Evenement > L'Homme qui tua Chris Kyle : portrait d'un homme et d'un pays

L'Homme qui tua Chris Kyle : portrait d'un homme et d'un pays

Franco-belge Le 08 juin 2020
0
par LiseF
L'Homme qui tua Chris Kyle : portrait d'un homme et d'un pays

Le 29 mai dernier, Dargaud publiait L'Homme qui tua Chris Kyle, par Brüno et Fabien Nury. Le duo d'auteurs qu'on connaissait par exemple pour Tyler Cross ou encore Atar Gull se lance dans un genre risqué mais passionnant : la bande dessinée reportage. Un genre risqué parce qu'il peut devenir ronflant si on surcharge trop de détails, mais passionnant parce qu'il permet d'apprendre plein de choses. Et c'est un bonheur de constater que le duo s'en sort à merveille

Deux vétérans

Chris Kyle, c'est une légende vivante. On le surnomme l'american sniper : il a abattu un nombre record d'ennemis à la guerre, et il a même reçu des médailles pour ça. De retour au pays, il sombre dans la dépression et l'acool. Renvoyé à la guerre, il accomplit à nouveau des prouesses qui lui valent l'admiration de ses pairs. En revenant aux États-Unis, il décide de ne plus sombrer et de venir en aide à ses camarades vétérans. Il fonde une structure permettant de soutenir les anciens soldats... en leur mettant de gros guns dans les mains.

Eddie Ray Routh est lui aussi parti au front, mais il n'a jamais tiré sur qui que ce soit. Plus réservé que Chris "la légende" Kyle, il est bien moins apprécié parmi ses camarades de combat. Une fois revenu au pays, il sombre dans la drogue et ses relations avec ses proches sont extrêmement compliquées. Sa mère a alors l'idée de le mettre en contact avec l'american sniper, pour qu'il aille effectuer l'une de ces "thérapies" sur le champ de tir. Ainsi débute l'histoire de l'homme qui tua Chris Kyle...

Un pays bouffé par les contradictions

En lisant le titre de l'oeuvre, on pourrait croire qu'il s'agit d'une sorte de biographie d'Eddie Ray Routh. Mais l'assassin n'est que l'un des personnages de l'histoire. Chris Kyle, représenté par des traits très marqués (une moustache de cow-boy, de grosses lunettes noires de biker), est bien plus central dans cette oeuvre et cristallise à lui tout seul tout une facette des États-Unis. Celle où les lois ne sont qu'une gêne qui empêchent de se défendre avec son fusil. Celle qui s'insurge contre le contrôle des armes à feu, qui salue chaleureusement les troupes parties au combat et qui considère que la guerre est nécessaire. Plus qu'une vraie personne, Chris Kyle est un avatar, à partir duquel Brüno et Fabien Nury brodent le portrait d'un pays bouffé par les contradictions. Chris Kyle, qui était persuadé que les armes pouvaient soigner, sera abattu par l'une d'elles.

Le duo a su trouver l'équilibre entre information et sensationalisme. L'histoire est passionnante, surtout quand on la découvre dans la BD : à titre personnel j'ignorais que Chris Kyle avait été le héros d'un film réalisé par Clint Eastwood avec Bradley Cooper. L'ensemble des détails de l'affaire est profondément marqué par de nombreuses problématiques qui rongent le pays et qui sont exposées là, sans filtre. À tel point qu'au fil de la lecture, on en oublierait presque que c'est une histoire vraie.

Si les États-Unis vous fascinent autant qu'ils vous inquiètent, vous allez adorer cet album. C'est un coup de projecteur à un instant T, qui rassemble procès médiatique, adaptation Hollywoodienne et personnages mémorables. Une histoire magnifiquement racontée par un duo d'auteurs qui n'a pas fini de nous surprendre.

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?