Evenement > Le collège noir s'achève : retour sur une série jeunesse délicieusement dark

Le collège noir s'achève : retour sur une série jeunesse délicieusement dark

Franco-belge Le 17 avr 2019
0
par LiseF
Le collège noir s'achève : retour sur une série jeunesse délicieusement dark

En février dernier est sorti le dernier tome du triptyque Le Collège Noir, la série d'Ulysse Malassagne. J'ai toujours suivi avec beaucoup d'intérêt cette série jeunesse, qui me plait par son ton imprertinent, ses sombres intrigues et ses dialogues très bien écris. Avec la sortie de ce dernier tome, c'est l'occasion de vous parler de l'oeuvre de façon plus générale. Pas d'inquiétude si vous ne l'avez pas commencée, l'article est sans spoiler !

Au coeur des forêts

Dans Le Collège Noir, on suit l'histoire d'Ulysse alors pré-adolescent. Vous avez bien lu : l'histoire nous présente le récit comme s'il s'agissait de son propre passé, et je trouve l'idée vraiment intéressante. Ulysse fréquente une école perdue au milieu de la forêt en internat. Alors que les vacances arrivent, il se retrouve tout seul avec les autres élèves dont les parents n'ont pas le temps de s'occuper et Lena, leur drôle de surveillante. Jonas, un élève un peu solitaire, part à travers la campagne rejoindre sa propre famille. Mais nul ne devrait marcher seul dans la forêt...

Plus tard, on retrouvera le cadavre de l'enfant, noyé. Pour Ulysse et ses copains, c'est un coup dur. Plus dur encore lorsque le fantôme du petit garçon vient leur rendre visite : son âme est prisonnière de la sorcière ! Pas le temps de s'apitoyer pour nos petit héros. Ils déclarent la guerre à l'esprit maléfique qui hante les bois, se mettant à dos par la même occasion des forces qui les dépassent tous.

"Qu'est-ce qu'ils branlent ?"

Vous l'aurez compris : Le collège noir porte bien son nom ! La série, même si elle se destine à un public jeunesse, cultive un récit sombre, puisqu'il démarre par la mort d'un des élèves. Le ton est à mon sens parfaitement équilibré : c'est juste assez dark pour être intéressant, et le vocabulaire utilisé par les personnages est très actuel. Ainsi, dans cette série personne ne s'étonnera de voir une des protagonistes s'exclamer "pfah les relous !" et un autre demander "quest-ce qu'ils branlent ?". Et ça marche, puisque le premier tome a remporté le prix de collège d'Angoulême en 2017. C'est d'autant plus éclairant quand on sait que ce sont les élèves qui votent : la série plait à son public.

Le problème c'est que ce ne sont pas les enfants qui achètent, mais les parents. Et les parents justement, ils peuvent être un peu rebutés par ce vocabulaire "fleuri" et ce ton dur. Et dépit de ça, je suis contente qu'Ulysse Malassagne ait décidé de s'adresser ainsi aux lecteurs. La série est authentique, jamais naïve et surtout passionnante. Au fil des trois tomes nous allons plonger au coeur d'un bestiaire fascinant créé par l'auteur, mais aussi de vraies légendes des montagnes françaises. La série donne à nos campagnes un petit côté effrayant, et se sert de notre folklore pour créer des ambiances uniques. Du premier au dernier volume, on est captivés !

Carton plein donc pour Ulysse Malassagne : le diptyque est très bien construit, avec un fil rouge qui tient en haleine et tout un tas de bestioles terrifiantes. Des albums qui à coup sûr plairont au jeune public, et aux adultes avides d'aventures ! Les trois tomes sont disponibles chez Grafiteen.

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?