Interview > Rencontre avec Patrice Louinet, l'expert derrière la série Conan le Cimmérien chez Glénat

Rencontre avec Patrice Louinet, l'expert derrière la série Conan le Cimmérien chez Glénat

Franco-belge Le 11 sept
0
par LiseF
Rencontre avec Patrice Louinet, l'expert derrière la série Conan le Cimmérien chez Glénat

En janvier dernier on apprenait que Glénat lancerait une toute nouvelle série dédiée à l'univers de Conan, le héros bien connu de Robert E. Howard. La série s'intitule Conan le Cimmérien et s'éloigne de la vision parfois caricaturale qu'on peut avoir de Conan. Deux tomes sont déjà sortis, et nous avons pu rencontrer les auteurs de ces volumes pour discuter avec eux de cette intéressante initiative. Mais à mon sens il me manquait un témoignage : celui de Patrice Louinet, l'expert de l'oeuvre d'Howard qui signe pour Glénat une postface dans chacun des tomes. Hé bien c'est chose faite ! L'auteur m'a parlé de la série mais aussi de sa vision de l'oeuvre d'Howard, et de Conan.

Une passion devenue métier

Patrice Louinet est une référence en ce qui concerne les textes de Robert E. Howard. Après avoir découvert Conan en BD, il s'est intéressé aux nouvelles d'origine puis par la suite au travail de l'auteur. Parti aux États-Unis, il écrit un mémoire  sur le sujet, devient directeur d'une collection consacrée à l'écrivain à Londres puis à Paris. Toute la carrière de Patrice Louinet est tournée vers Howard. Je lui demande ce qui le fascine tant dans le travail de l'auteur.

"Il y a des thématiques évidentes : la barbarie et la civilisation, la confrontation entre les deux, la façon dont Howard arrive à montrer l’hypocrisie qu’il y a souvent dans la civilisation, comment la civilisation est capable des pires atrocités tout en accusant les barbares. Il est en totale opposition là-dedans avec Lovecraft. Howard a une aversion pour les grandes villes, les murs…"

Howard et Lovecraft s'opposent mais s'inspirent : dans les postfaces de Louinet proposées à la fin des tomes de Conan le Cimmérien, on apprend que les deux auteurs correspondaient beaucoup par lettres et avaient tendance à se disputer parfois. Contrairement à Lovecraft, Howard était anti-colonialiste comme on le comprend très bien dans Au-delà de la rivière noire, qui sera publié demain.

Illustration de couverture du troisième tome par Anthony Jean

Rien d'étonnant alors à ce que Louinet ait été intégré à la série. Loin d'être une pièce rapportée, il était là dès la genèse du projet, qui remonte à... Dix ans !

"Jean-David Morvan a cru que l’oeuvre était tombée dans le domaine public donc il en a parlé à Glénat. L’idée de lancer cette série commence à décoller, à l’époque où Glénat venait de lancer la série d’Elric. Ils passent un coup de fil à Bragelonne et organisent un dîner où je suis convié. On est en 2010 quand la décision est prise de lancer la série. Par la suite il y a une très longue gestation qui se met en place, en 2015 les choses s’accélèrent, et aujourd’hui on a treize ou quatorze albums en route."

Un rôle de Monsieur Loyal

La série regroupe beaucoup de monde : Jean-David Morvan supervise l'ensemble, et chaque album est dessiné et scénarisé par des personnes différentes. Ronan Toulhoat, Pierre Alary, Jean-David Morvan et Vincent Brugeas ont déjà proposé leur propre vision de Conan, et demain ce sera au tour de Mathieu Gabella et d'Anthony Jean de poser leur pierre à l'édifice. Et lui dans tout ça ?

Extrait du second tome par Ronan Toulhoat

"Je suis le Monsieur Loyal ! J’essaie de ne pas dire aux auteurs ce qu’ils doivent faire mais de me cantonner à leur dire ce qu’ils ne doivent pas faire. Il est important que les dessinateurs puissent avoir une marge de manoeuvre, mais on ne veut pas tomber dans l’hommage ou la parodie des films ou des BD. J’ai rédigé un guide qui parle de l’âge hyborien, ses spécificités, comment Conan s’exprime… Auquel les auteurs peuvent se référer."

Patrice Louinet m'explique qu'il a passé pas mal de temps au téléphone avec les scénaristes pour qu'ils puissent accorder leurs violons. En plus de son rôle de référant, il est chargé d'écrire un cahier sur la genèse de la nouvelle, le contexte dans lequel elle a été écrite et l'état d'esprit de Robert E. Howard à ce moment-là... Même quand on n'est pas particulièrement familier de l'oeuvre de l'auteur (comme moi), c'est passionnant.

Une série à découvrir sans pression

Le choix de l'ordre de parution des albums semble avoir été mûrement réfléchi : dans La Reine de la côte noire on découvre le personnage de Conan et son amour, immédiat et inconditionnel pour la fougueuse Bêlit. Conan n'est pas un romantique (loin de là), mais l'histoire nous permet de comprendre un peu mieux le personnage. Par la suite dans Au-delà de la Rivière noire, on découvre son passé de colonisé, et son côté très sombre puisqu'il a participé à un massacre d'innocents. Cependant, Patrice Louinet m'explique qu'il est inutile de suivre l'ordre de parution des albums : chaque dessinateur a son style, et rien n'empêche de lecteur de se driger vers celui qui lui plait le plus.

"Il n'y a absolument aucune chronologie à l’histoire de Conan, elle ne constitue pas une saga, il n’y a pas de biographie de Conan. Il n’y a absolument aucune espèce d’importance dans l'ordre des tomes et rien ne nous empêche d'aller vers le tome qui nous intéresse le plus."

Le fait peut paraître surprenant mais Conan n'a pas d'histoire en particulier. Inutile de connaître sa famille, son passé, les aventures qui ont précédé... En plus de ça, c'est un tueur, motivé par son propre intérêt et sûrement pas un héros. Pourquoi alors rencontre-t-il un tel succès dans la culture populaire ?

"La popularité de ce personnage elle vient du fait que ses aspects négatifs ont été gommées par toutes les adaptations qu’il y a pu avoir. Il a été transformé dans la vision, mais quand on va dans le coeur même de l’oeuvre, on n’a pas un héros dans le sens recommandable du terme. Dans Au-delà de la Rivère noire il échoue parce qu’il a sous-estimés ses adversaires."

En ce sens, ce nouveau tome prévu pour demain est à titre personnel mon préféré. Conan y est moins infaillible et il y a une vraie réflexion sur la notion du rôle de "méchant". Même si Le Colosse noir reste une incroyable claque graphique, Au-delà de la Rivière noire m'a passionnée de bout en bout. L'album sera disponible au prix de 15 euros, toujours avec en fin de tome le cahier bourré d'anecdotes de Patrice Louinet.

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?