Evenement > La sélection de la rédac : les meilleures BD françaises de l'année

La sélection de la rédac : les meilleures BD françaises de l'année

Franco-belge Le 09 dec 2019
1
par LiseF
La sélection de la rédac : les meilleures BD françaises de l'année

Noël approche et avec lui les cadeaux sous le sapin. Et cette année encore vous serez sans doute nombreux à vouloir offrir des BD ! Parmi les milliers d'albums qui sortent chaque année, difficile de trouver LE titre qui plaira à vos proches. Pas de panique, on est là pour vous aider !  Cette semaine sur 9emeArt.fr, nous vous proposerons une sélection thématique d'albums sortis dans l'année. L'occasion de vous suggérer des idées de cadeaux mais aussi de faire le point sur les sorties de l'année 2019. Pour ces sélections, nous avons fait appel aux différents chroniqueurs du site, que vous reconnaîtrez donc sûrement au cours de vos lectures.

On attaque avec les BD françaises : nous avons hésité à utiliser le terme de BD franco-belge, encore bien présent sur le site. Cela dit, beaucoup de lecteurs l'assimilent au format franco-belge traditionnel, avec ses 46 pages. Pourtant, vous allez voir que les albums de la sélection sont bien plus diversifié en termes de taille et d'épaisseurs. Nous avons donc choisi le terme de "BD française". C'est parti ! 

Tsu Goupil : Le loup

Le loup c’est la BD qui a su me marquer de par la justesse avec laquelle elle traite un sujet très délicat. On suit Gaspard, un berger des Ecrins qui assiste un soir à une attaque de loup sur son troupeau. Il abat l’animal, mais voilà, ce loup était en réalité une louve, qui laisse derrière elle un petit. La suite du récit, c’est la construction de ces deux êtres qui se font face et pourtant évoluent en parallèle. J’ai été très touchée par cette histoire, encore plus par la fin qui est encore présente dans ma tête. Le livre se termine par un texte du philosophe Baptiste Morizot, qui complète vraiment bien ce récit qui ne prend finalement jamais parti. Une bande dessinée remplie d’une force accrue par les traits de Jean-Marc Rochette. L'album est disponible au prix de 18 euros chez Casterman.

LiseF : Tant pis pour l’amour

Tant pis pour l’amour aborde avec un ton hyper juste un sujet essentiel. Son autrice Sophie Lambda raconte sa rencontre, sa relation amoureuse et sa rupture avec un pervers narcissique. Sans tomber dans le pathos, avec une excellente justesse de ton, l’autrice parvient à nous captiver et nous faire comprendre beaucoup de chose. Pourquoi a-t-on tendance à être attirés par ce type de personnes ? Comment nous font-ils souffrir ? Pourquoi est-il difficile de les quitter ? Comment les repérer, aider celles et ceux qui en souffrent ? L’album est à la fois une histoire et un manuel, sans être ennuyeuse. Un travail cathartique pour l’autrice qui aidera assurément de nombreux lecteurs. L'album est disponible au prix de 24 euros chez Delcourt.

Yaneck : Les indes fourbes

Pourquoi faudrait-il bouder Les Indes fourbes ? Qu’il soit l’alliance de deux auteurs de BD à succès n’est pas une tare. Que les planches de Juanjo Guarnido soient les plus belles qu’il ait produites depuis longtemps, les plus riches, ne l’est pas plus. Que le scénario d’Alain Ayroles soit construit avec une intelligence qui montre qu’il a trompé ses lecteurs tout le long de l’album, ce n’est pas irrespectueux. Qu’il soit un des albums les mieux vendus de cette fin d’année n’est pas suspicieux. Il ne faut pas faire la fine bouche, Les Indes fourbes est un si ce n’est LE meilleur album de bande dessinée franco-belge sorti cette année. Ses auteurs ont travaillé avec sérieux et implication pour nous offrir une œuvre à la fois exigeante en tous points, intelligente, avec un vrai regard sur le monde et pourtant d’une totale accessibilité. Pas de snobisme mal placé, lisez-le, vous ne le regretterez pas ! L'album est disponible au prix de 35 euros chez Delcourt.

Guillaume : Le Dernier Atlas

Cet album, dont les scénaristes Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval viennent de recevoir le Prix Goscinny, est incontestablement une très bonne surprise de l’année 2019. Mêlant habilement les genres du thriller et de l’uchronie, ce travail à quatre mains est parfaitement maîtrisé et se lit d’une traite malgré ses plus de 200 pages. On y suit les activités peu scrupuleuses d’Ismaël Tayeb, petit truand Nantais chargé par son boss de récupérer une pile atomique. Il décide de voler celle du dernier Atlas (un robot géant commandé par l’armée française durant la guerre d’Algérie) qui est en train de rouiller dans une décharge en Inde. Parallèlement à la préparation de son coup et à la réunion de l’équipe nécessaire, d’étranges phénomènes climatiques surviennent au coeur du désert maghrébin. Le récit est habilement construit : l’histoire principale contient de nombreuses ramifications et introduit un éventail de personnages qui ne restent jamais secondaires très longtemps. La fausse documentation historique en fin d’album est une belle idée qui renforce la crédibilité de l’uchronie.

Le dessin semi-réaliste, efficace et dynamique, sert parfaitement le propos. Les héros ont tous du vécu et un charisme indéniable qui transparaît dans leurs traits marqués par la vie. Les lieux de l’action sont variés et entraînent le lecteur dans un voyage des plus plaisants. Ce premier tome d’une série qui devrait en compter trois met en place tous les éléments d’un puzzle dont on a hâte de découvrir les pièces manquantes, et réinvente le feuilleton en bande dessinée. L'album est disponible au prix de 25 euros chez Dupuis.

Et vous, quels ont été vos coups de coeur côté BD française en 2019 ? Rendez-vous demain pour la sélection des meilleurs mangas de l'année !

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?