Evenement > Fanzine, auto-édition et autres histoires #15 : Le Secret des Cailloux qui brillent

Fanzine, auto-édition et autres histoires #15 : Le Secret des Cailloux qui brillent

Franco-belge Le 09 mai
0
par Elsa
Fanzine, auto-édition et autres histoires #15 : Le Secret des Cailloux qui brillent

Imaginez un projet collectif qui réunisse des auteurs particulièrement talentueux pour raconter un même univers. Une bande dessinée numérique publiée en feuilleton hebdomadaire, faite d'aventure, d'émotions et de magie. C'est ce que nous propose Le secret des cailloux qui brillent, l'une des plus jolies surprises de ces dernières semaines. 

Beau, drôle, prenant, poétique et épique, ce webcomics en turbomédia est publié tous les mercredis depuis maintenant sept épisodes (sur une vingtaine prévus pour la première saison). On a posé quelques questions aux auteurs, juste de quoi vous donnez très envie d'aller rencontrer Grut et tous les autres.

Pourriez-vous nous présenter le projet Le secret des cailloux qui brillent ?

L'histoire commence avec le Marquis Myrtille qui part avec son armée pour tuer des démons et obtenir des objets magiques. Grut qui est guerrière dans cette armée voit tous ses amis périr et sa petite copine Jeanne se faire transformer en limace. Grut déserte l'armée et se lance dans une quête pour redonner à Jeanne sa forme humaine. Sur son chemin, elle rencontrera Olni et la Chèvre du clan des bergers, les mages Otti, Hilde et Pérolin et bien d'autres encore.

Mais Le secret des cailloux qui brillent ce n'est pas l'histoire de Grut, d'Olni ou de Pérolin. On voudrait carrément raconter l'histoire de tout un monde et surtout comment ce monde peut changer à travers les conquêtes, les révolutions, les rapports de pouvoir... 

Comment est née l'idée de cette histoire collective ?

On était plusieurs à avoir envie de faire un projet ambitieux sur internet, avec un format proche des séries télés ou des dessins animés qui nous rendent tous accroc.

Nous avons chacun inventé des personnages et des ébauches d'histoires puis on a tout mis en commun et articulé ça ensemble pour que chaque histoire fasse partie d'une même trame narrative dans un monde cohérent. 

Vous parlez d'un "format proche des séries télés et dessins animés". Comment cela influe-t'il votre narration par rapport à une bande dessinée franco-belge classique ?

Les épisodes sont beaucoup plus courts qu'un tome de BD classique. On doit les faire en gardant ça en tête : que l'épisode fasse avancer l'histoire et soit un minimum intéressant en tant que tel. C'est aussi pensé comme une série TV, un format qui s'adapte finalement bien au web (et aussi auquel les internautes sont habitués). Un épisode qui se lit rapidement et qui sort chaque semaine c'est bien. On n'a pas à attendre trop longtemps pour avoir la suite. L'histoire pourra se prolonger dans d'autres "saisons" qui sortiront du coup bien plus tard.

Comment s'est passée la sélection d'auteurs pour participer au projet ?

Pour beaucoup, on se connaissait déjà par internet depuis des années et on suivait chacune et chacun le travail des autres. Pour lancer un projet comme ça, c'est beaucoup d'efforts. On espère que ça va marcher mais on n'a aucune certitude. Donc les auteurs sont des personnes qu'on connaissait, qui ont un talent de fou et qui surtout en avaient envie.

J'espère que le projet continuera et qu'on pourra faire appel à de nouvelles personnes, le proposer à d'autres amies et amis, à des gens qu'on ne connait pas et pourquoi pas à des autrices et auteurs qu'on admire. Plus il y aura de personnes diverses, avec différentes expériences, plus le projet sera vivant et foisonnant. 

Comment se passe votre travail sur cette histoire ?

D'abord on est très heureux, ensuite on procrastine et puis après on pleure !

Ahah, mais en vrai, Thomas Mathieu a commencé par créer un univers de base, avec des régions et des sociétés différentes. À partir de là, plusieurs participants ont créé des personnages avec une intrigue liée... Ensuite Thomas a fait une sorte de gros mix de toutes ces idées pour qu'elles deviennent une seule et même histoire... Il y a eu pas mal de modifications au fur et à mesure. Chaque personne a fait un storyboard de son épisode (il y a quelques exceptions où des épisodes sont dessinés par une personne différente de la personne qui a scénarisé), ce qui a permis d'avoir une vision globale de l'histoire. On a fait pas mal de relectures du storyboard en entier, pour voir si c'était agréable et compréhensible.

Vous avez tous des univers très différents et marqués. Avez-vous beaucoup travaillé ensemble en amont pour tous trouver vos marques dans un seul et même monde ?

Ça s'est fait assez naturellement car on a des influences communes. Et même si on des sensibilités différentes, le but était de les associer pour varier entre les passages de grosses bagarres, ceux où l'on développe plus les personnages et l'univers,et ceux plus poétiques et oniriques. Tarmasz était heureuse de dessiner une grosse bataille médiévale, Luchie a rajouté un passage où l'on sent les liens entre les personnages et Timothé est très content de raconter une histoire avec des ados dans une île/école de mages.

Comme la plupart des participants ont été amenés à dessiner des personnages créés par d'autres, on a dû faire beaucoup de dessins de références ! 

Tous les membres avaient-ils de l'expérience en bande dessinée numérique, et notamment en turbomédia, avant de démarrer cette aventure ?

Tous les membres ( sauf un ! ) avaient un blog, et des bandes dessinées sur des plateformes numériques comme Grandpapier.org. Donc on savait comment faire de la bande dessinée sur internet, avec plus ou moins d'expérimentation selon les personnes. Timothé le Boucher avait fait une BD interactive, Exaheva a fait plein d'expériences sur son blog, Tarmasz a expérimenté avec le crowdfunding (pleins de projets différents le dernier étant TRBKRR), Nina Lechartier a aussi fait pas mal de trucs qui ne sont pas tous visibles sur internet malheureusement, Tamia Baudouin bosse sur un jeu vidéo et Emmanuel Espinasse a fait superpixelquest.

Quel est, justement, l'intérêt de la bande dessinée numérique et du turbomédia en particulier pour ce type de projet ?

C'est un format facile à lire sur écran, qui permet plein de possibilités un peu gadget. Mais qui n'aime pas les gadgets ? C'est aussi facilement lisible sur téléphone. Du coup, on voulait voir si des gens utiliseraient cette possibilité. 

Le scroll est aussi une forme agréable à lire sur écran et peut-être que l'on fera certains épisodes comme ça. On ne voulait surtout pas faire une bande dessinée tradi juste mise sur internet.

Quelles sont vos influences communes pour cette série ?

On est tous pas mal fan de Steven Universe et Adventure Time et je crois que ça se sent. Pas mal d'entre nous ont aussi beaucoup aimé Donjon (Sfar et Trondheim) et Game of Thrones puis en ont été assez déçus quand les intrigues se sont embourbées. Les personnages féminins qui pouvaient être intéressants ou intrigants au départ ont été au final sous-exploités par l’intrigue, relégués au second plan, hyper-sexualisés ou sacrifiés au profit d’un personnage masculin quand les auteurs n’en profitent pas tout simplement pour leur faire dire leur pensée sexiste. Comme on n'a peur de rien, on s’est dit qu’on allait faire mieux ! 

Une autre influence est le blog de Mirion Malle que nous sommes nombreuses et nombreux à lire. 

Thomas Mathieu a aussi fait quelques épisodes pour Les Autres Gens dirigé par Thomas Cadène, qui est aussi un feuilleton ambitieux en bande dessinée numérique. Donc il y a évidemment une filiation de ce côté là.

Après sa parution en numérique, Les Autres Gens a ensuite été publié chez Dupuis. Pensez-vous à une version papier du Secret des cailloux qui brillent si le succès est au rendez-vous ?

On fait avant tout cette saga pour les internautes et les épisodes sont faits avec l'idée de faire quelque chose de bien sur le web. On aimerait qu'il y ait suffisamment d'internautes et de dons pour que ça marche juste comme ça. Après, ce sera difficile de résister à la tentation du papier, je ne fais pas de promesse ! Ce serait une rentrée d'argent en plus. Et la possibilité de faire un beau livre est tentante. Mais c'est aussi important pour nous d'être le plus possible indépendant, de rester maître de notre travail, et je préfèrerais garder les lectrices et lecteurs comme seuls patrons.

Par ailleurs, je pense que dans l'état actuel le projet est vraiment pensé pour le web, avec un format, des animations et une réflexion globale qu'il faudra réadapter si on réalise un jour une version papier.

Plusieurs d'entre mènent des projets ouvertement militants et engagés, notamment sur des problématiques féministes (Thomas avec Le Projet Crocodile, Mirion avec Commando Culotte...). C'est quelque chose qu'on retrouve dans Le Secret des Cailloux qui brillent avec des personnages féminins forts et qui sortent des clichés de genre, des relations amoureuses variées... Est-ce qu'au cours de l'écriture il y a eu une volonté de montrer une oeuvre plus juste à ces sujets ?

On essaye de faire attention à ça, bien sûr. On profite que ce soit dans un univers fantastique pour mettre un peu ce qu'on veut. On peut avoir des femmes guerrières dans l'armée sans en faire un truc exceptionnel. Il y avait réellement des femmes chevaliers et guerrières au moyen-âge et pas seulement Jeanne D'Arc. Des femmes qui défendaient leur village, des femmes dans certaines croisades, des aristocrates veuves ou avec leur maris en captivité. Mais ici on est dans un monde inventé avec nos propres règles et on peut décider que dans l'armée il y a des femmes, et ce n'est pas un truc qu'il faut justifier. 

C'est un peu délicat de faire quelque chose de parfait avec zéro cliché qui représente vraiment tout le monde, et on va sans doute faire des erreurs, mais on essaye de faire attention. Je ne crois pas que ce soit un projet militant, on s'amuse et on essaie de ne pas être craignos.

Ça n'est pas militant dans le sens où on n'essaye pas de faire comprendre ou d'expliquer des concepts féministes avec cette BD. Par contre on essaye de les appliquer à l'histoire avec une vraie volonté de sortir des clichés en tout genre. Surtout dans un univers de type médiéval-fantastique qui, comme dit plus haut, permet de faire ce qu'on veut, mais dont les exemples les plus populaires sont remplis de mecs blancs qui se battent avec des dragons et où les filles sont releguées au rang de potentielles victimes de viol. Les gens qui font ces histoires se cachent souvent derrière l'excuse de la "véracité historique", qui s'appliquerait uniquement pour le cas des personnages féminins, non-blancs, non-hétéro, etc (alors qu'ils étaient pourtant bien présents à l'époque médiévale - et à toutes époques en fait ) mais pas pour les monstres et la magie. Dans ce projet on ne veut pas reproduire ça, déjà parce que c'est nul et en plus parce que ça donne souvent des récits déjà vus mille fois. 

Le secret des cailloux qui brillent est accessible gratuitement mais vous avez également mis en place en Patreon. Quelles sont les contreparties proposées à ceux qui vous soutiennent par ce biais ?

Oui, on a mis des bonus pour nos formidables et merveilleux mécènes ! Chaque semaine il y a deux pages de BD qui en disent plus sur l'univers de la série. Comment fonctionnent les marquiseries, les différents rangs des mages, qui sont les démons et les géants. Il y a aussi des fonds d'écran et un pdf avec le storyboard, et une loterie où l'on envoie des posters et des dessins originaux à quelques personnes tirées au hasard.

Mais le plus important, c'est que si suffisamment de gens donnent un ou deux dollar par épisode, on pourra continuer à faire cette série. Tout le monde pourra continuer à la lire. 

On travaille actuellement pour envoyer une version ibook ou epub des épisodes.

Déjà 7 épisodes parus, pouvez-vous nous révéler quelques secrets concernant la suite (nombre d'épisodes prévus...) ?

On a 19 épisodes scénarisés qui forment une sorte de saison 1. Après on espère que ça va marcher du tonnerre et qu'on fera 100 000 épisodes ! En tout cas on a un petit bout de papier avec des idées pour dix saisons.

Aussi : le mage caché existe, n'écoutez pas ceux qui vous disent le contraire.

Avez-vous chacun d'autres projets en ce moment ?

Exaheva : Je suis en train de travailler sur une très longue bande-dessinée numérico-interactive. Et à côté je scénarise Mekka Nikki, un autre webcomics qu'on peut lire gratuitement sur Attaque Surprise et dont les épisodes sortent tous les mois! 

Tamia : Je travaille avec Nathalie Ferlut sur la biographie d'Artemisia Gentileschi. Si tout va bien ça sortira en 2017 chez Delcourt. Et à coté je bosse avec quatre autres personnes (RedFanny, Loic Locatelli Kournwsky, JeanPhi) sur un petit projet de jeu vidéo.

Mortis : Je fais aussi un autre webcomic de SF-aventure, ça s'appelle Dr Cataclysm et ça se trouve aussi sur Attaque Surprise ! Super ce site décidément.

STC019 : En collaboration, je bosse avec Ima sur Utena Maniac, un manga de baston queer féminin-centré et avec Hélène Mourrier, super plasticien-ne activiste trans, sur la création d'un abécédaire queer visuel et écrit avec 52 définitions. Tout-e seul-e, je commence à monter une petite maison d'édition trans et un nouveau webcomic thriller : She Kissed Like Her Name.

Thomas : Je travaille avec Anne-Charlotte Husson sur une petite BD didactique sur le féminisme qui paraitra à la rentrée dans la Petite bédéthèque des savoirs.

Mirion : J'ai un projet en cours avec Sophie Bédard, une super autrice québécoise qui fait aussi de la sexologie, autour du sexisme des conseils de drague, mais on en est encore au tout début. Et j'essaye aussi d'adapter ce que je fais sur mon blog, sur la représentation, pour un public plus jeune.

Y'a-t'il des bd numériques chouettes que vous pourriez nous conseiller ?

On est plusieurs dans le groupe à aimer les histoires d'horreurs (est-ce que vous avez vu les histoires courtes de Tamia Baudouin ?). Et il y une autrice américaine qui excelle dans le genre et innove également parfois dans le format : Emilly Carroll. C'est en anglais, et très bien écrit, les histoires sont parfois courtes, parfois assez longues, rarement gores, très gothiques. En voici une avec un poème qui nous indique dans quel ordre lire l'histoire. Et deux autres histoires que j'aime bien : Out of skin et When the darkness presses

Il y a aussi le tumblr Tulipe par Sophie Guerrive qui est plein de charme, de refléxion et de poésie.

Sinon Oriane Lassus fait des notes géniales où elle intègre des morceaux de musique qu'elle commente (mais après on a l'air de Combien pour ce chien dans la vitrine coincé dans la tête ! )

galerie photo Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?