Evenement > Avec Exodus Manhattan, plongez tête la première dans les ruelles de la Grosse Pomme

Avec Exodus Manhattan, plongez tête la première dans les ruelles de la Grosse Pomme

Franco-belge Le 10 mai
1
par LiseF
Avec Exodus Manhattan, plongez tête la première dans les ruelles de la Grosse Pomme

Le 2 mai dernier sortait Exodus Manhattan, par Nykko et Bannister. On vous en parlait lors de la présentation des premières pages de cette BD : les deux auteurs se sont vraiment challengés pour cet album. Je les connaissais surtout pour des titres jeunesse tels que Les Enfants d'Ailleurs ou encore Félicité Bonnaventure. J'ai lu le premier tome de cette nouvelle série et j'ai été frappée par la façon dont les auteurs ont donné une place primordiale au milieu urbain, et à la ville de New York en particulier. Je vous propose d'approfondir ça ensemble !

Manhattan surpeuplée

L'histoire se déroule dans le futur : la terre est surpeuplée et ravagée par les désastres climatiques. A New-York, on survit plus qu'on ne vit. La pluie tombe 360 jours par ans et le peuple est en proie à la révolte alors que les plus fortunés quittent cet enfer pour coloniser mars. Profitant de la colère des habitants un nouvel ordre religieux, la New Cruzade, fait son apparition et manipule les gens. De plus en plus de désespérés avalent des capsules explosives qu'ils peuvent activer à n'importe quel moment pour déclencher un attentat kamikaze.

Vous l'aurez compris, Manhattan n'est pas un endroit où il fait bon vivre. Nos deux héros ce sont Leto Wolf et Hana Yamashirogumi, flics à la criminelle ils essaient encore de faire régner un semblant d'ordre, au milieu des meurtres louches qui s'amoncellent. Et c'est justement sur un cadavre que s'ouvre l'histoire. Un homme est retrouvé la tête explosée dans son appartement crasseux. Alors que Leto et Hana mènent l'enquête, une membre du plus puissant consortium mondial, la Venka Corp, les interrompt et prend le relais. Mais en quoi un banal meurtre sordide peut intéresser la Venka Corp ?

Une ode à la ville

En fin de tome, les lecteurs pourront découvrir quelques pages sur la conception de l'album, et elles sont particulièrement intéressantes. On apprend que Nykko et Bannister sont allés directement à New-York pour chercher leurs inspirations. Les auteurs ont pris des photos des buildings, de l'architecture des rues, des ponts, pour mieux comprendre cette cité tentaculaire. Et on comprend tout de suite cette fascination pour la ville en lisant Exodus Manhattan. Toute l'histoire du premier tome se déroule en milieu urbain. On se régale des courses-poursuites au milieu des immeubles, des cachettes dans les ruelles inquiétantes et des mouvements de foules.

En fin d'ouvrage on découvre une image en particulier, une photo prise par Nykko de la ville la nuit, et c'est fou comme l'ambiance et les couleurs de cette photo se retrouvent dans la BD. Bien sûr c'est une version futuriste, et même fin de vie de Manhattan qu'on découvre dans l'album, mais on sent quand même que celui-ci est un bel hommage à la grosse pomme. Les inspirations aussi, sont très fortes : un peu de Cinquième élément par ci, pas mal de Blade Runner par là, pour une BD mélangeant science fiction et polar.

C'est un plaisir de retrouver Nykko et Bannister sur un projet si ambitieux. Le trait de Bannister évolue beaucoup dans cet alum, se rapprochant presque dans ses formes très angulaires du style comics, tout en restant fidèle à tout ce qu'on aime dans le franco-belge. Les planches ont quelque chose de cinématographique dans le travail sur l'ambiance et les couleurs. De fait, Exodus Manhattan manquerait presque d'une identité propre, de son style à lui. Mais il s'agit seulement d'un premier tome, les auteurs ont donc encore le temps de donner à leur série une identité propre. Envie de découvrir l'album ? Celui-ci est disponible chez Glénat au prix de 15 euros.

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?