elle va jusqu'à porter un masque lors de ses apparitions en publique, pour éviter de donner à ses lecteurs une image nouvelle.

Pas de doute, ces deux premiers tomes de Beastars valent le détour : comme une sorte de Zootopie en plus cruel, la société créée par Paru Itagaki est constamment tiraillée par les questionnements primaires qui animent ses protagonistes. La suite s'annonce plus crue et plus sanglante, changeant relativement de registre. J'ai donc hâte de voir ce que ça donne, en attendant les deux premiers volumes sont disponibles au prix de 6,90 euros l'un chez Ki-oon !

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?