Evenement > FIBD 2015 : Le bilan de la conférence Delcourt / Soleil

FIBD 2015 : Le bilan de la conférence Delcourt / Soleil

Général Le 29 jan 2015
2
par Sullivan
FIBD 2015 : Le bilan de la conférence Delcourt / Soleil

En ouverture de la 42ème édition du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême ce matin, Delcourt a poursuivi sa tradition une année de plus et a profité des premières heures du salon pour voler la vedette aux autres éditeurs et dévoiler son plan éditorial global pour l'année à venir, au coeur d'un Hotêl Angoumoisin. Un évènement que nous vous avons permis de suivre en livetweet, et sur lequel nous revenons (pendant le très court temps qui nous est imparti) un peu plus en détails.

C'est par la voix de son Big Boss Guy Delcourt que l'éditeur a pris position sur ses différentes maisons, mais avant de parler édition, une autre tradition a encore et toujours la vie dure quand il s'agit de se lancer à corps perdu dans un festival bourré de rêves : le passage obligatoire par la case Chiffres, prépondérant lorsqu'il s'agit d'évoquer le groupe DelSol.

Ainsi, c'est par un ballet de camemberts aux sources diverses et variées qu'a débuté la grande messe de l'un des éditeurs les plus puissants du marché, des affirmations chiffrées très précises malheureusement remises en cause par les éternels débats qui animent les recenseurs de l'état de la santé de la BD, que ce soit GFK ou Gilles Ratier, à des lieues du constat dressé par Xavier Guilbert, pour ne citer que lui. Passons donc sur ce sujet un tantinet sensible tant que de vraies études profondes et parfaitement documentées ne feront pas l'unanimité, il semble trop complexe d'analyser un marché au travers d'une ou deux sources seulement. On notera simplement que Guy Delcourt parle de 11,2 % de parts de marché pour 778 parutions Delcourt en 2014, désormais leader dans notre petite industrie, ainsi que du fait que les prix reçus l'année dernière ici-même auraient nettement boosté les ventes des titres concernés. 

Du côté de l'édition, les champions sont toujours les mêmes, à savoir Zep, Walking Dead et Les Légendaires, trois valeurs sûres de la maison. Quant aux Carnets de Cerise, la BD d'Aurélie Neyret et Joris Chamblain s'affiche toujours comme la bonne surprise par son accueil critique autant que par son aspect commercial. Mais détaillons plutôt ces annonces, dans l'ordre par lequel celles-ci nous sont arrivées :

• Soleil

Rahan sera de retour, mené de main de maître par le fils de l'auteur, Jean-François Lecureux. Le Héros créé dans Pig Gadget n'a pas fini de faire tourner sa dent.

Un village Français, série phare de la TV Publique, sera adaptée en BD. Plus exactement, il s'agira d'une préquelle, qui nous amènera aux sources de la première (!) guerre mondiale, en 1914.

OSS 117 sera de retour, et l'éditeur nous explique qu'avec 250 romans à (potentiellement) adapter, c'est un joli futur que s'offre l'espion bien de chez nous.

• Côté Fantasy, Soleil oblige, on reste dans le très (trop) classique avec Nains, le spin-off d'Elfes (oui oui). Du côté d'Olivier Peru, qu'on aime beaucoup, on parle des Maîtres Inquisiteurs une BD là aussi complètement classique qui pourrait vraiment toutefois se démarquer par sa qualité. De ce qu'on a vu, c'était pas mal du tout.

Alice Matheson, une nouvelle série d'horreur qui met en scène une héroïne un peu psychopathe en temps d'Apocalypse Zombies. On parle de six tomes, et de trois mois d'écart entre chacun. 

Arleston, forcément présent, a annoncé une nouvelle déclinaison à son univers, à la travers la Vengeance de Sangre. L'auteur parle d'un ton plus violent. L'éditeur parle de 8 tomes. Sinon, deux Trolls de Troy sont à prévoir. Bref, plus ça change, plus c'est pareil. 

• La suite était plutôt classique (à l'exception de la jolie présentation de Métamorphoses, comme toujours, qui propose des titres aussi ambitieux que différents, à l'image du Jardin de Minuit) et on notera l'Aigle et la salamandre, au sujet du grand incendie de Rome et le Chemin de la Licorne, une histoire de templier devenu fou et amoureux de nos amies cornues. C'était le point surproduction historique, il nous était très difficile le rythme d'annonces tant celui-ci était dense. 

• Du côté de Soleil Manga, on notera Innocent de Shinichi Sakamoto, une BD venue du Japon qui sent bon la lecture sombre et intense à souhait. 

• MÉGA BONNE NOUVELLE : Malgré des retards de publication, JoJo's Bizarre Adventures (c'est Tonkam mais maintenant que le groupe est immense, tout est présenté comme un seul homme) continue bel et bien en 2015 et l'arc culte Diamond is Unbreakable sera disponible en Juillet. ORA ORA ORA.

• Pour les gamers bédéphiles, l'éditeur annonce aussi la publication de Zelda - A Link To The Past, par Shotato Ishinomori, quelques jours à peine après l'annonce de son retour sur le marché américain et dans la droite lignée des BD Super Mario.

DELCOURT

• On commence par les Comics et la belle présentatin de Thierry Mornet, qui a d'abord confirmé la poursuite du catalogue Star Wars chez Delcourt qui, comme nous vous l'annoncions il y a quelques semaines, publiera les titres édités en V.O par Dark Horse, afin de faire vivre l'univers étendu autant que faire se peut. À noter, pour ne pas tomber dans le piège rhétorique, que les nouvelles séries officielles (mais pas meilleures, attention à vos priorités) seront elles disponibles en kiosque chez Panini Comics. 

• Autre grosse signature, évidente tant les liens entre l'éditeur et l'auteur sont forts : Outcast de Robert Kirkman (qui sera bientôt adapté en série TV lui aussi) sortira dans le courant de l'année au sein du label Contrebande

• Décidément, le programme Comics était particulièrement dense ! Ainsi, The Strange Life of Nobody Owens de Neil Gaiman et illustré par P. Craig Russell (accompagné de Tony Harris, entre autres) sera lui aussi disponible chez Delcourt en 2015. 

• Tout autre sujet : We Are The 90's ! Delcourt s'associe à Sony et aux soirées cultes qui écument la France, en compagnie de ses jeunes auteurs, pour un album qui rendra hommage aux chansons cultes des années 90, que les trentenaires chantent à tue-tête dans des soirées qui sentent bon les Spice Girls. À noter que malgré la façon dont le projet a été présenté, Pénélope Bagieu n'y prend pas part, à l'inverse des excellents Davy Mourier et Arthur De Pins, bien décidés à rendre hommage à leur génération.

• Deux gros coups de coeur : Tout est possible mais rien n'est sûr de Lucile Gomez et surtout, Route 78 d'Eric Cartier, une magnifique histoire (vraie) venue de son voyage en compagnie de sa femme aux USA en 1978. Faites-nous confiance, on devrait vite en reparler. À noter que ces titres sont le fruit du travail de Yannick Lejeune, un éditeur qui nous semble être à la hauteur de ses (belles) ambitions ! 

• Belle signature pour la collection de starlettes passées par Delcourt : Stéphane De Groodt, animateur de mots à temps plein, signera bientôt son premier album pour l'éditeur au Happy Building. 

• Moins excitant à nos yeux (personne n'est à l'abri d'une bonne surprise) : Centaurus de Leo Rodolphe, une histoire qui nous amène 400 ans dans notre futur. Sauvage, de Jean-David Morvan, qui signera aussi Ocelot, une relecture un peu libre des Aristochats (il faut le dire vite). 

• Plus loin dans la conférence nous a été présenté un nouveau partenariat capital pour l'éditeur : celui avec les éditions First, pour l'adaptation en BD de leur collection Les Nuls. À ceci près que les sujets traités ici ne serviront pas à vous apprendre à jouer de la guitare ou à bien vous servir de Word, puisque c'est une approche plus romantique qu'a choisi l'éditeur. Ainsi, les premiers albums, disponibles en Septembre, seront consacrés à la Drague et à la Grossesse pour les nuls, avant de s'intéresser au rôle de Papa et au vin un peu plus tard. 

• Deux autres projets à surveiller : Love Story à l'Iranienne, une sorte de Persépolis maison qui raconte la difficulté de s'aimer en Iran à partir d'une enquête de terrain, ainsi que le Carnet de Santé Foireuse de Pozla, un génie d'auteur remarqué sur Monkey Bizness, qui devrait livrer ici une interprétation très personnelle d'un drame qui a touché sa vie : la découverte de sa maladie de Crohn, ainsi que sa longue et difficile hospitalisation.

• Du côté de la jeunesse, on nous parle réalisme et dessin académique avec les Maîtres des tapis, un très grand format qui proposera des histoires de 24 pages "pour aider les 6-7 ans à attraper le virus de la Bande Dessinée."

• Grosse annonce avec un auteur que l'on aime particulièrement, puisque Lupano signera plusieurs albums pour Delcourt, dont un (déjà) très attendu Traquemage, qu'il présente comme de la "Fantasy Rurale", où un fromager devra lutter contre des mages mal intentionnés pour parvenir à produire son fromage artisanal de qualité. 5 minutes de présentation, 3 fous rires. Il est fort. 
Autre titre qui lui est alloué : 7 Nains, ou une relecture du compte classique de Blanche-Neige, dans lequel celle-ci ne sera plus "une bonnasse bonne à faire le ménage", pour bousculer les codes établis. Ce n'est clairement pas original, mais ça ne va pas l'empêcher d'être génial.

• Enfin, Alfred est venu nous présenter L'Homme qui Chante, un album concept consacré à la production du dernier opus d'Étienne Daho, entre Londres et la France. Pour les amateurs de week-ends à Rome. 

Comme toute présentation Delcourt qui se respecte, impossible de passer à côté de l'annonce Zep du jour : la publication de What a Wonderful World, son blog sur Le Monde, en relié. Ça tombe bien, c'est franchement réussi.

Voilà, vous savez désormais à quoi vous attendre en 2015 avec l'éditeur à la Pyramide (bien définie), quant à moi je cours poursuivre nos tournages en Terre Charentaise, entre les gouttes et les services de sécurité zélés. On se retrouve demain pour les annonces Glénat et Rue de Sèvres (!), que l'on a hâte de découvrir !  

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?