Evenement > Édito #54 : Demain, la révolution sera télévisée.

Édito #54 : Demain, la révolution sera télévisée.

Franco-belge Le 21 nov
34
par Sullivan
Édito #54 : Demain, la révolution sera télévisée.

S'il est certain que les emmerdes ont tendance à s'accumuler dès que la première d'entre elles a la bonne idée de poindre le bout de son nez, l'inverse est aussi vrai pour les bonnes nouvelles. Ainsi, quelques heures à peine après avoir repris espoir concernant la sortie cinéma du film Mutafukaz (alors que les dernières infos qui nous parvenaient pas plus tard qu'à St Malo n'étaient pas de cet acabit), c'est au tour d'un autre petit bijou bien de chez nous de faire parler de lui.

En effet, c'est demain, mardi 22 novembre, que débutera la diffusion de Lastman - la série sur le service public, à 23h sur France 4 pour être exact. Et si vu de loin, le destin de la série adaptée de la BD à succès de Casterman semblait tout tracé, il en est en réalité autrement et c'est un petit miracle qui s'apprête à s'offrir à vous ces quatre prochaines semaines, gratuitement si tant est que vous acceptiez de vous coucher plus tard qu'à l'accoutumée. 

Si Lastman est un succès critique sans bornes et un succès commercial en devenir avec sa double sortie saluée aux USA et au Japon, rappelant que personne n'est prophète en son pays, beaucoup de ceux qui observent les aventures de Richard Aldana du coin de l'oeil auraient tendance à penser qu'il s'agit là d'un mastodonte de l'édition, sur des rails depuis ses débuts et destiné à traverser une mer sans remous jusqu'à sa conclusion attendue pour le Tome 12 dans quelques années.

Pourtant, déjà fort de l'alignement des étoiles qui a voulu que Balak, Bastien Vivès et Michaël Sanlaville fassent équipe le temps d'une série qui révolutionne en ce moment même le paysage BD à travers le monde, la constellation Lastman est surtout une ambition artistique presque absurde, que ses artistes eux-mêmes jugent comme un projet impossible et qu'ils mènent à bien malgré tout, rappelant l'adage de Mark Twain. Issus du monde de l'animation française (Balak y cartonne encore aujourd'hui avec Les Kassos, qui vient de passer le million d'abonnés sur YouTube), Sanlaville et Balak ont profité de leur passage et de la diffusion en exclusivité des 5 premiers épisodes à Art To Play (Nantes) ce week-end pour rappeler une évidence pour qui connait les milieux de la télévision et de l'animation : "Lastman n'est pas quelque chose de normal dans le paysage culturel français actuel, c'est un pari pour tous les fêlés qui ont pris le risque de s'y lancer."

Mais de quoi parle-t-on ? Après tout, la série est en partie financée par France 4 (même si ceux qui ont sauvé le projet grâce au Kickstarter à succès savent que la réalité est finalement bien plus compliquée), l'excellent et très demandé Jérémie Perin est à sa tête et tout le projet a bénéficié d'une sublime exposition à Angoulême cette année. Difficile de s'inquiéter et d'imaginer autrement les coulisses d'une série d'animation ado-adulte (que seuls quelques producteurs inconscients et/ou passionnés accepteraient de financer) que comme une usine à gaz parfaitement rôdée. Il n'en est pourtant rien.

Lastman - La série, c'est certes déjà un miracle sur le papier, mais c'est une merveille qui s'apprête à devenir réalité pour un public qui, je l'espère, se saura désormais gâté. Pour se faire, il a fallu mobiliser une équipe colossale et suffisamment passionnée pour travailler (littéralement) plus de quinze heures par jour, sept jours sur sept, pendant des mois. Ce sont des auteurs de la BD qui ont animé eux-mêmes le Kickstarter du projet entre deux planches et deux-trois projets pour leurs autres maisons (pêle-mêle Marvel, Fluide Glacial et Casterman), afin de mener celui-ci à bien. Ce sont des potes croisés dans leurs carrières respectives qui sont venus faire des voix. Ce sont des journées à en oublier la notion de sommeil pour offrir gratuitement aux spectateurs qui ne connaîtraient pas encore Lastman le luxe de plonger dans l'univers de la Vallée des Rois et dans l'histoire d'Aldana gratuitement, au détour de leur télécommande, un soir de plateau-TV. C'est la première série française qui ambitionne de donner dans l'animé tel qu'on l'entend au japon, avec un ton qui se permet des blagues de cul, de l'humour noir et gras, des références qui sonneront chez le papa (et Maman) et de l'héroïsme qui inspirera les plus petits.

Mieux, Lastman - la série, c'est la preuve, portée par une passion, une humilité, un talent qui semble infini et une franche camaraderie, que le transmédia peut se passer des budgets millionaires de Lucasfilm et Marvel, c'est l'extension parfaite à une série de BD en passe de devenir culte, à l'histoire poignante de Richard Aldana et un beau cadeau à toute une génération biberonnée aux films hollywoodiens et aux bonnes choses venues du japon. En un mot comme en cent : c'est un projet qui restera dans l'histoire de la culture pop à la française comme on reparle des pionniers des années 70 aujourd'hui. Mais pour que Lastman continue à exister, il vous faudra quitter la prise HDMI de votre TV et repasser juste le temps de quatre soirs sur cette bonne vieille TNT. 

Petite révolution dans notre paysage culturel qui célèbre encore trop souvent la BD "à gros nez" au détriment d'une création plus moderne et plus osée, Lastman n'est pas (encore) le succès qu'il devrait être, particulièrement en France. Ça ne tient qu'à vous de prouver qu'une nouvelle génération de spectateurs est prête pour une nouvelle génération de créations. Connaissant les coulisses presque punks et passionnés d'une création qui aura coûté quelques plumes à son équipe, vous serez maintenant conscients qu'allumer votre TV demain à 23H n'est pas que l'assurance de passer une heure incroyable devant une série qui bouscule les codes, c'est aussi un petit acte politique pour continuer à encourager des talents ultra accessibles, modestes et qui ont plus que jamais besoin de votre soutien. Bonne séance, et bon voyage.

Bonus-Track: Parce qu'il est la référence absolue en matière d'animation depuis 2000 et qu'il a aidé Lastman sans compter, allez donc faire un tour sur l'excellent site Catsuka lors de la diffusion de la série pour aller plus loin, de belles surprises vous y attendent dès demain.

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?