News > Précarité des artistes-auteurs : les mesures annoncées par Franck Riester peinent à convaincre

Précarité des artistes-auteurs : les mesures annoncées par Franck Riester peinent à convaincre

Général Le 18 fev 2020
4
par LiseF
Précarité des artistes-auteurs : les mesures annoncées par Franck Riester peinent à convaincre

Fin janvier Bruno Racine remettait son rapport au ministre de la culture Franck Riester : dans ce dossier, on découvrait une analyse détaillée de la situation des artistes-auteurs en France et un ensemble de suggestions pour remédier à la précarité qui touche ces métiers. Par la suite, le ministre avait annoncé qu'il dévoilerait ses mesures le 18 février à 11h.

Les mesures ont donc été annoncées : sur le compte twitter du ministre, elles ont été détaillées en quatre grands axes de développement. Il s'agit de garantir et développer les droits sociaux fondamentaux des artistes-auteurs, de faire évoluer les modèles pour améliorer leur situation économique, leur donner plus de représentation et d'expression dans les négociations, et mettre en place un suivi plus efficace de la part du ministère de la culture. Si ces quatre intentions sont louables, le problème est que les "décisions" sont... nébuleuses.

En effet cette déclaration manque de vrais actes concrets. C'est d'ailleurs ce qu'a affirmé Samantha Bailly, présidente de la ligue des auteurs professionnels, dans une première analyse.

Un exemple : le ministre affirme que "les festivals de bande dessinée doivent s'engager dans une programmation qui donne plus de place à la participation des auteurs". Mais aucune mesure concrète n'est donnée pour avancer sur cette piste. Sans compter que les auteurs sont déjà largement associés aux festivals, le problème est plus que certains aimeraient être payé pour ça. Autre exemple de mesure nébuleuse :

"L'Etat se doit aussi d'être exemplaire en matière de représentation. J'adresserai prochainement un courrier aux établissements publics du ministère de la culture et aux DRAC pour rappeler le nécessaire respect de ce principe."

Lorsque les auteurs ont manifesté durant le festival d'Angoulême, il s'attendait probablement à des projets de lois, des circulaires, mais pas à des "courriers de rappels". L'ensemble des annonces est vraiment léger au regard de l'urgence de la situation, pourtant très bien expliqué initialement dans le rapport Racine. Côté bande dessinée, il en faudra plus pour convaincre : suite à la remise des prix du FIBD, plusieurs auteurs comme Fabien Vehlmann, Gwen de Bonneval et Thomas Cadène avaient affirmé qu'ils ne viendraient pas au festival l'an prochain en l'absence de mesures concrètes.

Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?