News > Découvrez les dix albums en lice pour le prix Landerneau BD 2019

Découvrez les dix albums en lice pour le prix Landerneau BD 2019

Franco-belge Le 24 oct 2019
1
par LiseF
Découvrez les dix albums en lice pour le prix Landerneau BD 2019

Tous les ans les espaces Culturel E. Leclerc remettent le prix Landerneau, récompensant une BD sortie dans l'année. Un jury de dix libraires, présidé par un auteur de BD, a la lourde tâche de choisir dans un premier temps une sélection de dix oeuvres. Cette année c'est Régis Loisel qui préside le jury, succédant ainsi à André Juillard. Et voici donc les dix albums nommés.

Dans la tête de Sherlock Holmes tome 1 de Cyril Liéron et Benoît Dahan chez Ankama
Le Château des Animaux tome 1 de Xavier Dorison et Félix Delep chez Casterman
Mécanique céleste de Merwan chez Dargaud
Senso d'Alfred chez Delcourt
Les Indes fourbes d'Alain Ayroles et Juanjo Guarnido chez Delcourt
Préférence système d'Ugo Bienvenu chez Denoël Graphic
Le dernier Atlas tome 1 de Gwen de Bonneval, Fabien Vehlmann, Fred Blanchard et Hervé Tanquerelle chez Dupuis
Zaroff de François Miville-Deschênes et Sylvain Runberg chez Le Lombard
Dans la forêt de Lomig, adapté de Jean Hegland chez Sarbacane
Le Vagabond des étoiles - Première partie de Riff Reb’s, librement adapté de Jack London chez Soleil

Si la sélection est de qualité, je me dois de souligner l'absence totale d'autrices dans cette liste. Pourtant, il y en a eu de bonnes BD écrites et/ou dessinées par des autrices cette année, comme La boîte de petits pois, Tant pis pour l'amour, La fille dans l'écran, Il fallait que je vous le dise, Une vie de moche... La problématique se généralise cette année, puisque la quasi-absence d'autrices a également été soulignée pour le prix Fnac-France Inter (il y a uniquement Gaëlle Hersent pour Le Boiseleur chez Soleil).

Ce qu'on remarque par ailleurs c'est que les oeuvres de femmes que j'ai cité ci-dessus sont toutes soi autobiographiques, ou alors elles racontent la vie d'une autre femme. Les oeuvres sélectionnées elles, ont des registres bien plus variés allant du fantastique à l'uchronie en passant par le post-apocalyptique. Alors où est-ce que ça cloche ? Est-ce que les éditeurs ne font confiance aux autrices que pour un nombre très restreint de registres ? Le fait est qu'en sélectionnant et en primant uniquement des hommes, la situations ne va pas s'arranger.

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?