Critique > Le Dilemme de Toki : une histoire légère et touchante, parfaite pour commencer l'année
Critique

Le Dilemme de Toki : une histoire légère et touchante, parfaite pour commencer l'année

Manga Le 14 jan
0
par LiseF
Le Dilemme de Toki : une histoire légère et touchante, parfaite pour commencer l'année

L’avis de LiseF8

On a aimé • Un humour tout en finesse • Des personnage très attachants • Un ton léger pour des thématiques très réelles
On a moins aimé • Le ''dilemme'' est finalement peu questionné dans ce premier tome

Le 2 janvier dernier, Glénat publiait le premier tome du Dilemme de Toki par Kiri Gunchi. Il s'agit du tout premier manga que j'ai lu en 2019, et quelle excellente façon de commencer l'année ! J'étais au départ simplement intriguée par le pitch, mais je me suis définitivement attachée aux personnages de l'histoire, et au dessin soigné de son auteur.

Un extraterrestre en quête de réponses

L'histoire s'ouvre non sur Toki mais sur Mitsuharu, adolescent un peu morose. Par le passé, il formait un trio d'enfer avec ses deux amis, Megumi et Genta. Mais tout a changé depuis que les deux ont commencé à sortir ensemble : maintenant, Mitsu se sent un peu seul... Alors qu'il pédale sur une route tranquille, il heurte violemment quelque chose d'invisible avec son vélo. En se réveillant, il fait la connaissance de Toki, un extraterrestre venu sur Terre pour... Choisir son genre !

SENTAKU NO TOKI © 2017 by Kiri Gunchi/SHUEISHA Inc.

Ainsi va la vie sur la planète de Toki : lorsque vient l'adolescence, ceux de son espèce doivent choisir entre devenir fille ou garçon. Très vite, Toki s'attache à Mitsuharu et lui propose de choisir à sa place. S'il veut qu'il soit un garçon il deviendra son ami, s'il préfère une fille ce sera sa petite amie ! Pour Toki, les choses semblent finalement assez simples. Il ne se rend pas compte que les relations humaines sont bien plus complexes...

Une histoire sur comment trouver sa place, sur l'image que les gens ont de nous et celle qu'on a de nous-mêmes

En découvrant le pitch du manga, j'ai tout de suite cru que l'album parlerait de définition des genres, du fait d'être une fille ou un garçon et de ce que ça implique. Pourtant, alors que l'histoire de Toki est particulièrement surprenante, il (je vais le genrer au masculin, comme dans le manga) fait plutôt office dans ce premier tome de prétexte pour inciter les autres personnages de l'histoire à s'interroger sur leur propre condition. Mitsuharu par exemple, ne parvient pas à trouver sa place dans son trio d'amis. Doit-il s'en faire de nouveaux, ou bien leur dire clairement ce qu'il ressent ? De manière indirecte, la venue de Toki va lui permettre de faire la lumière sur tout ça. Et puis il y a ce prof bizarre, qui porte constamment un masque parce qu'il a peur du regard des autres. En rencontrant Toki et Mitsuharu, lui aussi va tenter de comprendre d'où vient son propre mal-être.

SENTAKU NO TOKI © 2017 by Kiri Gunchi/SHUEISHA Inc.

Bon, cette description peut sembler un peu dégoulinante, mais il faut savoir que toute cette histoire est racontée avec beaucoup de légéreté. Toki prend une certaine distance avec les problèmes de ceux qu'il rencontre, posant des questions comme s'il était en pleine rédaction d'une thèse sur les relations humaines. Résultat : le propos est bien amené, à la fois drôle et intelligent. Les personnages n'en font pas des caisses, ici point de tirades interminables accompagnées d'yeux brillants et de paillettes partout. C'est dans les situations, particulièrement vraies, que Kiri Gunchi parvient à susciter l'empathie sans verser dans le larmoyant.

L'auteur n'use PRESQUE pas dans le fan service : dans tout le manga, seul deux cases montrent un personnage féminin sexualisé sans raison (un phénomène malheureusement très présent dans la BD japonaise). C'est d'autant plus surprenant que ça ne correspond pas du tout à l'esprit général de la série. Pour le reste, visuellement, ce premier tome est simple sans être simpliste. Kiri Gunchi n'hésite pas à laisser des zones blanches pour ne pas surcharger ses cases, les dialogues et les situations sont hyper clairs, ce qui rend l'album accessible même pour ceux qui n'ont pas l'habitude de lire du manga. On sent que l'auteur s'est fait plaisir notamment sur le design de Toki, à la fois fille et garçon. Le personnage est magnifique, avec ses longs cheveux blonds, ses yeux bizarres et ses fringues stylées sans le vouloir. 

Le dilemme de Toki est finalement une belle surprise : j'étais curieuse de ce que pouvait donner cette série, et je me suis énormément attachée aux différents personnages de l'histoire. Et j'ai bien ri ! Glénat démarre l'année avec un manga léger, drôle, positif, tout ce qu'il faut pour bien commencer 2019. Le premier tome est disponible au prix de 7,60 euros, trois tomes en tout sont prévus.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?