News > L'auteur Quino s'oppose à l'utilisation de Mafalda par les anti-avortement en Argentine

L'auteur Quino s'oppose à l'utilisation de Mafalda par les anti-avortement en Argentine

Général Le 20 jul
1
par LiseF
L'auteur Quino s'oppose à l'utilisation de Mafalda par les anti-avortement en Argentine

En ce moment en Argentine, le débat fait rage autour de la légalisation de l'avortement. Après le référendum en Irlande en mai dernier, c'est au tour de ce pays de débattre sur le droit ou non des femmes à avorter gratuitement, en toute légalité et sécurité : le 8 août prochain, le texte sera voté au sénat. Pourquoi je vous en parle ici ? Parce que Mafalda, le personnage de BD de l'auteur argentin Quino, a été utilisée comme emblème par certains manifestants anti-avortement.

Mafalda est un personnage un peu particulier : créée en 1964, elle est peu à peu devenue célèbre dans le monde entier, grâce à ses dialogues cyniques et pleins d'esprit. Elle a beau être une gamine, Mafalda parle politique et réfléchit sur le sens de la vie. Et aujourd'hui elle apparait sur les bannières des anti-avortement, au mécontentement de son créateur.

On voit que Mafalda porte le foulard bleu clair, couleur du mouvement, affichant leur slogan "sauvons les 2 vies". À côté est affiché un portrait de Quino et cette prétendue citation (merci à Anouk pour la traduction) :

On m’a appris qu’on utilise sans ma permission l’image de Mafalda au sein de la campagne pour la légalisation de l'avortement (chose qui me met en colère). J’aimerais dire que Mafalda sera toujours en faveur de la vie. Pour cette raison, ne lui mettez pas un foulard vert, sa couleur est celle du ciel.

Le foulard vert fait référence au mouvement des pro-avortement. L'auteur lui-même affirme ne avoir prononcé cette phrase, comme on l'apprend par l'AFP :

"Des images de Mafalda portant le foulard bleu symbolisant l’opposition à la loi sur l’interruption volontaire de grossesse ont été diffusées. Je n’ai pas donné mon autorisation, cela ne reflète pas ma position et je demande qu’elles soient retirées. J’ai toujours suivi les causes des droits de l’Homme en général et les causes des droits des femmes en particulier, et je leur souhaite bonne chance dans leurs revendications."

Si l'utilisation non autorisée d'une mascotte a quelque chose de rageant, le fait qu'un artiste aussi important se prononce publiquement en faveur des droits des femmes est quand même positif. Peut-être que ses paroles influeront sur le vote du sénat ?

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?