Critique > Détonations tome 1 : Quand on donne un flingue à un enfant
Critique

Détonations tome 1 : Quand on donne un flingue à un enfant

Manga Le 24 dec 2018
0
par La rédac
Détonations tome 1 : Quand on donne un flingue à un enfant

L’avis de La rédac7

On a aimé • Le dynamisme • Un (anti)héros plein de défauts • Un personnage transgenre intriguant • Le scénario qui nous surprend • La violence gratuite
On a moins aimé • La couverture vraiment moche • Une traduction française douteuse

Le vieil homme est allongé dans son lit. Tatami en paille de riz sur le sol, du vent par la fenêtre. Il attrape une balle de tennis qu'il fait rebondir contre le mur pour appeler son voisin. Satoru vit dans l'appartement mitoyen. C'est un adolescent naïf et lâche qui s'ennuie et rêve de violence. Genji Segawa est un ancien yakuza. Il lui raconte les histoires de son passé à l'occasion des visites de l'infirmier. Car M. Segawa est gravement malade, il n'en a plus pour longtemps. Il demande à Satoru de mettre fin à ses souffrances en échange du paquet qui se trouve dans l'armoire. Ce que contient ce paquet pourrait complètement changer la vie du garçon, mais aussi l'entraîner dans l'univers sans pitié des criminels japonais.

L'empire glorieux des samouraïs a laissé la place à un Japon lugubre et violent où s'entre-déchirent les gangs de yakuzas. Les perspectives d'avenir semblent bien ternes pour ce jeune héros qui erre sans but. Détonations raconte comment sa vie va basculer lorsqu'il est face à ce choix : achever son voisin mourant et changer son destin, ou rester enfermé dans son quotidien misérable ? Qu'y a-t-il de pire entre s'attirer des ennuis et mourir d'ennui ? Car le marché va plus loin. S'il accepte, Satoru devra non seulement tuer M. Segawa mais aussi aller faire une donation aux descendants des trois hommes que ce dernier avait tué autrefois. Sauf que ces descendants font partie de clans dangereux, et lorsqu'on met un doigt dans l'engrenage il est trop tard pour faire marche arrière...

Des allures de Death Note

Quand apparaît le héros en ouvrant le manga, la première chose qui saute aux yeux c'est qu'il semble tout droit sorti d'un tome de Death Note. Même yeux exorbités, même puissance dans les traits. Satoru a des airs de Light Yagami avec son regard malsain et sa personnalité dénuée d'humanité. Ses choix l'entraînent de plus en plus loin dans cette escalade de violence et de vengeance.

"Tuer quelqu’un n’est pas si compliqué que ça... quand on a une bonne raison..."

Certains cadrages aussi me font penser au style de Takeshi Obata, les plans d'ensemble ponctués de détails silencieux, les plongées rapprochées qui déforment les visages. 

Le noir et blanc se prête parfaitement à la violence de cette histoire. Les aplats noirs, le sang, les coups de feu. Chaque élément devient un parti-pris graphique. Les hachures pour délimiter les ombres, les textures et les plis des vêtements donnent tout le dynamisme à l'ensemble. J'adore les onomatopées caractéristiques du genre qui surgissent de la case. Forcément l'effet est moindre lorsqu'on les traduit en français.

Une version française douteuse ?

Détonations est un seinen écrit et dessiné par Tsutomu Takahashi. L'auteur se caractérise par sa noirceur qu'on pourrait comparer à la série Berserk. Son premier manga Jiraishin, édité en France par Génération Comics, était déjà classé dans la catégorie seinen. Il est aussi connu pour le tragique Sidooh, un récit historique fictionnel sur la fin de l’ère Edo, édité en France par Panini manga. À chaque nouvelle licence un nouvel éditeur. Peut-être Pika Graphic était-il le premier faux pas.

La version française n'est malheureusement pas à la hauteur. En comparant avec l'original, on peut constater que les traductions sont approximatives, les devantures des magasins dans l'histoire ont été aléatoirement mises ou non en français, certaines parties contenant pourtant des informations sont carrément effacées. Si le sujet vous intéresse, Sowon en parle plus en détail sur FuryoGang. Mais la plus grosse erreur selon moi c'est la couverture. La couverture de Détonations reprend une illustration déjà présente dans le livre, fade, effacée, terne, avec un Satoru assis qui attend. Alors que celle d'origine était percutante, son visage, de face, énigmatique, graphique. Et en plus celle choisie pour la version française n'est pas représentative de la qualité du dessin. Le reste du manga se tient extrêmement bien. Quel dommage. En espérant que les lecteurs ne s'arrêteront pas à la première impression.

 

Le tome 1 de Détonations est disponible au prix de 20 euros chez Pika Graphic. Le tome 2 lui sort le 2 janvier, juste à temps pour se remettre du nouvel an en douceur... avec des révélations, des trahisons et des mares de sang... très en douceur quoi !

Par RedFanny
son twitter
sa chaîne YouTube

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?