Evenement > Édito : Un bon scénario, c'est plus important qu'un beau dessin ?

Édito : Un bon scénario, c'est plus important qu'un beau dessin ?

Général Le 20 dec
5
par LiseF
Édito : Un bon scénario, c'est plus important qu'un beau dessin ?

Au début de la semaine, on vous parlait des dix conseils de Riad Sattouf pour devenir auteur de BD. À titre personnel je les trouvais hyper bienveillants et plutôt positifs, mais à la rédac et sur les réseaux sociaux, un point a fait débat. Voici la phrase en particulier qui a fait tiquer plusieurs personnes :

Ne soyez pas aveuglé par la recherche de virtuosité du dessin : 99% des lecteurs préfèrent une bonne histoire à la virtuosité d'un beau dessin !

Il faut avouer que cette question a de quoi faire débat. On pourrait croire que Riad Sattouf affirme finalement que le dessin est moins important que le scénario. Alors certes, il faut nuancer ce propos et j'imagine que c'est ce qu'il ferait si on le questionnait à ce sujet. Et d'ailleurs, c'est ce dont nous allons discuter ici. Je sais les coco, c'est pas dans mon habitude de publier des éditos, mais nouvelle année nouvelles habitudes et comme dit ma mère, y'a que les idiots qui changent pas d'avis.

Un dessin simple oui, simpliste non

Le dessin est-il vraiment plus important que le scénario ? À cela, pratiquement tout le monde répondrait non et notamment les illustrateurs, qui n'apprécieraient pas qu'on minimise leur travail par rapport à celui du scénariste. Cela dit, la question est intéressante : pourquoi Riad Sattouf a-t-il fait cette remarque ? Selon moi, il appelle surtout aux auteurs de BD en herbe à se décomplexer vis-à-vis du dessin. Imaginez par exemple : vous grandissez en lisant Loisel ou Bilal. Ce sont tous deux des virtuoses du dessin, alors forcément, vous vous dites qu'il faut leur talent pour faire de la BD. Heureusement, tous les styles sont les bienvenus !

Dans mon article d'origine sur les conseils de Riad Sattouf, je vous parlais du trait simple de Max de Radiguès. L'auteur de Bâtard ou encore Simon et Louise, a un style simple certes, mais pas simpliste : son dessin est compréhensible, accessible à tous. Il n'impressionne pas par ses prouesses techniques mais il est agréable à lire, fluide. Et pour cela, il faut une grosse maîtrise. Parce que dessiner une BD, ce n'est pas forcément être un expert de l'expression faciale et du magnifique paysage à l'aquarelle. C'est avant tout créer quelque chose de lisible. Et si ce n'était pas compliqué, les livres comme l'Art Invisible de Scott McCloud ne serviraient à rien. Tout ça, ça demande du temps et de la pratique, comme l'explique l'auteure Sarah Andersen :

Ne pas se bloquer dans la recherche de la perfection

Sarah Andersen est un bon exemple pour moi. Ses personnages ne sont pas loins des bonhommes bâton, et son style ne semble pas très compliqué à première vue. pourtant, elle explique elle-même que pour arriver à son niveau, il faut beaucoup, BEAUCOUP de pratique.

Ce qu'on peut en conclure d'après moi, c'est qu'il faut se permettre d'avoir son propre style. Si on préfère ne pas utiliser de couleur, dessiner un simple trait pour représenter un bras, libre à nous ! C'est ça qui est important : la recherche de la virtuosité en dessin peut bloquer le créateur en herbe et l'empêcher de s'amuser et d'expérimenter. C'est d'ailleurs ce que dit Riad Sattouf : il recommande de ne pas forcément chercher la "virtuosité d'un beau dessin". Malgré tout, il ne faut pas négliger tout le côté technique et théorique de la bande dessinée, qui est indispensable pour que celle-ci soit compréhensible par tous.

On peut ne pas être d'accord avec Riad Sattouf, mais je trouve que sa remarque prête vraiment à réflexion. Et vous, qu'en pensez-vous ?

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?