News > Le secteur de la bande dessinée est en plein essor... ou pas ?

Le secteur de la bande dessinée est en plein essor... ou pas ?

Général Le 24 oct
1
par LiseF
Le secteur de la bande dessinée est en plein essor... ou pas ?

La semaine dernière, le petit monde de la bande dessinée a été secoué par une polémique dont il se serait bien passé. En cause, une dépêche de l'AFP sur l'industrie de la bande dessinée, qui serait "en plein essor" selon son rédacteur. Vous l'aurez peut-être remarqué si vous traînez sur différents sites d'information, de nombreux médias achètent des dépêches à l'AFP pour garder un flux constant d'actualités. Ainsi, on peut retrouver exactement le même article, partout sur le web.

C'est une technique très présente sur internet, et le but de cet article n'est pas d'en discuter. Ce qui pose problème ici, c'est plutôt le fond de l'article. En effet, la dépêche parle d'un secteur affichant "une forme éclatante" face à un "un marché de l'édition morose". Le papier s'appuie sur une étude du Syndicat national de l'édition, étude dont nous nous sommes d'ailleurs servis sur 9emeArt pour parler du profil type du lecteur.

L'article prend en exemple le dernier tome d'Astérix, imprimé en cinq millions d'exemplaires. Un exemple discutable puisqu'Astérix est une licence extrêmement connue du public, et consommé par énormèment de monde (et pas uniquement par les lecteurs réguliers de bande dessinée).

Le problème, c'est que l'article ne prend pas en compte la situation des auteur•es. Denis Bajram, l'auteur d'Universal War One et Two, s'est fendu d'une critique sans détour sur Facebook. Le bédéiste n'en est d'ailleurs pas à son coup d'essai, puisqu'il s'exprime régulièrement sur la situation des auteurs en France :

AFP n'a interrogé que les gros éditeurs. Mais pourquoi aurait-elle demandé leur avis aux auteurs, par exemple ? Non, non, ces auteurs ne sont définitivement bons qu'à faire des livres et qu'à se précariser dans leur coin en silence…

Le fait est que oui, le marché de l'édition BD est croissant. Mais derrière ces albums qui fleurissent en librairies se cachent des auteur•es qui galèrent : Plus de 50% des auteurs de bande dessinée vivent sous le SMIC, 36% vivent sous le seuil de pauvreté, et les femmes en particulier sont extrêmement désavantagées. Francis Forge de France Info a décidé de réagir aux remarques de Denis Bajram en rédigeant un papier prenant le contrepied de la dépêche AFP Le marché de la BD se porte bien, pas les auteurs. Un texte hyper constructif que je vous conseille de lire sans hésiter !

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?