Interview > Fabien Toulmé nous parle de l'Odyssée d'Hakim, et de l'importance d'aborder la crise migratoire en BD

Fabien Toulmé nous parle de l'Odyssée d'Hakim, et de l'importance d'aborder la crise migratoire en BD

Franco-belge Le 08 oct
0
par LiseF
Fabien Toulmé nous parle de l'Odyssée d'Hakim, et de l'importance d'aborder la crise migratoire en BD

Au mois d'août dernier est sorti L'Odyssée d'Hakim, scénarisé et dessiné par Fabien Toulmé chez Delcourt. On vous en a parlé sur 9emeArt et sur instagram : l'album réussit le tour de force  à la fois d'éveiller les consciences, mais aussi d'être particulièrement intéressant. J'ai eu l'occasion de rencontrer Fabien Toulmé, qui a pu ainsi m'en dire plus sur cette initiative, et sur ce qui l'a poussé à se lancer dans ce projet.

Comprendre pour s'identifier

Ce qui l'a poussé à se lancer dans ce projet, en fait, c'est assez évident. Dès les premières pages, l'auteur se présente lui-même dans l'ouvrage en expliquant que le drame d'un avion qui s'écrase en France l'a plus touché que les milliers de personnes qui meurent régulièrement en Mediterranée, fuyant un régime répressif ou une situation économique désastreuse. Suite à ce constat, l'auteur a voulu rencontrer un réfugié pour retracer son parcours.

"J’avais besoin de comprendre et de m’identifier, et pour s'identifier il faut connaître. Au tout début, je n'ai pas trouvé de livre ou de BD qui permettait de comprendre ce parcours et de s’identifier. À titre personnel j’avais envie que quelqu’un me raconte son histoire. Dans le deuxième tome par exemple je vais parler concrètement de la traversée de la Méditerranée, ça dure une nuit mais c’est intense, et dans les faits je ne savais pas comment ça se passait. Depuis qu'il m'a raconté son histoire, quand je vois des infos en lien avec les migrants je suis bien plus sensible parce que je me projette grâce à ce qu’il m’a raconté."

Dans L'Odyssée d'Hakim, Fabien Toulmé est présent. On ne suit pas l'histoire d'Hakim (qui est d'ailleurs un nom d'emprunt), mais Fabien Toulmé à qui Hakim raconte son histoire. Par ce procédé, l'auteur ajoute encore plus de proximité à l'histoire. Ça se passe chez nous, et il réagit à ce qu'il entend comme nous, on aurait pu réagir.

"J’avais le sentiment qu’ajouter ces saynètes ça permettait de rappeler que c’est une histoire vraie. J’avais pas forcément choisi le découpage des tomes, mais ce qui me paraissait intéressant c’était de ramener notre réalité à nous à sa réalité à lui. Souvent il me parle de sa vie actuelle : mes grosses difficultés pour les immigrés par exemple c’est la question administrative. À un moment il déménage et il sait pas qu’il doit faire un changement d’adresse, donc il est radié de Pole Emploi.

Et ça marche ! Personnellement, j'ai toujours été préoccupée par cette cause mais après avoir lu L'Odyssée d'Hakim, j'étais plus consciente de ce que les réfugiés avaient pu traverser. Notons d'ailleurs qu'on ne peut pas présenter une histoire générique : comme me l'explique l'auteur, on aurait pu faire trente BD sur trente histoires différentes, tant les voyages varient et ne se résument pas à la traversée de la méditerranée.

"Le but c’était pas simplement de résumer une migration à la traversée de la Méditerranée. C’est beaucoup plus complexe et en plus ça donne l’impression qu’ils sont tendus vers l’Europe parce qu’ils ont plus de chance là bas. Alors que la traversée c’est juste une nuit sur des années ! Moi je voulais montrer que c’est pas des gens qui partent de chez eux pour venir chez nous. Au début il va au Liban mais il va se rendre compte qu’il est accompagné de tas de semblables et ça ne l’aide pas, le pays a tendance à rejeter l’afflux. C’est le besoin de survie qui va le pousser de pays en pays jusqu’à l’Europe. J’aurais pu faire un bouquin en Europe, mais je me serais concentré sur les temps forts et ça aurait rejoint ce qu’on nous montre d’habitude, qui est un peu caricatural."

Dessiner le réel

Le prochain tome de Vieux Fourneaux s'appellera Bons pour l'asile, et traite justement de la cause des réfugiés en France. Dans une vidéo, Lupano est revenu sur l'importance de parler de ce sujet. Les Vieux Fourneaux, L'Odyssée d'Hakim... Pourquoi parler des réfugiés justement en BD ?

"La bande dessinée ça permet de faire vivre des récits. Le fait de le raconter en BD va permettre de rentrer dans la vie du personnage, de le représenter. Le dessin il peut avoir une fonction d’atténuation du propos très dur (quand on parle de torture, de risque de mort ou autre…) On peut atténuer certaines choses. Et puis le gros avantage c’est qu’on n’est pas soumis à des contraintes budgétaires."

Côté représentations aussi, ça facilite les choses : pour un film qui se passe au Moyen-Orient, il va falloir aller sur place ou trouver un moyen de créer un paysage semblable. Fabien Toulmé lui, cherche des images sur google street view pour s'inspirer. La complexité résidait beaucoup dans la représentation de la Syrie, dont il est difficile aujourd'hui de trouver des images avant la guerre. 

Avec L'Odyssée d'Hakim ou encore Ce n'est pas toi que j'attendais, Fabien Toulmé nous a montré qu'il possédait un talent certain pour conter le réel. Avec son style graphique accessible, il fait un peu penser à Guy Delisle, le cador de l'enquête en BD. Je lui demande quelles sont ses inspirations.

"Il y a différentes phases dans la vie d’un auteur. Il y a les fondations de l’inspiration, ce sont les lectures d’enfant : les classiques de BD, tintin, Lucky Luke, Astérix… Après il y a les auteurs avec qui tu te sens en phase en terme d’univers graphique. On me parle beaucoup de Guy delisle et Riad sattouf, je me sens proche d’eux en termes d’univers mais c’est moins des inspirations, c’est des personnes dont j’aime le travail. C’est plus les oeuvres de mon enfance qui m’ont inspiré. Même si ce que je fais ne ressemble pas tellement à Hergé ou Morris !"

Vous n'avez pas encore lu L'Odyssée d'Hakim ? Je ne peux que vous conseiller cette oeuvre de qualité. Le premier tome, De la Syrie à la Turquie, est disponible chez Delcourt depuis fin août. Trois tomes sont prévus : le prochain nous embarquera de la Turquie jusqu'en Grèce, et le troisième de la Grèce à l'Europe.

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?