Critique > Cavale vers les Étoiles, la critique
Critique

Cavale vers les Étoiles, la critique

Manga Le 05 sept
0
par Republ33k
Cavale vers les Étoiles, la critique

L’avis de Republ33k6

On a aimé • Deux personnages attachants • Un univers très chouette • Quelques moments forts
On a moins aimé • Des longueurs • Une intrigue qui s’essouffle • Des planches manquant parfois de lisibilité

En cette rentrée, Casterman enrichit sa collection de mangas, Sakka, déjà composéee de L'Habitant de l'Infini, d'un nouveau titre fort en rebondissements : Cavale vers les Étoiles.

Signé par Ryôma Nomura au scénario comme aux dessins, cette œuvre de science-fiction vous présente la gigantesque fuite en avant de Kinu, une jeune fille née dans un laboratoire, qui se retrouve pris entre les feux d'un monde dominé par la couronne britannique, contrôlant la population à l'aide d'implants cybernétiques, et les révolutionnaires soutenant les habitants de la planète Mars. Tout un programme, qui d'emblée, pose un univers riche.

Les fans de SF trouveront ainsi dans ce one-shot des designs intrigants, qui font bon usage de la diégèse du récit, bourré de personnages modifiés par des membres mécaniques et d'engins en tout genre. Le coup de crayon de Nomura, associé à sa façon assez intelligente de distiller l'exposition dans les dialogues, pose ainsi une ambiance semblable à un Blade Runner militarisé.

Mais rassurez-vous, si l'atmosphère est pesante, l'auteur la nuance assez bien à l'aide de ces deux personnages principaux. La petite Kinu, à la puissance démesurée, s'inscrit en effet dans la lignée des fillettes tueuses mais attachantes, que nombre de fans de culture pop' apprécient. De son côté, Roku, une vendeuse de nouilles embarquée dans l'aventure, amène un peu de fraîcheur et de légereté  tout en suivant un arc narratif assez poignant.

Et assurément, l'univers et les deux personnages présentés sont les plus grandes qualités de ce one-shot, qui s'essouffle hélas au fil des pages. Plutôt long, le récit de Nomura a en effet le temps d'installer un vrai mystère autour des origines de Kinu et des habitants de la planète Mars, qui n'aura hélas rien d'orginal plus de 300 pages plus tard.

La destination n'étant pas aussi remarquable qu'on l'aurait souhaité, on se console sur le voyage, plein d'antagonistes hauts en couleurs et de concepts assez accrocheurs. Mais cela ne suffit pas toujours à combler les creux de l'intrigue, qui donne parfois l'impression de ralentir artificiellement, juste pour rendre une scène d'action plus spectaculaire.

Et si du côté bagarre, nous sommes servis, on ne peut pas dire que la composition de de Ryôma Nomura est irréprochable. Certaines scènes d'actions sont ainsi très difficile à suivre, et une fois le trait granuleux de l'auteur posé sur les planches, on a parfois du mal à comprendre ce qui se passe. En somme, si la fuite en avant plutôt bien tenue de l'auteur nous offrira quelques moments forts, ils manquent parfois de lisibilité.

Intriguant à ses débuts, un peu trop commun à sa conclusion et pas toujours consistant entre les deux, Cavale vers les Étoiles et un récit qu'il convient de recommander aux amateurs de science-fiction avant tout, tant l'œuvre de Ryôma Nomura brille plus par ses concepts - visuels et narratifs - que par son récit, finalement un poil trop classique.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?