Evenement > Fanzine, auto-édition et autres histoires #12 : l'Atelier Capsule

Fanzine, auto-édition et autres histoires #12 : l'Atelier Capsule

Franco-belge Le 05 mars
0
par Elsa
Fanzine, auto-édition et autres histoires #12 : l'Atelier Capsule

'Créer un pays pour la BD sans papier.' Voilà l'ambition d'Atelier Capsule, affichée dès la bannière de leur site. Un peu plus loin on peut lire 'Provoquer l’émergence d’une bande dessinée numérique qui tabasse. Créer les meilleures histoires pour nos petits écrans.'

À l'heure où la bd numérique en est encore, en France du moins, presque à ses balbutiements, et où le champs des possibles semble sans limite, l'objectif de l'atelier est aussi intrigant que stimulant. Nous avons donc posé quelques questions à Félix Elvis, l'un des trois fondateurs d'Atelier Capsule, qui vous en dit un peu plus sur la richesse de ce medium riche et multiple, et sur leurs nombreux projets pour provoquer et accompagner ces créations qui s'affranchissent des petites cases.

La soirée de lancement de l'Atelier et de son appli mobile aura lieu ce soir, jeudi 5 mars 2015, toutes les infos un peu plus bas dans l'interview.

Thibaut Rassat, un des auteurs du premier numéro

Peux-tu nous en dire plus sur toi, et ton parcours ?

Atelier Capsule, c’est plus un « nous » qu’un « je ». Nous, c’est Lucie Le Moine, Julien Zamor de TroisYaourts et moi, Félix Elvis.

Lucie est passionnée par (et travaille sur) les nouveaux usages numériques. Pour Atelier Capsule, elle a les pieds sur Terre et la tête dans les possibles : elle travaille à concrétiser nos idées folles, à leur donner une ligne conductrice, tout en cherchant de nouveaux partenariats. Julien est diplômé de la Columbia University et de ParisTech, il code depuis toujours et est cinéphile compulsif. Il a travaillé avec Vodkaster, MyMajorCompany, et s’occupe de toute la partie technique du projet avec sa boite TroisYaourts. Je suis quant à moi scénariste de bande dessinée. J’ai initié le projet et je m’occupe d’organiser le travail des dessinateurs, illustratrices, scénaristes, animateurs, dessinatrices, illustrateurs,… Atelier Capsule c’est aussi toutes ces personnes, qui inventent un peu plus la bande dessinée numérique à chacune de leurs participations !

Nous travaillons avec Jérémy Landes, pour notre identité visuelle.

Peux-tu nous expliquer un peu ce qu'est l'Atelier Capsule ? Comment est née l'idée de ce projet ? Concrètement, comment se déroule le recrutement des auteurs, et quelles seront les actions et mises en oeuvre d'Atelier Capsule ?

Avec Atelier Capsule, on accompagne la création de bande dessinée pour les écrans, en particulier ceux qui tiennent dans la poche.

Pour nous, faire de la BD numérique ce n’est pas scanner du papier pour le mettre dans un écran. C’est créer des bandes dessinées pour le numérique, et explorer toutes les possibilités que ça offre en terme d’animation et d’interactivité. C’est génial, les frontières entre la bande dessinée, le jeu vidéo et le cinéma s’effacent complètement et font place à l’histoire !

Ça commence par l’appli mobile Atelier Capsule. Ça continuera à la rentrée avec la mise en place de nos ateliers ; lieux pop up, mobiles et temporaires. Nous inviterons dessinateurs, animateurs, coloristes,… et scénaristes à venir y travailler ensemble pour développer des histoires et aventures qui tabassent.

Des workshops, plus orientés découverte et expérimentations sur du format court, seront organisés régulièrement et ouverts à tous.

La bande dessinée numérique est encore boudée par le grand public, et même par une grande partie du lectorat bd traditionnel. Quelles sont selon-toi les richesses de ce medium ?

Atelier Capsule est né de notre envie de raconter des histoires sur le médium que tout le monde a (ou presque) sur soi : le smartphone. La bande dessinée numérique est plutôt développée dans d’autres pays comme la Corée du Sud, le Japon ou les États-Unis. Ailleurs, elle fleurit sur les blogs, éparpillée, et reste à un état embryonnaire. Nous avons parmi les meilleurs dessinateurs et animateurs de la planète, une jeune génération qui en veut. Nous souhaitons leur apporter une manière de s’exprimer, de développer leurs univers.

La richesse de la BD numérique, c’est la confusion des genres. Elle emprunte autant à l’animation qu’au jeu vidéo, peut s’adapter à n’importe quel récit. Elle a toutes les qualités des autres médias, tout en gardant la légèreté de production d’un manga ou d’un comics.

Peux-tu nous parler de la soirée de lancement qui aura lieu ce soir, jeudi 5 mars ?

Ce soir, au bar Touller Outillage (rue J.-P. Timbaud), on fête la sortie officielle de l’appli, qui sera dispo pour iOS et Android. La sortie de l’appli sera accompagnée de notre première Capsule : la première fournée de BD à lire sur son smartphone.

De 19h à tard, ce sera l’occasion de faire connaissance, de télécharger l’appli, discuter BD numérique, ateliers,… et de boire un verre !

On a organisé l’évènement avec l’équipe du Flûtiste, qui sort son « Plus Vite » mensuel. Plein de surprises pour vos yeux.

Pourrais-tu nous parler d'une initiative de bd numérique pour laquelle tu as un coup de coeur, et que tu voudrais nous faire découvrir ?

La BD numérique, ça existe surtout sur les blogs. Si vous voulez voir quelques exemples de super bandes dessinées numérique, vous pouvez aller voir la dernière BD d’Oscar Langevin, l’incroyable Jonathan Djob Nkondo ou plus connu, le blog de Boulet !

 

- Pour suivre l'actualité de l'Atelier Capsule : leur site et leur page facebook.

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?