Interview > Geof Darrow (Shaolin Cowboy) se livre, l'entretien fleuve

Geof Darrow (Shaolin Cowboy) se livre, l'entretien fleuve

Comics Le 04 nov 2015
6
par Sullivan
Geof Darrow (Shaolin Cowboy) se livre, l'entretien fleuve

Seul artiste à pouvoir se vanter d'être à l'origine de la quasi-totalité des designs de Matrix (en plus d'avoir posé sur papier quelques idées qui ont germés en scènes cultes dans le film des Wachowski), Geof Darrow est aussi un ancien élève de Jack Kirby du côté d'Hanna-Barbera, l'un des meilleurs amis de Moebius et Frank Miller, et un artiste libre du haut de ses 60 ans et de ses deux mètres.

Lire aussi : The Shaolin Cowboy, la critique

C'est d'ailleurs le jour de son anniversaire, le 21 Octobre dernier, que nous avons eu la chance de rencontrer l'artiste à la Galerie Glénat, lui qui nous a répondu dans un français presque parfait et avec une sincérité à toute épreuve. 

Une fois de plus, et à l'image de notre rencontre avec Jean-Pierre Dionnet hier, nous ne sommes pas peu fiers de vous proposer cet entretien, restranscrit à l'écrit pour plus de clarté. 

Geoff Darrow, l'entretien fleuve.

• Sullivan : Bonjour Monsieur Darrow, vous êtes un artiste relativement incontournable quand on aime le comics, indé' en particulier, issu de l'école Moebius en particulier. Avez-vous conscience d'être un artiste ultra culte ?

Geof Darrow : (rires) Non je ne crois pas, je suis cul, pas culte !

• Vraiment ? Comment est-ce que vous voyez Geoff Darrow de l’extérieur, dans l'industrie du comics

La chance.

• Hanna-Barbera, Frank Miller, Moebius, c'est pas de la chance !

C'est vraiment de la chance, je peux vous raconter l'histoire. J'ai eu le grand honneur de prendre la parole à l'enterrement de Moebius récemment, et j'en ai parlé, toute ma carrière c'est grâce à lui. 

J'ai fait la Cité de Feu avec lui, grâce à lui j'ai rencontré Frank Miller, avec qui j'ai fait Hard Boiled et avec Hard Boiled j'ai rencontré les frères Wachowski, et tout ça s'est enchaîné.

• Justement, qui était Moebius pour vous ?

C'est mon maître, c'est mon dieu. Ça me fait penser, quand j'ai rencontré Alejandro Jodorowsky pour la première fois, il avait vu les dessins que j'ai fait pour la Cité de Feu, et il me dit "Darrow, pourquoi tu veux coucher avec ton père?". C'est exactement ça parce que c'était mon maître.

• Et votre rapport à la France ? Vous y avez habité quelques temps, vous avez fait Metal Hurlant, la Cité de Feu ...

Oui parce que quand j'ai découvert le "comics français", surtout Blueberry, Valerian [...] J'ai commencé à les préférer aux comics américains.

• Et est-ce que vous pensez qu'aujourd'hui, on peut parler d'un âge d'or autour de Metal Hurlant, Meobius, vous, Miller plus tard qui est quand même un héritier de cette école là. Qu'est ce qu'il reste de cet héritage de ces grands maîtres de la BD, dont vous faites partie. Quelle est votre influence ? Puisqu'aujourd'hui vous êtes des pépites pour les amoureux de comics.

Je pense que le boulot qu'ils ont fait continue oui, mais ça commence à être dilué, puisque moi qui dessine largement comme Moebius, les gens qui me copient, ne connaissent pas ou plus la source. Je parle toujours de source, de Moebius, mais parce que sans lui je suis rien.

J'étais à un salon de BD et quelqu'un m'a dit "Ah tu dessines comme untel" alors qu'en fait c'était la personne qui s'inspirait de mon travail. On a tous des influences. Je dis toujours, si tu aimes ça, ce que je fais, tu dois voir le vrai, l'artiste à l'origine, et c'est Moebius. Parce que tout de même, il touche les deux mondes, du cinéma et du comics, c'est comme les Wachowski, je les avais emmenés voir Jean pour la sortie de Matrix parce qu'il avait aimé le film.

• C'est off (NDT : finalement non) mais pour moi les Wachowski et Moebius sont des génies absolus de la création contemporaine.

Moi aussi, et pour Matrix, j'ai des milliers d'histoires, j'étais là dès début jusqu'à la fin, j'étais dans le camion avec eux. C'est bizarre d'être dans le camion parce que tu vois les voitures qui explosent, avec les mitrailleuses et tout.

Je suis allé habiter dans une petite ville de merde, et je suis avec Keanu Reeves et tous ces gens là, et ça dépensait de 400 000 a 1 000 000 de dollars par jour pour le film. Ils avaient tourné une scène, c'était sur l'autoroute...

• Pour Matrix 2 ?

Oui, ils ont construit 5 miles, donc 10 km, d'autoroute, qui ressemblent à une vraie autoroute, une fois nous sommes allés voir les décors avec Mike Mignola, on arrête la voiture, on sort, et on regarde autour de nous parce qu'on y croit, et sa fille a d'ailleurs refusé de sortir de la voiture parce qu'elle avait peur que les voitures de tournage soient trop dangereuses.

Après ils ont déconstruit tout ça et ont offert tout le bois pour construire des maisons pour la pauvreté.

• Et vous pensez que Matrix est un descendant de Métal Hurlant et de toute cette écriture irrévérencieuse ?

Je ne sais pas s'ils connaissent, parce que peu d’américains connaissent Metal Hurlant. Ils connaissent plus Heavy Metal, qui pour moi est une série Z parce qu'ils ont pris juste les bandes, le générique quand ça commençait on voyait les bandes, ce qui pour moi n'est pas la chose la plus importante de Métal Hurlant. Mais c'était un mélange de tout, et quand ils ont fait heavy metal, ils ont utilisé tout Moebius, tout Bilal etc...

• Et Matrix c'était quelle expérience pour vous ? Puisque vous avez travaillé sur la BD, l'illustration, les concepts/design etc. Pour moi Matrix c'est le film culte. Je l'ai vu à 10 ans et demi, et je pense que ça a changé ma vie.

C'est bizarre parce que moi, quand j'ai fait les dessins, je croyais qu'ils ne les utiliseraient pas, je pensais qu'ils piocheraient peut être une tête là, un pied ici, mais c'est tout, parce que c'est souvent comme ça. Et ils m'ont toujours dit, si jamais ce film se fait, puisqu'au début Warner ne voulaient pas le fait du tout ; si jamais ce film se fait, les gens doivent savoir que c'est toi qui a fait les designs.

Je me souviens à la première, j'étais juste à coté d'eux, et quand j'ai vu le film j'ai réalisé, " Wow, ils ont vraiment pris mes dessins", et j'ai regardé vers les frères qui attendaient ma réaction, parce qu'ils avaient peur de montrer les dessins que j'avais fait à Warner, parce qu'ils étaient assez osés et j'avais fait des trucs avec les foetus et tout ça.

• Et vous êtes content du résultat final de Matrix ? D'abord Matrix premier du nom, puis la saga dans sa globalité.

Oui moi j'ai beaucoup aimé les trois films, mais pour moi le résultat, c'est eux, c'est leur univers. Comme Moebius, ils avaient créé leur propre univers. C'est le film qu'ils voulaient faire. Des gens ont dit " oui mais elle n'est pas bonne leur histoire". Oui mais c'est leur histoire, c'est eux qui l'ont créé, c'est comme la guerre des étoiles, les gens disent les suites sont mauvaises, moi je n'étais pas un grand fan non plus, mais c'était l'univers de George Lucas, même si tu n'aimes pas c'est sa vision qui doit compter, comme Matrix, c'était juste eux, et Joel Silver, le producteur, les a beaucoup soutenu.

• Et sur Speed Racer ?

C'était bien. C'était différent.

• Votre fille a joué dans le film d'ailleurs ?

Oui elle vient ce soir [au vernissage de l'exposition Shaolin Cowboy NDT]. Elle avait fait le petit dessin animé parce qu'il voulait la vision de l'enfant, donc ils ont pris ma fille qui a fait les dessins, et elle a été à l'avant-première du film, c'était génial.

• Vous voyez toujours les Wachowski, aux USA? 

Oui, je les ai appellé tout à l'heure, on est de très bons amis.

• Et on peut espérer une autre collaboration ?

Peut être mais... non, si, j'ai travaillé un peu à la télévision, j'ai travaillé sur Jupiter, sur Cloud Atlas, mais pas énormément.

• Et sur Sense8 ?

Pas du tout parce que c'était pas un truc qui ...

• Pourtant il y avait déjà Joe Michael Straczynski qui vient aussi du monde de la BD.

Oui mais les trucs n'étaient pas assez sales, ça correspond pas. C'est comme Speed Racer. C'était très pop, mais très usé, donc c'était pas le même univers. 

Une histoire de conducteur de Jaguar et de crotte de nez plus tard :

• Donc ce qui m'a frappé chez vous, c'est que vous êtes une des premiers artistes à avoir puisé au Japon, en Europe, aux US, et à avoir fait la somme un peu de tout ça, vous êtes fan de Tezuka, d'Otomo, de Moebius... 

De Miyazaki, aussi ! 

• De Kojima ? Vous êtes fan de Kojima ?

Ah oui, moi j'ai introduit Frank Miller à Kojima, les BD. Il a voulu les films mais je lui ai dit "tu dois voir les mangas d'abord".

• Hideo Kojima ?

L'artiste, le mec qui a fait "lone wolf and cub".

• Ah oui, mais il y a l'autre, qui fait des jeux vidéo, qui est très bon aussi, un excellent artiste aussi. Mais c'est donc ça le fameux lien entre "Lone Wolf and Cub" et Frank Miller !

Oui parce qu'il a aimé le film, je l'avais acheté en japonais, parce j'ai adoré le film et que je voulais en savoir plus.

• Et comment vous le vivez ça, d'être un des premiers artistes à avoir puisé un peu partout ?

Ah, les gens s'en fichent tu sais.

• Non les gens ne s'en fichent pas ! Moi, ça m'intéresse, déjà !

Ah oui mais tu es rare parce que les gens … Tu sais j’avais acheté des trucs que je ne peux pas réellement comprendre à cause du texte, mais que je peux vivre en les regardant. Pour ça les américains sont très bornés, s’ils ne peuvent pas lire, moi je dis « Regarde, tu peux suivre l’histoire plus ou moins », surtout que les japonais ont le sens du découpage. J’aime toujours aller dans une grande librairie japonaise près d'Opera, et je regarde tout. Je sais qu’il y a des mangas au japon qui sortent encore de l'ordinaire.

• Et aujourd'hui, dans la BD qu'est ce que vous aimez, quels artistes, des choses qui vous parlent plus que d'autres ?

En Amérique j’ai toujours Mike Mignola, et dans une nouvelle troupe d’artiste, un dénommé James Harren qui fait un comic appelé Rumble, qui est super beau. Un truc très bizarre, « Prison Pit » par Johnny Ryan. C’est un peu comme une galerie dessinée, et c’est juste des monstres qui se battent, mais il y a une énergie étonnante dedans. 

En France j’ai toujours Boucq, et Mézieres quand il fait quelque chose.

• Vous le connaissez également Mézieres ?

Oui, grâce à Moebius. J’ai beaucoup aimé les donjons, Joan Sfar...

— Écouter aussi : notre interview de Jean-Claude Mézières.

• Et la nouvelle génération, notamment Bastien Vivès, qui est souvent désigné comme l'héritier des géants, vous avez regardé un peu ?

Oui !

• Lui aussi puise beaucoup dans l’exploitation : le genre américain, la dynamique japonaise, le franc-parler à la française [...]. Un peu comme Miller, Moebius, vous, à ingérer toutes ces influences pour en faire une BD unique. Comme sur Shaolin Cowboy, je sens des influences d’un peu partout et notamment sur la ressemblance à l’acteur de Zatoichi, comment s’appelle t-il déjà ?

Le premier, c'est Katsu Shintaro.

• Oui c’est ça, et bien il lui ressemble quand même beaucoup !

Ah oui c’est le sosie, car je suis un grand fan de ces films là. J’étais au japon, j’ai trouvé TOUTES les affiches, parce que les affiches japonaises sont extraordinaires.

• Les affiches de Star Wars au Japon sont les plus belles de toutes, par exemple.

Oui, parce ce sont souvent des affiches dessinées, très belles, mais en photo, ils ont un sens du montage exceptionnel. Quand j’étais là bas, ce n’était pas facile d’en trouver puisque personne n’en cherche. J’ai trouvé un collectionneur qui avait une boutique à Yokohama et il était fasciné par le fait que je sois là pour les films japonais. Parce que les japonais collectionnent les films japonais de James Dean, Sophie Marceau, Belmondo etc.

Et j’étais là comme un idiot de Gaijin qui voudrait les films japonais. Mais ils sont extraordinaires. J’en ai des centaines de ces affiches...

• Qui sont encadrées chez vous ? 

Non elles sont dans un placard, mais je pourrais construire une maison rien que pour tout ça.

• Ce serait bien, une sorte de maison musée, d’atelier d’artistes. Le Darrow Institute !

Un institut oui… Un asile plutôt !

• Autre chose, quand je réfléchissais à votre relation à Moebius, j'ai eu la chance de le croiser une seule fois et je n'ai pas eu la chance de lui parler. Je suis que je suis un peu chiant avec ça mais j’ai besoin que les gens qui ont connu Moebius me parlent de lui et m’expliquent un peu tout ça. D'autant que Moebius, lui, a accepté de faire du boulot mainstream avec Stan Lee, de même de Frank Miller a accepté Daredevil et Batman !

Je continue l’histoire de Moebius et du Silver Surfer. Parce qu’en fait, Frank était fâché avec Moebius, je ne sais pas pourquoi, et j’étais avec Moebius, en voiture, et il me dit «  Frank est juste à coté, on peut pas aller le voir? », et j’ai dit oui on va aller le voir, et il ne savait pas qu’il était fâché. Donc j’ai sonné chez Frank, je lui ai dit "Salut c’est Geoff, je suis avec quelqu’un qui veut te voir, on peut rentrer ?"  ; il dit oui, et quand il voit Moebius, au début il fait la tête, mais on est vite passés au dessus de ça, on a mangé ensemble et ça a réglé la chose, et pendant la conversation, nous avons parlé de Marvel Comics car Moebius était un grand fan, et il rêvait de faire des Super-Héros, et on lui a demandé comment ça se passait avec le Silver Surfer ; il nous a dit "oui, c'est quand même très difficile. Avant c'était comme un joli rêve que je gardais dans ma poche." Et il avait besoin de ressortir ce rêve de temps en temps, parce que c'était dur pour lui, il s'est senti restreint dans son imaginaire par Marvel et Stan Lee. 

• Et pourquoi vous, vous n'avez jamais travaillé pour Marvel et DC? Alors que vous connaissez les grands artistes qui l'ont fait, et vous aviez les portes ouvertes dans ces maisons là.

Parce que je ne suis pas très rapide pour quelque chose qui n'est pas à moi. En plus, je suis sûr que si je le faisais, je jouerai sur le ridicule, et ça ils n'aiment pas. Parce que Moebius avait fait un Batman qu'ils n'avaient jamais publié.

• Pourtant il y a(vait) de la place chez eux pour des artistes subversifs comme vous !

Oui mais pour eux je suis 1 sur 10 000, et je peux pas faire mieux que Moebius, Frank Miller et les autres.J'ai toujours été un peu tenté mais je finis par dire non, à chaque fois.

• Est ce que vous réalisez, cela dit, que pour un lecteur de comics comme moi qui aime beaucoup l'indé', ce que vous et cette école d'artistes peuvent produire, j'aime voir Frank Miller chez DC et Marvel, j'aime voir Alan Moore chez DC ou Vertigo, j'ai aimé voir Moebius chez Marvel, parce que ce sont des personnages avec lesquels j'ai grandi, et je suis loin d'être le seul, ça nous ferait super plaisir de vous voir vous sur une mini-série ou quelque chose de ce type.

Oui mais moi, je suis fan sans l'être à ce point là !

• Et même l'ambition artistique, de pouvoir produire un contenu original chez un gros éditeur ?

Non parce que si je le fais, je pense que ça sera sans script. Enfin je crois, peut être.

• Ce serait pour le mieux ! Il n'y a pas tant de restrictions.

À chaque fois que quelqu'un me demande, "Quel est ton rêve, ton projet?"; et je répond "ce livre là c'est mon projet" (Shaolin Cowboy), parce qu'il est comme je le voulais. Parce que si j'avais voulu faire ça avec Wolverine, ils ne m'auraient jamais laissé faire.

• Ah je suis pas certain, Tsutomu Nihei a fait un Wolverine complètement fou....

Moi en tout cas j'ai fait des trucs qu'ils ont changé. Quelques couvertures.

• Oui notamment une couverture sur Daredevil, c'était très bien [il désapprouve radicalement de la tête]. Ah si si, c'est même celle-ci que j'ai pris !

[L'attaché de presse vient prévenir qu'il ne reste que cinq minutes avant que les invités ne prennent place dans la galerie]

[En parlant à l'attachée] Ce qui me dérange dans tout ça c'est que toi tu es là et tu entends les mêmes trucs toute la journée, tu dois te dire "c'est du blabla".

• Fanny, attachée de Glénat : Ah non j'en apprend un peu plus à chaque fois.

Quand je fais des salons BD avec ma fille, c'est tout le temps les mêmes questions

• Et c'est bien pour ça qu'on essaie de poser des questions un peu plus pertinentes !

Ah mais non ça n'est pas pour toi. Toi, ce sont de bonnes questions, parce que souvent les américains c'est toujours "Il est comment Frank Miller? Qu'est ce qu'il porte comme chaussettes?". En plus je dois faire gaffe, parce que quelques fois je fais des blagues et elles sont prises au sérieux.

• Justement pour parler de Shaolin Cowboy, c'est la rencontre de plein de genres et de pleins d'influences, notamment quand vous parlez du mythe du héros, qui aux USA est vu comme un cowboy, alors qu'ailleurs ça n'est pas forcément le cas - j'ai bien fait mes devoirs hein - mais ce qui m'obsède, c'est cet aspect de balade, qu'il y avait déjà un peu dans Hard Boiled, ce collecteur des impots qui se promène, évolue, et tout devient complètement fou à mesure que les pages se tournent.  Shaolin Cowboy a de ça aussi. Quand j'ai appris que la série allait ressortir chez Dark Horse, j'étais un peu surpris, parce que je me suis dit " Il y a besoin de quelque chose d'autre, d'une fin? Non c'est juste une balade". Et est-ce que vous avez prévu de la continuer plus tard, est ce que c'est arrêté ? Et puis pourquoi la balade, pourquoi ce genre là ? Ça fait plein de questions d'un coup, désolé !

Ta question c'est savoir si je veux continuer, ou si je voudrais?

• Non, pas vraiment.

Alors dans ce cas là j'aimerais te demander si toi tu penses que c'est fini là [Il désigne le dernier tome]? 

• Je vous connais à peu près, et je me doute qu'il n'y a pas une vraie fin, et que ça pourrait continuer derrière.

Non mais pour moi c'était toujours exactement comme tu l'as dit, une balade et comment ça va de A jusqu'à Z. 

• Ok, et ça retourne à A après?

Non c'est... C'est sans fin, c'est un peu comme... Ah je ne sais pas, je vais prendre Robert Altman. Dans ses films, on est toujours un jour ou deux dans la vie de quelqu'un, et c'etait 10-15 min à chaque fois. Et je travaille sur le prochain, qui fera 20 minutes. Mais j'aime bien l'idée de juste suivre un personnage, parce que du début à la fin, c'est juste : il se réveille, il sort et quelques chose lui arrive, c'est la vie. Mais c'est tellement stupide comme récit.

• Ah non !

Non mais il est stupide, il se balade avec ses tronçonneuses, et il lui arrive des trucs. Et dans ce sens je trouve ça très réaliste. Le reste beaucoup moins, puisqu'il fait des choses impossibles, donc je cache quelques blagues ici et là. Mais dans le côté "c'est la vie", c'est réaliste. Je sais pas. C'est bizarre. Je sais pas pourquoi je fais ça.

• Je voulais aussi vous demander, j'ai appris que vous avez rencontré Jack Kirby à l'époque, ça veut dire que dans votre parcours artistique, vous avez eu Kirby, Moebius, Miller et les Wachowski. Vous êtes peut être la seule personne au monde, à avoir ces gens là en référents, comme amis, comme maîtres à penser/travailler etc, vous vous rendez compte quand même du côté incroyable de la chose ?

Avant non, mais maintenant oui, j'ai de la chance car j'ai rencontré les gens que j'admire le plus dans le monde, même Otomo je connais un peu...

• Et il est comment Katsuhiro Otomo ?

Adorable, vraiment. Et le seul que j'aimerais encore bien rencontrer c'est Akira Toriyama !

• Oui moi aussi ! Toriyama et Otomo sont pour moi les deux géants Japonais de cet art.

Oui moi j'aime beaucoup, là bas j'avais rencontré quelques mangaka, hiro okasamura, qui est génial, Tarada et Miyazaki, et j'aimerais bien rencontrer Sampei Shirato, tu le connais?

• Non, qu'est ce qu'il a fait ?

Il se trouve en France, notamment son chef d'oeuvre, Kamui Den.

• Ah oui Kamui Den (dispo' chez nous chez SENSEI), d'accord !

Oui, et je l'ai vu à mon discours à Tezuka, j'ai été invité dans son bureau, et c'est sciant parce qu'ils ont gardé son bureau exactement comme il était. Il m'a demandé de poser là, en photo, j'étais très touché . Parce qu'il était très fan de Matrix, et comme j'ai travaillé dessus...

• Et vous avez des projets en collaboration avec un auteur japonais un jour? Otomo par exemple !

Oui mais bon Otomo il a pas vraiment besoin...

• D'accord mais on s'en fout de ça, il n'y a pas d'histoire de besoin.

Oui, je sais pas, on m'a déjà demandé la même chose. Je ne sais pas. Toriyama peut être. Un mec avec qui j'aimerais travailler c'est Stephen Chow. Je l'adore. Et Tsui Hark. Je le connais.

• C'est vrai? Remarque ça se ressent un peu.

Oui je l'ai rencontré ici !

• Ah oui à Paris? 

Oui ma femme a appellé " écoute il y a quelqu'un qui appelle de la librairie album, il y a un réalisateur chinois qui te cherche", et la première chose que j'ai pensé " c'est Tsui Hark ? Oui c'est ça ! Et il vient à Paris, et me dit que je suis son artiste préféré. Et a un moment il m'a demandé -parce que j'ai failli pleurer- s'il pouvait faire les couleurs, j'ai dit " non non non, c'est une perte de temps pour toi ça".

• Mais non ! Arrêtez de penser comme ça, quelle perte de temps cela pourrait être ? Ce n'est pas vrai !

Haha merci tu es gentil.

• J'avais deux dernières questions, qui sont un peu de l'ordre de la blague. La première, vous connaissez Frank Quitely, qu'est ce que vous en pensez? 

Ah j'adore.

• Ok parce qu'il vous adore, il adore Moebius aussi, et vous êtes la trinité de ces artistes qui ont "ce coup de crayon", et c'est en plus quelqu'un de formidable, qu'on aime beaucoup.

Oui il est super gentil en plus. Mais lui, il a une finesse que moi je n'ai pas, il a un trait fin, c'est un artiste que je ne suis pas. Il est élégant.

• Non mais vous l'êtes aussi, arrêtez de vous descendre mais c'est pas possible ! Et la dernière question, qui n'a rien à voir, qu'est ce que vous pensez du retour de Star Wars ? Parce que je sais que vous êtes un fan. Vous avez vu ce trailer hier ?

Ahhh. Je veux pas te faire peur...

Non non mais vous ne savez pas non plus ce que j'en ai pensé !

Non mais tout ce que je veux dire, c'est que si j'étais à la place de J.J. Abrams - j'ai travaillé avec lui une fois sur Superman, il est très gentil -, si j'étais Abrams j'aurai peur. Parce que le meilleur film de l'année c'est ...

• C'est Mad Max.

Oui exactement. Pour faire mieux que ça...

• C'est marrant que vous parliez de Mad Max, puisque quand vous évoquez votre travail sur Matrix avec les Wachowski, c'est exactement ce qu'a fait Trevor McCarthy avec Georges Miller et sa bible graphique.

[Quelqu'un vient interrompre l'interview parce qu'on dépasse et que les gens sont pressés de rentrer, avant de filer dans une salle annexe pour terminer l'entretien]

On était sur la guerre des étoiles, et comme je disais en comparant la bande annonce, avec celle de Mad Max... Sur Mad Max j'étais "Santa Maria" ... Mais bon j'espère pour lui que ça va marcher, mais rien ne m'a frappé.

• ​C'est vrai ? Pourtant ça s'ouvre sur un hommage à Nausicaä de Miyazaki.

Je m'en fiche. Pour moi quand quelqu'un fait un hommage comme ça... Non excusez moi, en tout cas moi je n'aime pas.

• Ah je peux comprendre !

Non puis moi quand je regarde Mad Max, moi j'étais TRISTE qu'un film comme Jurassic World marche mieux que Mad Max.

• Moi aussi, ça me donne envie de pleurer. Fury Road est sans le moindre droute le meilleur film de ces dernières années.

Oui plein d'imagination, c'était boum boum boum, les histoires c'était un western et une histoire de samourai entrelacés, ça moi c'est... Pfiou. Je suis un grand fan de tout ce qui se fait en film d'action, et après ça...

• C'est vrai qu'il y a une aura autour du film. Et justement cette liaisons entre artistes - Trevor McCarthy est un peu dans le même registre que vous, indépendant, punk, libre et créatif- et des grands réals qui ont des visions là dessus comme George Miller, c'est la meilleure chose à faire, et je pense qu'il y a vraiment une corrélation entre ce que vous avez fait sur les Wachowski sur Matrix et ce que lui a fait avec George Miller dans le sens ou eux et Miller ont plein de point commun et vous en avez avec McCarthy. C'est pas un hasard a mon avis si ces deux films ont un côté hyper culte, instantanément.

Sauf que Matrix a gagné beaucoup d'argent, alors que Mad Max malheureusement... Ça va hein mais moi j'espère que ça marche plus, comme ça il en fait un autre. Parce qu'il ne l'a pas encore sorti en Chine. Peut être.

• Et puis il y aurait une suite chez Warner avec George Miller. Et vous l'avez rencontré, ducoup ?

Vaguement, il était sur le tournage de  Matrix et j'avais dit bonjour mais j'étais tout timide parce que lui c'est un mec, il peut tout faire je trouve. C'est comme John Ford, il peut tout faire, drame comédie...

• C'est vrai qu'il a fait Mad Max et ensuite Babe le cochon devenu berger. En tout cas merci beaucoup, c'était rafraichissant comme entretien.

Trop long peut être, on va ennuyer tout le monde.

• Non pas du tout au contraire, désolé de ne pas avoir assez parlé de Shaolin Cow Boy, mais comme on est partis dans une autre direction...

Non mais y'a pas grand chose à dire dessus de toute façon. Tu aimes ou tu aimes pas. J'ai vu un mec à Paris il a detesté ! C'est dommage parce sur la version américaine j'avais mis les mauvaises critiques, pas juste celles ou les gens disaient que c'était bien. Et le gars là il m'insultait à moitié, "pourquoi tu as fait ça, c'est nul", et moi je répond " je sais pas. "Il y a pas d'histoire, rien !", il est pas obligié d'acheter non plus ! C'est vrai hein, je suis toujours étonné, peut être pas en France, mais les mecs ils passent une demi heure pour venir me dire que c'était de la merde, ça sert à rien

• Oh en France aussi on en a. Plein. Merci monsieur Darrow.

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
The Shaolin Cowboy
The Shaolin Cowboy The Shaolin Cowboy 2015
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?