Evenement > TRIBUNE : artiste, un travail ''non-essentiel'' ?

TRIBUNE : artiste, un travail ''non-essentiel'' ?

Général Le 15 juin 2020
1
par LiseF
TRIBUNE : artiste, un travail ''non-essentiel'' ?

C'est la polémique qui secoue le web créatif en ce moment : sur les réseaux sociaux circule une photo d'un article publié dans un journal, le Sunday Times. Il s'agit d'un sondage réalisé auprès de lecteurs du journal, leur demandant quels sont selon eux les professions essentielles, et celles qu'ils considèrent comme non-essentielles. Et les artistes sont placés en tête de la seconde catégorie.

Il est important de replacer l'information dans son contexte : ce journal est publié à Singapour. Les lecteurs ont été questionnés sur les profession qui, selon eux, doivent être plus soutenue par la communauté. Malgré tout, le web international s'est emparé de cette question, et beaucoup de dents ont grincé. Alors, le métier d'artiste est-il "non-essentiel ?"

Les artistes et le confinement

Vous vous en doutez, la réponse de notre côté est évidemment non. Et pour le constater, il suffit d'observer les deux mois de confinement que nous venons de traverser. Retranchés dans nos logements, beaucoup d'entre nous ont fait face à un ennui et un désarroi presque insupportables. Face à cette avalanche de sentiments négatifs, la présence des artistes a été salvatrice. La chaîne Twitch Le Salon, où des dessinateurs, peintres, sculpteurs, musiciens, se relayaient à la caméra, a réalisé de belles audiences durant ces deux mois difficiles. Avec la Coronamaison les artistes ont couvert nos réseaux sociaux de petites pièces cosy, une initiative qui a d'ailleurs été reprise par bien des parents, ravis d'avoir quelque chose de nouveau à proposer à leurs enfants.

Parlons-en d'ailleurs, des enfants. Même si l'angoisse de cette période suspendue dans le temps a été difficile pour tout le monde, les parents ont eu droit à la double-dose de stress puisqu'ils ont dû gérer leur progéniture, en ayant très peu le droit aux promenades. Là encore les artistes se sont révélés irremplaçables. Je pense par exemple à Claude Ponti et ses Chozafères, publiées quotidiennement et qui permettaient aux enfants de s'adonner à des activités créatives.

Du divertissement, mais pas d'argent

Le point commun entre toutes ces initiatives, c'est qu'elles sont gratuites. Avec l'avénement des réseaux sociaux, les artistes se sont retrouvés dotés d'une tribune impressionnante... mais aussi face à un public qui s'est habitué à ne pas payer pour les oeuvres qu'il découvre. Sauf que si les artistes ne sont pas payés, comment vivent-ils ? C'est peut-être ceci qui a amené les lecteurs du Sunday Times à désigner les "artistes" (un terme par ailleurs très vaste) comme une catégorie non-essentielle.

En période de crise, on paye les caissiers pour nos courses alimentaires, l'eau, l'électricité, le loyer, les livreurs si on ne peut pas se déplacer... mais on ne va plus au cinéma, ni voir de concerts, de pièces de théâtre et d'expositions. Pourtant, l'art a été ultra présent dans nos vies durant le confinement, par le biais des BD sur internet qui nous ont fait rire mais aussi des films et séries qu'on a dévoré, de la musique qui nous a apaisés... l'art n'est ni plus ni moins qu'un médicament pour l'esprit, et on a beaucoup trop tendance à l'oublier.

Vers quelle société allons-nous ?

Vous trouverez peut-être que ces considérations tombent sous le sens, et pourtant elles sont sans cesse remises en question. Fin janvier dernier juste avant le festival d'Angoulême était dévoilé le rapport Racine, rendant compte de l'état désastreux de la situation des artistes-auteurs. Début février, Franck Riester avait dévoilé les mesures prises suite au rendu du rapport et elles n'avaient pas convaincu la profession. La crise du Coronavirus a encore plus fragilisé les indépendants et le milieu de la bande dessinée, immobilisé par la fermeture des librairies.

Pour empêcher que les artistes soient économiquement sacrifiés face à la crise, il faut prendre conscience de leur caractère primordial au sein de notre société. Parce que personne ne veut d'un futur sans musique, sans cinéma, sans bande dessinée. Et c'est pourquoi le travail des artistes est, au contraire, essentiel.

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?