Evenement > Édito #35 : BD Franco-Belge et cinéma, juste une mise au point ?

Édito #35 : BD Franco-Belge et cinéma, juste une mise au point ?

Franco-belge Le 30 mars 2015
24
par Sullivan
Édito #35 : BD Franco-Belge et cinéma, juste une mise au point ?

Réputé pour sa fébrilité et son amour des circuits tout tracés, le cinéma français a depuis quelques temps fait de la BD son principal vivier.
Ainsi, depuis Tintin et les Oranges Bleues de Philippe Condroyer, les adaptations médiocres se sont multipliées de manière exponentielle et c'est tout naturellement que l'on retrouve chaque année, en salles, les vacances du Petit Nicolas, les sales vannes de Ducobu, les cachets d'acteurs opportunistes avec le Marsupilami, l'horrible 3D des Schtroumpfs, l'adaptation risible de Lucky Luke et j'en passe. Vous saisissez l'idée, et vous n'êtes pas sans savoir que ce n'est pas prêt de s'arrêter.
Pourtant, il semblerait qu'il ne s'agisse ici que du report de l'industrie hollywoodienne et de ses Comics, qui s'est longtemps cassée les dents avant de laisser un peu de pouvoir à des artistes passionnés et passionnants. 

L'avenir n'est pas aussi sombre que les intentions derrière l'adaptation de Benoit Brisefer ou des Dalton, rassurez-vous. Nul besoin d'ailleurs d'allonger la liste des gigantesques casseroles que se traîne notre cinéma, celle-ci demanderait l'effort d'un dossier tout aussi conséquent. De plus, même lorsqu'il est à côté de la plaque, l'exercice de l'adaptation BD ne porte pas que sur des comédies politiquement correctes et "pour toute la famille", en témoigne les essais conjugués d'apporter un peu d'action à ce "genre" avec Largo Winch et Adèle Blanc-Sec. Plus haut perché, on peut même aller chercher du côté de Blueberry et Jan Kounen pour une réinterprétation ultra-spirituelle, plus dans l'esprit de Moebius que de sa propre série phare. 

On a souvent du mal à l'oublier, mais de vraies réussites sont également venues par le circuit de l'adaptation. Tamara Drewe de Stephen Frears en tête de file, ce chemin vertueux passe également par l'énigme Astérix : Mission Cléopâtre (qui, à l'image de la BD, fait presque bande à part au sein de l'industrie), par le téléfilm Pilules Bleues adapté de Frederik Peeters, par l'incroyable Persepolis de Marjane Satrapi - dont le dernier film met en scène Deadpool et Tamara Drewe, il fallait l'inventer...

Du côté des projets 7 à 77 ans également, on retrouve quelques raisons d'y croire. Spirou et sa côte d'amour empêchent le groom de sombrer de l'autre côté (pendant que la BD de son scénariste actuel file elle aussi au ciné), d'autant que l'on sait que Média Participations a été jusqu'à créer des postes de responsables des adaptations de leurs projets sur les écrans, qui vont dans le sens du vent. Plus excitant encore, l'adaptation du bijou Polina de Bastien Vives, à laquelle Juliette Binoche a déjà dit oui. Vous en voulez encore ? Rêvez quelques secondes que la Hard Science du seul et unique Denis Bajram parvienne à rejoindre votre salle de cinéma, forte d'un budget suffisant. 

D'autres raisons d'y croire ? Que dites-vous de l'arrivée prochaine de deux projets 100% "Nerd de France", avec Les Sentinelles du petit surdoué Julien Mokrani et La Brigade Chimérique, fruit de notre historien de la culture Pop Serge Lehman

Enfin,  on peut aussi regarder vers le futur et l'adaptation du très utile Combat Ordinaire de Manu Larcenet (qui sera également adapté au théâtre avec Blast), ou encore celle de Tamara (à ne pas confondre avec son homonyme Britannique), qui promet là aussi plus de profondeur qu'un énième cacheton de Gérard Jugnot. 

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?