Interview > Interview : Timothé Le Boucher nous parle de Ces jours qui disparaissent et de ses prochains projets

Interview : Timothé Le Boucher nous parle de Ces jours qui disparaissent et de ses prochains projets

Franco-belge Le 06 nov
1
par LiseF
Interview : Timothé Le Boucher nous parle de Ces jours qui disparaissent et de ses prochains projets

Ces jours qui disparaissent est probablement l'un de mes plus gros coups de cœur BD de cette année 2017. Scénarisé et dessiné par Timothé Le Boucher, l'album raconte l'histoire de Lubin, un jeune acrobate rêveur, qui découvre peu à peu qu'un jour sur deux, une autre personnalité prend possession de sa vie. Une histoire fascinante, accrocheuse, accompagnée d'un trait simple mais clair et agréable. À l'occasion du festival Quai des Bulles à Saint Malo, j'ai rencontré l'auteur, pour discuter avec lui de l'album.

Un auteur talentueux

Timothé le Boucher n'en est pas à son coup d'essai. En 2010 il scénarisait et dessinait Skins Party aux éditions La Boîte à Bulles, et Les Vestiaires en 2014, chez le même éditeur. Skins Party a d'ailleurs été nommé à la sélection officielle du festival d'Angoulême, un exploit puisqu'il s'agissait d'un premier album. Je remarque qu'à chaque fois, il tient à tout faire lui-même. Il m'explique :

"J'ai toujours fait moi-même le scénario, le dessin et la couleur. Ce que je préfère, c'est raconter des histoires. Et en ayant la mainmise sur tous les aspects de la BD, on peut raconter exactement ce qu'on veut. Le côté visuel compte beaucoup : Lubin par exemple, il a les cheveux blonds parce que je voulais qu'il garde un côté icônique. Dans l'histoire il vieillit, mais on le reconnaît toujours grâce à ce détail. Je me suis beaucoup inspiré des codes du manga, où les personnages sont très facilement identifiables, de façon à ce que le lecteur lise rapidement."

Et c'est réussi : Ces jours qui disparaissent est un pavé de 192 pages, mais qui se lit d'une traite. Cela tient en effet au dessin, qui est rapide à comprendre, tant grâce à la mise en scène qu'à la propreté du story board. Mais c'est aussi le scénario qui donne envie de tout lire d'un coup, parce que le pitch de base est hyper accrocheur. La question qui me trotte dans la tête, c'est : comment a-t-il trouvé cette idée ?

Je sortais des beaux arts d’Angoulême, je me retrouvais lâché dans la vie active, et je savais pas trop ce que je voulais faire ensuite. Quand je disais que je voulais faire de la BD, les gens me demandaient quel était mon vrai projet de vie... Comme si ce n'était pas un vrai métier ! À ce moment là j’avais deux voies qui s’ouvraient à moi : trouver un métier sécurisant, ou faire ce dont je rêvais. C'est comme s'il y avait deux Timothé, et c'est là que j'ai eu mon idée de scénario.

Par la suite, tout s'est enchaîné : Timothé Le Boucher m'explique que la conception de l'album fut plutôt intuitive, comme si finalement il avait besoin de le produire. De 130 pages, le projet est passé à 192 pages. Le storyboard initial n'a même pas été modifié lors de son passage devant l'éditeur, et la structure narrative s'est montée en deux jours. Au bout d'une semaine, il avait déjà la fin de l'histoire en tête. Pourtant, il y a un côté complexe dans cette histoire : l'aspect psychologique. S'est-il vraiment inspiré de cas existants pour créer son syndrome ?

Pas vraiment ! Le principe du changement de personnalité un jour sur deux n’est pas très réaliste parce que les troubles de la personnalité ne sont pas réguliers, cycliques. Donc l'histoire est fantastique. Par contre, j'ai choisi d'être plus réaliste du côté du traitement des psychologues, je me suis renseigné. Je voulais que les réactions des personnages soient plausibles aussi. Lubin par exemple, est plutôt égoïste et naïf, du coup il fuit les problèmes.

Et ensuite...

Si vous avez aimé Ces jours qui disparaissent, vous serez sûrement impatients de découvrir le prochain album de Timothé le Boucher. Point de date prévue pour l'instant, mais l'auteur a bien un projet en route. Il nous donne même le pitch :

C’est l’histoire d’une psychologue spécialisée dans les choc post traumatiques. Elle va prendre en charge un patient de 21 ans qui a été dans le coma pendant six ans. Il a été criblé de coups de couteau dans le massacre de sa famille par sa propre sœur et lorsqu'il se réveille, il est paralysé. Avec la psychologue, ils ont une relation un peu bizarre : elle lui apprend plein de choses mais elle va tomber amoureuse de lui, alors qu’elle est plus âgée et déjà mariée. Au fil de séances d'hypnose, il va se rappeler qu’il y avait quelqu’un d’autre sur le lieu du crime...

Vous vous en doutez, l'album (si il se concrétise), sera plus sombre que Ces jours qui disparaissent. Cela dit, rien n'est sûr pour l'instant et on ne peut que croiser les doigts pour que cet album voit le jour !

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?