Evenement > Miraï, ma petite soeur : suivez Kun, 4 ans, à la découverte de sa famille

Miraï, ma petite soeur : suivez Kun, 4 ans, à la découverte de sa famille

Manga Le 14 juin
0
par LiseF
Miraï, ma petite soeur : suivez Kun, 4 ans, à la découverte de sa famille

Ah, croyez-moi, je l'ai attendu ce Miraï, ma petite soeur. Depuis l'annonce du film au Japon jusqu'au dernier trailer en passant par la date de sortie, nous avons tout suivi sur 9emeArt. Normal : il s'agit du nouveau film de Mamoru Hosoda, le créateur du Jeune Garçon et la bête, mais aussi et Summer Wars et Les enfants loups Ame et Yuki.  Le film arrivera dans nos salles de cinéma en décembre mais j'ai pu le voir au festival d'Annecy, l'occasion pour moi de vous livrer mes impressions.

Miraï est un film qui parle de famille. Non, il n'en parle pas seulement : il en est profondément imprégné, c'est l'essence même du film. On dit qu'il y a des gens très familles : si vous êtes de ceux-là, vous verserez sûrement votre larme devant Miraï.

Quand on n'est plus le chouchou...

Dans ce long-métrage on suit Kun, un enfant de quatre ans qui habite dans une jolie maison d'architecte avec ses deux parents. La vie est belle pour notre petit héros jusqu'au jour fatidique... Où une petite nouvelle fait son apparition dans la famille. Il s'agit de sa petite soeur et même si Kun est d'abord hyper partant pour l'accueillir, peu à peu il va se mettre à penser qu'elle lui pique un peu sa place de chouchou auprès de ses parents.

Et quand un enfant n'est pas content... Il pique des crises ! Mais à chaque crise, Kun va se rendre compte qu'il se passe une drôle de chose. Au fond du jardin, il va rencontrer des personnages qui lui sont familiers. Sa soeur adolescente, sa mère enfant... Kun voyage dans le temps, à la rencontre des membres de sa famille dans différents moments de leur vie ! Mais pourquoi ? C'est là toute la question !

Moins d'aventure et plus de réflexion

Mamoru Hosoda m'avait habituée à des récits d'aventures : Le Garçon et la Bête évidemment, est trépidant avec un monde nouveau à découvrir et de superbes combats. Et en un sens Ame et Yuki aussi est un récit d'aventure : la petite famille part vivre dans une maison isolée, ils courent à travers les bois, se perdent, se retrouvent... En ce sens, j'ai trouvé Miraï très différent. Pratiquement toute l'histoire se déroule autour du petit garçon, dans la maison. Hosoda, père d'un enfant de cinq ans, a voulu retranscrire ce qu'un petit de cet âge peut ressentir : même s'il va à l'école, l'essentiel de sa vie tourne autour de sa maison. C'est donc là, dans le petit jardin intérieur, qu'il va faire ses rencontres surnaturels.

Comme on ne quitte jamais vraiment ce petit nid douillet, il y a vraiment un côté introspectif dans Miraï. Kun doit réfléchir à son rapport à sa soeur, à sa famille en général et se contruit petit à petit. Il était le centre du monde, il réalise qu'il ne l'est plus, est c'est tout un processus de l'accepter.

Miraï, ma petite soeur est riche en images, en métaphores. Il y a parfois quelques longueurs mais tout prend son sens à la fin du film, quand le dénouement survient : on réalise que Kun devait passer par ces rencontres et avoir ces discutions.

Graphiquement comme à chaque fois, c'est impeccable. L'histoire se passe dans une jolie maison de Yokohama, et on perçoit tout de suite le soucis du détail. En conférence de presse après le film, Hosoda a expliqué que la maison avait été conçue par un vrai architecte, il a donc les plans détaillés de chaque pièce. On la parcourt en long, en large et en travers et on a envie de s'attabler dans la jolie cuisine vitrée ou encore de s'asseoir sur le parquet de la salle de jeux.

Le travail sur la lumière est vraiment joli, et l'animation change selon le degré de "fantastique" de la scène, toujours avec dexterité. Bref, c'est beau, c'est propre et ça fonctionne bien !

Honnêtement, Miraï, ma petite soeur ne sera pas mon Hosoda préféré. Difficile déjà de surpasser Le Garçon et la Bête, mais il y a aussi que le sujet de la famille ne me touche pas beaucoup. De fait, je pense que nous aurons chacun un rapport différent à ce film. Il reste cependant une belle oeuvre, intelligente et poétique à la fois, à découvrir absolument. Rendez-vous le 26 décembre prochain pour la sortie en salles !

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?