Evenement > Fanzine, auto-édition et autres histoires #8 : Les chroniques de Maindish

Fanzine, auto-édition et autres histoires #8 : Les chroniques de Maindish

Franco-belge Le 17 aout 2014
1
par Elsa
Fanzine, auto-édition et autres histoires #8 : Les chroniques de Maindish

À quoi ressemblerait un monde d'heroic fantasy sur le thème de la cuisine ? C'est en partant de cette question qu'Aube a imaginé les Chroniques de Maindish, une bande dessinée auto-éditée qui compte pour le moment deux tomes (qui sont deux one-shots).

Et c'est vraiment bien. Pétillantes et pleines d'humour, les aventure d'Origan, Ciboulette et Myrtille nous emmènent à la découverte d'un monde où d'innocentes recettes de cuisines se transforment en sorts puissants, et où les chevaliers se battent avec des couverts géants. Les Chroniques de Maindish est une série colorée et pleine de vie qui se savoure avec grand plaisir.

Aube a répondu à nos questions, et vous en dit un peu plus sur son parcours et sur sa bande dessinée.

Peux-tu nous raconter ton parcours, et comment tu es entrée dans le monde du fanzinat ?

Côté études, j’ai cumulé un Bac Arts Appliqués, un BTS design de produit et je suis actuellement aux Arts Déco de Paris dans la section cinéma d’animation.

Ces écoles, bien qu’excellentes, ont certains a priori sur l’héroic fantasy, le manga etc… Donc j’ai tendance à séparer mes travaux plus « plastiques » que je présente à l’école, de mon univers personnel qui n’est pas toujours regardé d’un bon œil.

Le fanzine a été pour moi la solution, le moyen de concrétiser cette partie de moi qui ne trouvait pas sa place. Je l’ai découvert  en m’inscrivant sur un site de dessin en ligne (e-kaki.net) dont les membres tenaient un fanzine aujourd’hui éteint. En rencontrant ces gens IRL, j’ai plongé dans l’univers décalé et haut en couleurs des conventions. J’ai été séduite par la bonne ambiance des « coins fanzines » dont j’avais envie de faire partie. Pourtant je ne parvenais pas à trouver l’équipe adéquate pour me lancer. Il y a quatre ans, des amies sont venus me trouver pour me proposer de monter un fanzine collectif sur le thème de la cuisine : «  le kiwi-zine » auquel je participe toujours activement.

Comment raconterais-tu les Chroniques de Maindish, et comment est née l'idée de cette histoire ? 

Si j’apprécie le travail d’équipe sur le kiwi-zine, j’avais besoin de me lâcher complétement sur un projet personnel : quelque chose qui met de bonne humeur, de drôle et coloré. Je voulais néanmoins que cela parle de cuisine afin de pouvoir le présenter sur le stand du kiwi-zine. J’ai également réalisé que j’étais toujours très attachée à la fantasy et que pour être à l’aise, il me fallait mixer ces deux thèmes.  Les chroniques de Maindish sont donc nées à partir de ce postulat : À quoi ressemblerait un monde où la magie est à base de cuisine ? À quoi ressemblerait cette magie ? Quelles seraient les conséquences sur le mode de vie des personnages, sur l’économie, la politique etc ?

Le tome 1 et 2 des Chroniques racontent les aventures d’une petite équipe composée de Myrtille, une cuisimage ratée et excentrique, de Minth, une cuisimage spécialisée dans la magie du thé, d’Origan, un jeune homme armé d’une cuillère géante et de son frère Ciboulette qui se retrouve changé en cochon. Au cours de leurs voyages, ils se retrouvent confrontés à divers complots et drames dévoilant les facettes du royaume de Maindish.

Comment se passe ton travail sur ce titre ?

Je suis en constante recherche d’éléments pouvant étoffer l’univers. Je créé les lieux, les personnages, les événements historiques sans me soucier de ce que je vais réellement utiliser dans le récit. Puis je choisis ce dont j’ai le plus envie de parler. Dans le tome 2 c’est le fort Croustillon, quartier général des chevaliers haut couteaux, que j’avais envie de développer ainsi que l’histoire d’Origan. Une fois le scénario en place je commence le découpage des planches. Seulement, j’ai la fâcheuse manie de travailler chapitre par chapitre. C'est à dire qu’une fois le découpage d’un chapitre terminé, je passe à la réalisation des planches sans avoir découpé le chapitre suivant. Cela a quelques désavantages. Néanmoins je préfère travailler comme ça car ainsi je réfléchis constamment à la cohérence de l’histoire. Cela permet également de me ménager des sortes de suspens et de ne jamais m’ennuyer au cours de la réalisation. En ce qui concerne le dessin, je travaille directement à l’ordinateur sur le logiciel Paint Tool Sai. Ma façon de peindre me permet de me passer de l’étape « encrage ». Je peux revenir comme je veux et à tout moment sur les dessins.

Quelles sont tes principales influences ?

En ce qui concerne l’univers de Maindish, je citerais l’animé Slayers et les Annales du disque-monde de Terry Pratchett. Pour ce qui est de mon travail en général, je dirais que je suis influencée par les illustrations de recherches de décors que je peux voir dans le domaine du cinéma d’animation, notamment les plus anciens Disney. La couleur a une grande importance dans mon travail. Les ambiances colorées soulignent le ton du récit et chaque personnage possède sa propre gamme chromatique. J’ai également eu l’occasion de travailler à la restauration de peintures murales anciennes et j’ai toujours été fascinée par l’efficacité d’une simple touche de pinceau qui donne l’impression, vue de loin, d’une multitude de détails vivants. C’est pourquoi j’aime laisser les coups de brush bien visible. L’ensemble me parait plus vivant ainsi.

Quels sont tes prochains projets ?

En septembre sortira le tome 4 du kiwi-zine portant sur la cuisine végétarienne. Mais en octobre, j’entamerai la cinquième et dernière année dans mon école. Il va falloir que je me concentre sur mon film de fin d’étude et sur ce qui suivra. C’est pourquoi même si j’ai une multitude d’idées en tête, je n’ose pour le moment annoncer un prochain projet. Je m’interroge sur l’intérêt de nouveaux tomes des chroniques de Maindish, qui porterait sur d’autres personnages, d’autres lieux. Je caresse l’idée d’un webcomic dans un univers plus sombre. Je me penche également sur le montage de dossier de livres pour enfant…

Y'a-t-il des fanzines ou des projets en auto-publication pour qui tu as un coup de coeur et dont tu voudrais nous parler ?

Le fanzinat en général mérite de l’attention car de nombreux projets, même s’ils ne sont pas parfait, sont portés par la passion et l’espoir. Vous avez déjà interviewé mes artistes préférés : Nephyla, Chaud Nem Jump, Sanoe… Je voudrais rajouter à cette liste Maiwenn qui a terminé cette année un très joli webcomic Be-twin qu’elle a fait imprimer en trois gros volumes. Elle développe également Le petit peuple que j’aime beaucoup.

 

- Le blog d'Aube, son blog dédié aux Chroniques de Maindish, et sa page facebook.

galerie photo Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?