Evenement > Keep your hands off Eizouken, une excellente série animée japonaise... sur les séries animées japonaises !

Keep your hands off Eizouken, une excellente série animée japonaise... sur les séries animées japonaises !

Animation Le 26 mai 2020
3
par LiseF
Keep your hands off Eizouken, une excellente série animée japonaise... sur les séries animées japonaises !

Au mois d'avril dernier la série animée Keep your hands off eizouken débarquait sur Crunchyroll en version originale sous-titrée. Réalisée par le génial Masaaki Yuasa qu'on connaît pour Ping Pong, Devilman Crybaby ou encore Night is short, walk on girl, la série est disponible gratuitement sur le service de streaming, et c'est une aubaine : parce que ça déchire !!

Keep your hands off Eizouken raconte l'histoire de Midori Asakusa, alors fillette, qui emmènage dans une grande ville toute biscornue faite de canaux, des ponts et de recoins. Un soir qu'elle glande toute seule chez elle, elle découvre une série animée si bien réalisée qu'elle va changer sa vie. Sa décision est prise : elle va faire de l'animation ! Quelques années plus tard, alors lycéenne, Asakusa traîne sa copine Kanamori à une projection du club audiovisuel. Là-bas, elles font la rencontre de Mizusaki, une très jolie camarade, mannequin sur son temps libre, que ses parents destinent au cinéma et sûrement pas à l'animation. Mais comme AsakusaMizusaki est fan de cet art du dessin animé. Toutes les trois, elles fondent un club d'animation... et décident de créer leurs propres courts-métrages !

On apprend et on rigole

Cette série est ni plus ni moins qu'une déclaration d'amour à l'animation japonaise. Dès le premier épisode, on est saisi par l'enthousiasme contagieux d'Asakusa. Il y a déjà cette scène hallucinante, lorsqu'elle découvre sa nouvelle ville, où elle se met à dessiner son exploration. Ses dessins d'enfant prennent vie et laissent transparaitre sa passion déjà dévorante pour l'animation. Lors de la projection au club d'audiovisuel, elle décortique les procédés utilisés par les animateurs à l'oreille de son amie Kanamori. C'est là qu'on comprend pourquoi le petit vaisseau de Nausicaä dans Nausicaä de la vallée du vent est tellement nécessaire pour rendre compte de l'immensité du vaisseau de ses ennemis. Pourquoi les courses effrenés sur le terrasses de Laputa dans Le château dans le ciel nous paraissent si cruciales. c'est une véritable masterclass, délivrée par Masaaki Yuasa à travers ce personnage de lycéenne passionnée.

En progressant dans la réalisation de leur court-métrage, les trois amies vont littéralement vivre leurs idées. Asakusa dessine un vaisseau-libellule, le trio met se précipite dans le cockpit et démarre en trombe. Ces séquences, puisqu'elles viennent de l'imagination des personnages, sont bruitées à la bouche ce qui donne une touche très fun. Le trio va faire appel à d'autres étudiants pour avancer dans son projet : le club d'art leur donne un coup de main sur les paysages, le club son leur apporte des bruitages... au fil des découvertes des trois héroïnes, on apprend plein de choses sur l'animation, les outils utilisés, le vocabulaire propre à ce secteur. Je vous l'ai dit hein, c'est PASSIONNANT.

Masaaki Yuasa dans toute sa splendeur

On reste sur du Masaaki Yuasa, et ça se sent. Ses personnages ont une spontanéité telle qu'ils en deviennent par moments, désarticulés. Asakusa en particulier, est un vrai chef-d'oeuvre à elle toute seule. Adolescente, elle n'est pas encore bridée par le "savoir-vivre" des adultes. Elle dit ce qu'elle pense, agit comme elle a envie d'agir sans se soucier des conséquences. Elle s'assoit par terre dans la rue parce qu'elle est contente de sa journée, grimpe à l'étage de leur local en ruine parce qu'elle a hâte d'explorer... et invente des milliers d'univers comme on joue lorsqu'on est enfant. Kanamori elle aussi est un personnage fascinant d'une façon tout à fait différente : peu intéressée par l'animation, c'est la "productrice" du groupe, qui titre les ficelles et terrifie tout le monde.

Passionnés d'animation japonaise et d'animation en général, vous devez voir Keep your hands off Eizouken. On apprend énormément de chose, mais la série n'a rien d'ennuyeux : on rit aussi des tribulations de ces trois personnages que rien n'arrête, et on tombe amoureux des décors à mi-chemin entre le réel et le fantastique. La série compte douze épisodes, disponibles gratuitement sur Crunchyroll mais aussi sur ADN.

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?