Evenement > Okko et les fantômes, un long-métrage touchant au cœur des traditions japonaises

Okko et les fantômes, un long-métrage touchant au cœur des traditions japonaises

Manga Le 12 sept
4
par LiseF
Okko et les fantômes, un long-métrage touchant au cœur des traditions japonaises

Article initialement publié le 19 juin 2018

À l'occasion du festival d'Annecy, je suis allée voir des films que j'attendais avec impatience tels que Miraï, ma petite Soeur et Parvana. Et puis il y a Okko et les fantômes, dont je n'avais même pas vu la bande annonce, que je suis allée voir par pure curiosité... et dont je suis ressortie un peu assommée. Le film débarque aujourd'hui dans nos salles !

Le film est réalisé par Kitaro Kosaka, qui a travaillé au sein du studio Ghibli entre autres sur Le Château Ambulant, Le Voyage de Chihiro ou encore Princesse Mononoké. On suit l'histoire d'Okko, une petite fille dont les parents meurent dans un tragique accident de voiture. Miraculeusement rescapée, elle aperçoit juste après l'accident la silhouette d'un garçon qui disparait dans les nuages...

Des fantômes à l'hôtel

Suite à cet accident, Okko se retrouve orpheline. Elle doit donc déménager à la campagne chez sa grand-mère, qui sera désormais sa tutrice. Cette dernière tient un petit hôtel typique. Notre héroïne va alors retrouver l'enfant qu'elle a vu lorsqu'elle a failli mourir. Celui-ci n'est autre que... Le fantôme d'un petit garçon qui a vécu ici autrefois ! Pour lui faire plaisir, elle accepte de devenir l'assistante de sa grand-mère et d'apprendre le métier d'hôte.

Par la suite, Okko va rencontrer d'autres entités mystiques qui squattent l'hôtel. À leur contact, elle va peu à peu apprendre à vivre son deuil plus sereinement. On va très vite s'attacher à cette petite fille courageuse mais un peu perdue, qui arrive à continuer à avancer malgré la perte toute récente de ses parents. Si le cadre est très traditionnel (l'hôtel typique, les kimonos, les coutumes), l'histoire quant à elle est hyper moderne est ce mélange crée un parfait équilibre.

De si belles ambiances

Pour ma part je suis fascinée par tout ce qui touche au Japon traditionnel. J'avais d'ailleurs adoré Ken'en comme chien et singe, parce que l'histoire traitait des esprits, des divinités... Sans jamais être compliqué et moralisatrice. Et c'est le cas aussi pour Okko et les fantômes. Les esprits qui tiennent compagnie à la jeune fille ne sont pas le sujet central de l'histoire mais y ajoutent une touche de surnaturel et de traditions.

Et puis il y a cet hôtel si captivant : notre héroïne apprend le métier de sa grand-mère et découvre comment servir le thé, comment s'agenouiller pour accueillir les gens, comment enfiler son kimono... Autant de petits détails qui créent une ambiance captivante. Les sons aussi sont particulièrement travaillés et ont agi comme des caresses sonores pour mes oreilles.

Et si toute l'ambiance du film est finalement assez sereine, la gravité prend de plus en plus de place à mesure que Okko sort peu à peu de son déni pour faire vraiment face au deuil. Quand arrive la fin du film, c'est un vrai défi de ne pas pleurer. Mais l'émotion est vraiment bien amenée et ne tombe pas dans le mélodramatique.

Pour conclure, Okko et les fantômes est selon moi une vraie pépite. L'héroïne est intelligente et attachante, le cadre est fascinant, et la thématique du deuil est amenée de façon très habile et sans lourdeurs. Pas de doute, il faut absolument voir ce film qui sort chez nous le 12 septembre.

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?