Evenement > Dans Et le village s'endort..., deux autrices s'inspirent joliment du jeu Les Loups-Garous de Thiercelieux

Dans Et le village s'endort..., deux autrices s'inspirent joliment du jeu Les Loups-Garous de Thiercelieux

Franco-belge Le 07 juin
1
par LiseF
Dans Et le village s'endort..., deux autrices s'inspirent joliment du jeu Les Loups-Garous de Thiercelieux

Le mois dernier nous vous annoncions que le tout jeune éditeur Les Aventuriers de l'Étrange publierait une bande dessinée inspirée du jeu de cartes Les Loups-Garous de Thiercelieux. Une BD inspirée d'un jeu de cartes, voici qui piquait ma curiosité. D'autant plus que j'ai du faire un bon millier de parties de ce jeu génial où chaque session est différente, et où les personnes les plus honnêtes peuvent faire rapidement preuve de traîtrise. J'ai donc couru dans ma librairie la plus proche pour l'acheter et bon sang, j'en ai des trucs à dire sur cet album.

Pile dans l'ambiance du jeu

L'histoire se déroule dans un petit village comme tous les autres. Entre le tranquille potager où l'agriculteur fait pousser des salades, la boucherie tenue par un robuste bonhomme dont la femme part chasser le gibier, les enfants qui jouent à colin-maillard, tous les éléments sont rassemblés pour que la vie y soit paisible et sans accroc.

Mais en furetant un peu, on réalise que dans une maisonnette une sorcière prépare une terrible potion. Le maire a des velléités de meurtre, le curé du coin cache des secrets et au loin rôdent d'étranges créatures, mi-hommes mi-loups. Sans surprise, c'est au bout de quelque pages que nos villageois vont découvrir un premier cadavre.

Qui a tué le garçon ? Et pourquoi ? Certains accusent les loups, d'autres la sorcière, d'autres proposent de monter un bûcher, et nous, lecteurs, on se retrouve pile dans l'ambiance du jeu qui a rythmé il fut un temps nos soirées entre potes.

Un rythme soutenu et des graphismes qui déchirent

Réalisé par deux autrices espagnoles, Núria Tamarit et Xulia Vicente, la BD se détache bien sûr du jeu même si elle en reprend les codes principaux. À noter d'ailleurs qu'elles n'ont pas les droits officiels pour une adaptation. Ainsi, les loups sont nommés dès le début de l'histoire, il n'y a pas de voyante ni de cupidon et la chasseuse a plus d'une balle a son fusil. Pourtant, il est un peu compliqué d'aborder l'histoire si on ne sait pas qu'elle est inspirée d'un jeu de cartes. Informez-vous des règles de base avant de vous lancer dans cette lecture, au risque d'être perdus.

Perdue, je l'ai d'ailleurs été un peu moi-même alors que je connais les règles du jeu sur le bout des doigts. Le scénario est fait pour s'enchaîner très vite sans trop s'autoriser de flottement et personnellement, j'ai eu un peu du mal à suivre. C'est surtout ça qui fait défaut à Et le village s'endort... parce que côté dessin, on en prend plein les yeux.

Les graphismes sont torturés, audacieux : le design des personnage est un peu enfantin, ce qui rend les quelques scènes de violence encore plus surprenantes. Je parle de scènes de violence mais rassurez-vous, elles sont plutôt soft. L'éditeur conseille cette lecture à partir de dix ans, conseil que je rejoins.

En définitif, Et le village s'endort... est une belle expérimentation. S'inspirer d'un jeu de cartes en BD est un joli pari, et les fans du jeu seront contents de retrouver ici l'ambiance de leurs parties endiablées. Une BD à lire cependant uniquement si vous connaissez le jeu de base. L'album est disponible chez Les Aventuriers de l'Étrange au prix de 19 euros et si cette critique vous a donné envie d'une petite partie, le jeu est toujours dispo au prix de 12 euros !

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?