Dossier > Les meilleurs transformations de Dragon Ball

Les meilleurs transformations de Dragon Ball

Manga Le 24 jan 2014
5
par AlexLeCoq
Les meilleurs transformations de Dragon Ball

• Retrouvez toutes les festivités de notre quinzaine Dragon Ball en suivant le programme jour après jour ! 

Éléments majeurs de nombreux shônen, les transformations font partie du sel qui ont fait de Dragon Ball le manga incroyable qu’il est aujourd’hui. L’œuvre d’Akira Toriyama a cette année 30 bougies dans le vent et il est temps de faire un top 10 des meilleures transformations de Dragon Ball.

Encore une fois, ce top est complètement subjectif et je vous invite à donner vos transformations préférées en commentaire afin de débattre qui est le plus fort entre Super Broly et Cell parfait !


Commençons par le commencent avec une des premières transformations à apparaître dans le manga et l’animé, Goku en gorille. Incroyable réutilisation du mythe du loup-garou, la queue de Sangoku trouve rapidement une explication alors qu’ils sont enfermés par Pilaf avec Yamsha, Bulma, Plume et Oolong un soir de pleine lune...

Et si la transformation de Sangoku impressionne faisant disparaitre le petit enfant innocent par un monstre sanguinaire, elle a aussi quelque chose de tragique puisque c’est au moment où Goku devient une bête poilue que l’on comprend qu’il est à l’origine de la mort de son grand-père, qui lui avait pourtant interdit de regarder la lune.


Si Tortue Géniale apparaît comme un pervers notoire lors de ses premières apparitions dans Dragon Ball, il ne faut pas oublier que le vieil homme est un puissant maître d’arts martiaux. Et il va en faire la démonstration assez tôt dans l’aventure et calmer ceux qui doutaient encore de ses capacités en décuplant sa masse musculaire.

Cet épisode est d’autant plus important puisqu’en plus d’être une des premières scènes avec Chichi, Tortue Géniale fait ici l’utilisation pour la première fois dans l’histoire de l’œuvre d’Akira Toriyama du mythique Kaméhaméha.


À la manière de Kiwi, Homme Garou est un personnage trop facilement oublié de la mythologie Dragon Ball mais qui reste pourtant incroyablement génial. Une nouvelle fois, Akira Toriyama emprunte la légende du loup-garou mais il décide de l’inverser ce qui donne un personnage totalement loufoque et totalement dans la droite lignée de l’humour absurde de Dragon Ball .

En effet, le personnage est un loup qui doit attendre la pleine lune avant de pouvoir se transformer en homme. Malheureusement, la lune a été détruite par Tortue Géniale (déguisé en Jacky Choun) et celui-ci a décidé de se venger puisque sans lune, il ne peut plus draguer de filles. Après une amère défaite, il va tout de même redevenir un homme grâce à une hypnose improvisée et le crâne de Krillin. Un grand moment de Dragon Ball !


Akira Toriyama est un maître de charadesign et Cell en est la preuve absolue notamment avec sa transformation ultime. Et celui-ci possède une façon marginale de devenir l'être ultime puisqu’il ne puise pas dans sa colère ou dans sa force spirituelle mais doit simplement absorber les androïdes C-17 et C-18 qui s’amusent à tout casser sur Terre.

Cell atteint sa forme parfaite lors d’un combat d’anthologie contre Vegeta qui fera encore l’expérience de sa fierté sans limite en laissant son adversaire absorber C-18 pour devenir plus puissant et lui offrir un combat à la hauteur de sa force acquise dans la salle de l'Esprit du Temps. Et comme son nom l’indique, Cell atteint un stade de perfection sous sa dernière forme et renversera sans trop de soucis l’issu de son combat contre le prince Saiyen avant d'infliger une correction à Trunks.


Le grand méchant du film Dragon Ball : Fusions est lui aussi issu d’une transformation puisque Janemba apparaît, à la base, sous la forme d’un énorme monstre aux allures de bébé après avoir pris possession d’un petit garçon. Mais rapidement il va devoir passer à sa deuxième forme pour espérer être de taille face à Goku Super Saiyen 3 et il devoile là son design soigné et dans la droite lignée de l’univers de Dragon Ball. Au summum de sa puissance, le personnage mélange brutalité et élégance dans la façon de combattre, notamment lorsqu’il se sépare en petit cubes pour se téléporter.

Pour la petite anecdote, le nom de l’adversaire de Goku dans Dragon Ball Z : Fusions vient du français “Je n’aime pas” qui, dit rapidement (et avec un rhume), fait “Janemba”.


La transformation en Super Saiyen était déjà impressionnante et sans limite avec ses différents niveaux mais Akira Toriyama a décidé de pousser le vice de la surpuissance encore plus loin avec la fusion ! Et qui de mieux placer que les fils de Goku et Vegeta pour former la première fusion de Saiyens ?

Après une scène mémorable où les jeunes Goten et Trunks ratent leur fusion à deux reprise pour former un Gotenks trop maigre et un Gotenks trop gros, l’utime Gotenks voit le jour. Si le personnage ne sera pas assez puissant pour en finir avec Buu, il s’avère tout de même incroyablement fort, d’autant plus qu’il est le seul personnage qui réussit à atteindre le stade du Super Saiyen 3 en dehors de Goku.


Et oui, on a tous notre petit plaisir honteux et le mien, c’est Sangoku SSJ4 ! C’est surtout la légende autour du personnage qui me fascine car étant petit, peu de monde avait accès à Dragon Ball GT et il était difficilement concevable que Goku ait atteint un niveau de puissance supérieur à son stade Super Saiyen 3.

C’est pourtant le cas avec sa quatrième forme qui fait pourtant débat, notamment à cause de son design, qui renoue pourtant avec le sang Saiyen du personnage et sa transformation de singe les soirs de pleines lunes. Je suis tout de même libre pour débattre du passage en singe géant Super Saiyen.


Évidemment, il était difficile d’évoquer les meilleures transformations de Dragon Ball sans parler de ce bougre de Freezer. Mais nous n’irons pas jusqu’à la forme finale de se dernier, même si elle reste encore une leçon de charadesign, puisque c’est au stade juste avant que nous allons nous stopper.

De toutes les références qui se promènent entre les pages de Dragon Ball, en voici une des plus belles. Freezer sous sa troisième forme a évidement un design reconnaissable entre tous puisque le personnage est un hommage sur pied au film sorti 5 ans avant les débuts de Dragon Ball, Alien : Le Huitième Passager de Ridley Scott.
Effrayant jusqu’au bout, le personnage va profiter de sa toute nouvelle puissance pour mettre une belle correction à ce pauvre Piccolo avec seulement quatre doigts.


Aussi paradoxal que cela puisse paraître, Broly est un des personnages les plus mythiques de Dragon Ball alors qu’il n’apparaît pas dans la série principale mais dans le huitième OAV de l’anime de la Toei simplement nommé Broly, le Super Guerrier.

Le personnage est présenté comme un Super Saiyen Légendaire et c’est avec un petit sourire narquois qu’on pense à la punition que Goku va infliger à Broly lorsqu’on aperçoit la carrure frêle du personnage. Mais le fils de Paragus va montrer qu’il ne porte pas son titre pour rien en démontrant rapidement qu’il est une caricature, poussée à l’extrême, de la surpuissance outrageante caractéristique de Dragon Ball à travers son physique mais aussi sa force brute. Heureusement, avec une vieille blessure en guise point faible, Goku réussira à mettre un terme à sa folie meurtrière.


Le grand gagnant est évidement Gohan lors de son combat contre Cell. Le fils de Goku a toujours été un personnage de premier ordre dans Dragon Ball et son potentiel caché est installé dans l’intrigue de la série dès le combat de son père contre Radditz.

Après une montée en puissance permanente, notamment lors de l’arc de Freezer, Gohan devient de plus en plus puissant pour arriver à un point culminant lors du combat contre l’horrible création du Docteur Gero. Sa puissance est telle qu’il dépasse Goku et est le seul Saiyen a réussir à puiser dans sa colère pour dépasser le stade de Super Saiyen en atteignant sa deuxième forme dont le design est à couper le souffle.

La personnalité de Gohan change du tout au tout et celui qui n’aime pas se battre prend un malin plaisir à exécuter les Cell Juniors un par un avant de torturer Cell. Ce combat permet de prendre conscience du danger du sang Saiyen puisque même Gohan laisse sa fierté parler pour lui et il ne détruira pas Cell alors qu’il en avait l’opportunité obligeant Goku a se sacrifier pour l’humanité.

Et pour ceux qui sont en manque de Gohan SSJ 2, je vous invite grandement à regarder l’OAV des Mercenaires de l’Espace dans lequel notre petit héros fait une deuxième démonstration de l’étendu presque sans fin de ses pouvoirs sur ce pauvre Bojack qui ne tiendra pas longtemps.

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?