Interview > Richard Guérineau (Charly 9), l'interview

Richard Guérineau (Charly 9), l'interview

Franco-belge Le 07 dec 2013
0
par Elsa
Richard Guérineau (Charly 9), l'interview

Paru il y a une quinzaine de jours, Charly 9 rencontre déjà un beau succès (mérité), et fait même partie de la sélection d'albums en compétition pour Angoulême. Adapté du livre de Jean Teulé, retraçant la fin de règne de Charles IX, roi-pantin à l'origine du massacre de la Saint-Barthélémy, cette bande dessinée parvient à être à la fois très violente et très drôle.

On a déjà eu l'occasion de vous dire tout le bien qu'on en pensait en chronique, mais Richard Guérineau, l'auteur de cette adaptation, a eu la gentillesse de répondre également à nos questions.

Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

Après des études d’arts plastiques, j’ai publié mes premières bandes dessinées en 1994 chez Dargaud en collaboration avec Corbeyran. La série L’As de Pique, composée de 3 tomes, n’ayant pas eu un grand succès, nous avons changé de registre en réalisant Le Chant des Stryges aux éditions Delcourt, un thriller fantastique contemporain à l’atmosphère sombre et paranoïaque. Cette série, aujourd’hui devenue un classique, comptera au final 18 tomes. En parallèle, j’ai réalisé quelques one-shots co-scénarisés avec Henri Meunier, Après la Nuit, western crépusculaire et Le Troisième Jour, un péplum décalé.

Pourriez-vous raconter Charly 9 en quelques mots ?

Le récit évoque les deux dernières années du règne du roi Charles IX qui, sous la pression de sa mère et de ses conseillers, va ordonner le massacre de milliers de protestants lors de la Saint-Barthélemy et ne se remettra jamais d’avoir enclenché un tel déferlement d’horreurs.
C’est l’histoire d’un pauvre garçon qui ne voulait pas être roi et qui va faire une très grosse bêtise, en rester traumatisé jusqu’à la fin de ses jours et sombrer dans une folie grotesque et furieuse avant de mourir à 23 ans, malade, transpirant par tous les pores de sa peau le sang qu’il a fait couler durant son règne.

Qu'est-ce qui vous a donné envie d'adapter ce livre en bande dessinée ?

je suis très amateur des ouvrage de Jean Teulé, particulièrement ses romans historiques. J’aime le regard à la fois sérieux et goguenard qu’il porte sur les évènements et les personnages. Il est capable de raconter les pires horreurs sur un ton presque badin, ce qui donne un ton décalé, oscillant sans cesse entre l’humour et le tragique. Lorsque j’ai fait part à mon éditeur de cette envie d’adapter Teulé, il m’a suggéré d’attendre la parution de Charly 9 qui était en cours d’écriture. J’ai lu le bouquin à sa sortie et j’y ai tout de suite vu le potentiel nécessaire pour une adaptation en BD.



Comment s'est passé votre travail sur ce titre ?

La principale difficulté d’une adaptation, c’est de résumer 250 pages de roman en 120 pages de BD ! il faut dégraisser au maximum sans dénaturer le récit, ne garder que l’essentiel et faire le deuil de certains passages qui auraient moins de sens en images. La sélection faite, il faut ensuite réorganiser toutes ces séquences en un ensemble fluide et cohérent avant de passer à la mise en scène.

En plus du livre en lui-même, avez-vous effectué un gros travail de documentation sur l'époque et les personnages ?

Je n’ai jamais cherché à faire une BD purement historique, où la rigueur et la précision documentaire auraient pu m’enfermer dans un carcan étroit. Ce sont les personnages et la manière dont ils évoluent qui importent. Quant à la période, j’ai cherché à rendre une atmosphère XVIème siècle crédible, mais c’est surtout l’incroyable aspect graphique des costumes et des décors qui me fascine, plus que la justesse historique.

L'histoire de Charles IX a un côté tragi-comique très poussé, mais elle n'en reste pas moins réelle. Est-ce difficile de trouver le juste équilibre entre farce et réalisme dans la narration ?

La majorité des anecdotes racontées dans le roman sont historiquement avérées, prouvant encore une fois que la réalité peut facilement dépasser la fiction dans l’absurde. C’est justement cette alternance entre tragédie et comédie qui représentait un beau défi pour cette adaptation. J’espère que le lecteur aura la sensation permanente de prendre une « douche écossaise », ne sachant plus au final si c’est de la glace ou du feu qui lui est tombé dessus !

Charly 9 est par moment très dur, violent. De la même manière, est-ce compliqué d'avoir le juste dosage d'horreur pour bien la signifier sans rendre la lecture insoutenable ?

Dans le roman, Teulé parvient à nous plonger dans l’horreur tout en la maintenant à distance par un ton décalé et une écriture jubilatoire pleine d’ironie et d’humour. Je voulais rester fidèle à l’esprit de l’ouvrage dans mon adaptation mais je savais qu’en Bande dessinée, la puissance de l’image accentuerait forcément l’impact de la violence du récit. Pour rétablir l’équilibre, il m’a fallu jouer sur le contraste en exagérant par ailleurs l’aspect grotesque voire burlesque de certaines scènes.



Qu'est ce qui vous a donné l'idée d'inclure des hommages aux classiques de la bande dessinée ?

L’idée au départ était de créer une rupture de ton radicale. A ce moment du récit, les chapitres étant très courts et les anecdotes s’enchaînant très rapidement, je craignais qu’une monotonie s’installe dans le rythme de lecture. J’ai donc cherché à bousculer le lecteur par un virage graphique brutal, une embardée visuelle en forme de gag et de citation des bons vieux classiques franco-belges. Tout cela pouvant se justifier par l’expression de la folie grandissante du roi, c’était également une manière de signifier qu’en BD aussi, on peut tout se permettre.

Quelles techniques et outils avez-vous utilisé sur ce titre ?

Pour le dessin, je travaille sur papier avec feutres et pinceaux, et des sortes de lavis en niveaux de gris pour créer des modelés si besoin. Une fois les planches scannées, je pose des couleurs numériques en à-plats avec photoshop et je retouche les gris sur certaines parties du dessin. Les textes sont également réalisés sur ordi, à partir de ma propre typographie manuscrite.

Y'a-t-il d'autres personnages historiques dont le destin vous donnerait envie d'en faire une bd ?

J’y réfléchis sérieusement, cette expérience m’a donné envie de creuser dans cette direction. J’aimerais rester dans cette époque et dans l’entourage des puissants, d’un autre roi... Pourquoi pas le frère de Charly 9 qu’on voit dans la BD sous les traits du Duc d’Anjou et qui lui succèdera sous le nom d’Henri III, un personnage un peu plus sain d’esprit mais bien gratiné tout de même !

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
Charly 9
Charly 9 Charly 9 2013
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?