Critique > Voyage au centre de la Terre, la critique
Critique

Voyage au centre de la Terre, la critique

Manga Le 22 nov 2017
0
Voyage au centre de la Terre, la critique

L’avis de -- David --9

On a aimé • Une adaptation réussie • Le dessin somptueux • Les premières pages en couleur
On a moins aimé • À la vue des premières pages on aurait aimé que tout le manga soit colorisé

On ne présente plus Jules Verne : la simple évocation de son nom suffit à plonger le lecteur au fond des océans, dans les entrailles de la Terre ou dans une course contre la montre à bord d’une montgolfière. Les éditions Pika ont décidé de faire souffler un vent d’aventure sur leur collection avec l’adaptation du Voyage au Centre de la Terre réalisée par Norihiko Kurazono. Spoiler alert, au cas où vous n’avez pas vu le gros 9 au sommet de cette critique, ce manga est une franche réussite.

Le manga et l’animation se sont souvent réapproprié des œuvres littéraires avec des succès assez diverses. Il arrive que l'auteur reprenne juste quelques motifs du matériau originel pour le tordre à sa convenance, n’utilisant que l’aura du livre initial comme d’un argument de vente. Avec son Voyage au centre de la Terre, Norihiko Kurazono n’agit pas de la sorte. Il respecte le récit de Jules Verne tout en le dynamisant pour lui donner une narration plus moderne.

La principale divergence que l’on remarque dans le manga est qu’il ne s’ouvre pas par la classique scène d’exposition que l’on trouve dans le roman. Cette bande dessinée démarre «in medias res», c’est à dire alors que les héros ont déjà commencé leur aventure. Ils se retrouvent dans une situation cruciale. Le mangaka ayant capté l’attention, il peut maintenant, grâce à une ellipse, reprendre au début afin de présenter les personnages et le contexte.

Comme dans le livre original l’histoire est racontée du point de vue du jeune Axel, le neveu d’Otto Lidenbrock. Le mangaka utilise beaucoup de récitatifs pour permettre de lire les pensées du garçon. Ce procédé donne un certain aspect littéraire à l’œuvre, surtout lorsqu’il finit par prendre le pas sur les dialogues.

L’action est focalisée sur trois personnages, le déterminé Otto Lidenbrock, une figure proche du scientifique fou. Il est dévoré par une curiosité débordante qui le pousse à braver tous les dangers. Il est assisté par le timoré Axel qui le suit bien malgré lui dans ces péripéties géologiques. Le duo est complété par le mystérieux Hans qui officie comme guide.

Je ne vous ferais pas l’injure de vous résumer de manière détaillée ce classique de la littérature, lorsque le sens de l’aventure tel qu’initié par l’auteur peut se synthétiser pour ce livre en une phrase : Otto Lidenbrock découvre un vieux manuscrit qui le mènera jusqu’en Islande dans une expédition vers le centre de la Terre.

Si Norihiko Kurazono maitrise à merveille son intrigue, le dessin n’est pas en reste. C’est si outrageusement bien gratté que l’on pourrait se passer des bulles et des cases de récitatifs, afin de se perdre entre ses pages avec un délice sans pareil.

Le dessin des personnages exécuté par Norihiko Kurazono fait penser à celui d’illustres mangakas comme Noaki Urasawa, l’auteur de Monster, Pluto ou encore Billy Bat. Le trait flirte avec le réalisme avec des accentuations légères de certains détails du visage comme le nez, le menton, sans jamais sombrer dans la caricature.

Les décors sont quant à eux tous simplement somptueux. Sous le trait du mangaka, on ressent la pesanteur des parois minérales ou la magnificence des géodes. Son découpage, peu de cases par pages, permet de mettre en valeur le dessin. Il sert aussi le récit pour lui donner un aspect plus contemplatif propre à ces histoires articulées autour des pérégrinations des personnages.

Pika publie une excellente adaptation du roman Voyage au centre de la Terre de Jules Verne, aussi respectueuse du matériau original que modernisée dans sa narration. Le dessin et le découpage de Norihiko Kurazono illustrent à merveille les images qui transpiraient des mots de l’auteur de Vingt mille lieues sous les mers. Ce manga s’adresse autant aux amoureux des aventures verniennes qu’aux lecteurs qui souhaiteraient découvrir ce classique de littérature sous une forme plus imagée. L’histoire s’étalera seulement sur quatre volumes. Les tomes adoptent un rythme de parution de tous les trois mois, le premier étant sorti en septembre dernier.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?