Dossier > Les meilleurs méchants de Dragon Ball

Les meilleurs méchants de Dragon Ball

Manga Le 14 jan 2014
22
par AlexLeCoq
Les meilleurs méchants de Dragon Ball

Dragon Ball est une œuvre marquante à tous les niveaux qui mérite amplement de se voir fêter ses 30 années d’existance à travers 2 semaines spéciales sur 9emeArt.fr. Et si les héros de Dragon Ball ont marqué plusieurs générations, il ne faut jamais oublier que des bons héros ne sont jamais rien sans leur lots de vilains tout aussi charismatiques. L’heure est donc venue de rendre hommage à ces personnages qui ont le plus généralement connu un sort funeste.

Évidement , cette liste est subjective et non-exhaustive et je vous invite à parler des méchants qui vous ont marqué, en commentaires !

La puissance à l'état brut !

Apparu pour la première fois dans le huitième OAV de Dragon Ball Z, le personnage de Broly représente véritablement le concept même de Dragon Ball poussé à son paroxysme. Si le personnage paraît frêle impuissant derrière le contrôle mental de son père, Broly, qui est un des derniers survivants de la destruction de la planète Vegeta, possède en lui un condensé de puissance absolue.

Et la raison est plutôt simple, le personnage a l’honneur d’être la réincarnation du “guerrier légendaire”  Saiyen qui n’apparaît qu’une fois tous les mille ans. À la manière de Hulk, le personnage devient incontrolâble lorsqu’il laisse parler sa rage, troquant son petit corps contre celui d’un colosse imposant à la chevelure verdâtre. Il sera vaincu après un combat titanesque à l’issue duquel Goku réussit à tuer son opposant en profitant d’une vieille blessure dans l’abdomen provoquée par le père de Vegeta. Complètement abusé physiquement et techniquement, Broly n’en reste pas moins un des meilleurs personnages issus des films hors-série de l’œuvre d’Akira Toriyama. Et non, il n’a jamais été (jamais) cloné pour revenir sous la forme de Bio-Broly

 

La fierté Saiyen avant tout !



Arrivé sur Terre dès les débuts de Dragon Ball Z suite à la mort de Radditz, Vegeta le prince Saiyen est un des personnages les plus passionnants de Dragon Ball à travers sa fierté de Saiyen et son ambivalence entre le bien et mal qui fait de lui le parfait rival pour Goku.

Aussi incroyable et improbable que cela puisse paraître, Vegeta va connaître une des plus grandes humiliations de la série en se faisant couper la queue par Yarijobe, qui sera son unique (même si incroyable) fait d’arme dans Dragon Ball. Sur Namek, le personnage de Vegeta prend en intensité et Akira Toriyama donne au lecteur une toute nouvelle facette du personnage alors qu'il décide de s’allier à Gohan et Krilin même si son but est d'assouvir ses propres intérêts dans un premier temps. C’est à partir de ce point que sa fierté prend son plus gros coup de massue alors qu’il découvre que Goku a atteint le stade de Super Saiyen et commence une lutte de pouvoir entre lui et son rival principal.

Assez tristement, le pauvre Vegeta n’atteindra véritablement jamais son but puisque Goku aura toujours une longueur d’avance. Imbu de lui même, Vegeta offrira des moments assez grandioses dans la saga des Cyborgs alors que, trop confiant, il donnera à Cell l’opportunité de se transformer dans sa forme ultime. Mais Vegeta se transcende à la fin de Dragon Ball Z alors qu’il décide de se sacrifier pour sauver le monde et vaincre Buu. C’est cette histoire de rédemption qui fait que Vegeta tourne définitivement le dos à sa carrière de vilain.

 

Une mort prématurée !



Si la plupart des méchants de Dragon Ball ont souvent une classe folle, il faut noter la présence de certains personnages qui connaîtront un destin plutôt malheureux mais qu'il ne faut pas oublier pour autant. Parmi eux, il faut compter le subalterne de Freezer, Kiwi, qui apparait alors que Vegeta vient de rejoindre la planète Namek sur laquelle le vilain et ses alliés sont allés chercher les Dragon Ball afin d’offrir au conquérant de l’espace la vie éternelle.

Présenté comme le rival numéro un du prince Saiyen, celui-ci tentera de tuer Vegeta afin de venger sa tentative de rébellion et avoir les faveurs de Freezer. Malheureusement pour lui, Vegeta, qui revient d’entre les morts après son combat sur Terre contre Goku, a vu sa puissance doubler et extermine le pauvre bougre en moins de temps qu’il n'en faut pour prononcer son nom. Si Kiwi aura eu une vie courte, il faut avouer qu’il permet d’offrir une scène jouissive pour le prince Saiyen qui est, comme le disent nos amis américains, au dessus du game.

Nos pensées vont bien évidemment à sa famille.

 

Le cyborg parfait !



Mais pourquoi est t-il si méchant ? Parce que.

Voilà comment pourrait être facilement résumé le cyborg ultime du docteur Gero de premier abord. Cell a été créé par le Docteur Gero à l’aide de cellules de nombreux personnages de la série comme Goku, Vegeta, Piccolo, Krilin, Yamsha ou même Freezer dans deux buts bien précis : atteindra sa forme parfaite en absorbant C-17 et C-18 et, plus pragmatiquement, détruire le monde. Si ces deux buts sont plutôt méchants, Cell apparait comme un personnage beaucoup plus complexe que ses données binaires et parvient à dépasser sa condition de cyborg et la programmation inhérente au monstre programmée par l’ordinateur du Docteur Gero.

Une fois arrivé à son niveau de puissance (et forme) ultime, ce sont les cellules Saiyen de Cell qui prennent le dessus sur sa personnalité puisqu’il n’a plus aucun intérêt pour la destruction du monde, préférant se mesurer à la puissance de ses opposants, et notamment Goku, dans un tournoi, le Cell Game, organisé dans la pure tradition de Dragon Ball. Mais Cell a aussi hérité de la fierté et de la confiance de Vegeta, ce qui va rapidement se retourner contre lui alors qu’il poussera Gohan à puiser dans sa puissance brute et devenir le premier Super Saiyen 2 dans une des scènes les plus épiques de la saga d’Akira Toriyama. Malheureusement cela ne suffit pas à régler son sort et à la manière de Freezer, Cell aura le plaisir de se faire réduire à néant une deuxième fois dans un futur alternatif par Trunks, avant même d'avoir pu mettre son plan en action.

 

La mort après la mort !



L’arc de Namek est considéré par beaucoup comme le meilleur arc de Dragon Ball Z tant Freezer est un ennemi incroyablement puissant et détestable. Dans l’unique but de trouver les 7 Dragon Balls de la planète, Freezer va engager un véritable génocide des Namekseijins. Mais Freezer a de la ressource et réussit un tour de force en se dévoilant au lecteur de la série lors de son combat final contre Goku.

En bon personnage de l’univers d’Akira Toriyama, le vilain possède plusieurs formes, dont la finale qui lui donne des pouvoirs sans limites offrant un des passages les plus épiques du manga alors que le Saiyen et lui s’affrontent sur une planète Namek qui vit ses derniers instants. Malheureusement, son pire cauchemar se produit alors que Goku réussit à se transformer pour la première fois en Super Saiyen. Après un combat acharné, Freezer subit un sort proche de celui d’Anakin Skywalker et finit en petits morceaux. Mais le méchant réussit à survivre, consumé par sa haine et rafistoler par papa, il devient Dark Vador... Métal Freezer. La Terre tremble à l’approche du vilain qui devrait être capable d’éradiquer la race humaine en moins de deux. Mais c’était sans compter sur Trunks qui arrive et offre à Freezer et son père, Cold, le pire des sorts et anéantissant de la façon la plus expéditive possible. Un juste retour de bâton pour un ennemi qui restera gravé dans les mémoires notamment à travers son incroyable doublage japonais.

 

Callaghan, ce gros porc !

Dragon Ball est fortement inspiré du roman chinois Le Voyage en Occident et cet hommage prend notamment vie à travers le personnage de la série originale, Oolong. Si ce petit cochon devient rapidement un ami de San Goku, le petit bougre passe d’abord dans une phase où il utilise son pouvoir de transformation pour des fins beaucoup plus questionnables, tout comme l’acharnement de Tortue Géniale à pouvoir jeter un œil à la paire de seins de cette pauvre Bulma.
En effet, au début de l’histoire, Oolong sévit dans un petit village dans lequel il se transforme en monstre et kidnappe toutes les jeunes filles du village. Rapidement, Goku met un terme définitif à ses activités criminelles avec un bon coup de bâton magique bien placé.

Si Oolong n'est jamais une véritable menace pour Goku, il reste l'incarnation sur pattes de l'humour décalé d'Akira Toriyama très présent dans Dragon Ball, qui disparaîtra peu à peu par la suite.

La Belle et la Bête.



L’équipe de soldats de Freezer réserve son lot de personnages loufoques dont Zabon. Le second de notre ami Freezer se présente, en effet, comme un alien au physique attrayant mais il n'en est rien. Le personnage permet de comprendre qu'Akira Toriyama s'ouvre aussi à des références européennes puisque Zabon est une incarnation de la Belle et la Bête. Ce dernier se transforme en hideuse créature lorsqu’il décide de laisser imploser sa puissance brute. De plus, le personnage aura une importance toute autre dans l'animé Dragon Ball Z apparaissant comme un conseiller de Freezer alors qu'il lui suggère de détruire la planète Vegeta.

Malheureusement, même s’il réussit à terrasser ce fier de Vegeta, celui-ci prend sa revanche alors que Krilin lui offre un senzu et abat ce pauvre Zabon, qui n’est pas à la hauteur face à la puissance du prince Saiyen.

Ginyu Tokusentai !



Envoyé en renfort alors que les forces de Freezer sur Namek se sont fait décimer, Ginyu et son commando, qui forment clairement une parodie de sentai, font une entrée en scène mythique à travers leur chorégraphie ridicule et passionnante que la plupart d’entre vous essayiez de reproduire dans la cours de récré avec vos amis.
Et si la bête violette effraie tout de suite par sa terrifiante technique du transfert de corps qui enferme Goku dans un corps blessé, celle-ci se retournera vite contre elle puisque Ginyu ne pourra profiter de la véritable puissance du Saiyen et se verra être transformé en grenouille alors qu'il tentera de voler le corps de Vegeta. Après une tentative de vol de l'enveloppe corporelle de Bulma, le bougre retournera rapidement sous sa forme amphibienne.

Heureusement, le destin ne s’est pas acharné à ce point sur le personnage puisqu’il sera téléporté sur Terre quelques temps plus tard où il finira de couler des jours heureux avec un femme et une ribambelle de petites grenouilles, j'espère.

Il est le roi, le roi Piccolo !



Partie obscure du Tout-Puissant, Piccolo est par définition une entité de mal absolu et c'est sans surprise qu'il se mettra à la recherche des Dragon Balls pour rajeunir dans le but final de mettre le monde à ses pieds. Piccolo Daimaô est le premier ennemi d'envergure que doit affronter Goku alors qu’il est encore un jeune garçon dans Dragon Ball. Le personnage de Piccolo installe d’ailleurs cette habitude que prendra la série en proposant des ennemis incroyablement plus puissants que les héros, qui arriveront évidement à devenir plus puissant pour le terrasser.

Et venir à bout du terrifiant habitant de Namek, Goku devra aller chez mettre Karin et boire son elixir magique pour se surpasser physiquement puisqu'il sera conduit aux frontières de la mort. De part son origine Saiyen, Goku deviendra incroyablement puissant et cette épreuve donnera lieu à un combat mythique de la série qui se finira par Goku transperçant le pauvre bougre de son poing.

Piccolo a une importance particulière dans Dragon Ball puisqu'avant sa mort, Daimaô donnera naissance à un fils (ou une réincarnation) qui voudra dans un premier temps tuer notre héros avant de s'allier à lui pour détruire Radditz avant de devenir le mentor de Gohan.

La classe dans la classe !



À la manière de Broly, Janemba est un personnage qui n’est pas apparu dans un manga mais en OAV, Dragon Ball Z : Fusions en l’occurence. Créé à partir d’âmes destinées aux enfers qui s’emparent du corps d’une assistante d’Enma, Janemba prend la forme d’une grosse créature jaune. Le monstre décide plutôt naturellement d’enfermer le Palais d’Enma obligeant Goku, de passage au paradis, à intervenir. Dans un schéma classique de Dragon Ball, Janemba se transforme rapidement dans sa forme ultime avant d’entamer un combat avec Goku et Paikûhan. En plus de son design incroyable, Janemba offre à Dragon Ball en version animé un de ses meilleurs combats. Combat qui finit en apothéose alors que Goku et Vegeta s’allient grâce à la fusion pour devenir Gogeta, bien moins fade que le vantard Vegeto. 

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?