News > La transformation de Freezer en Super Saiyan est-elle une hérésie ?

La transformation de Freezer en Super Saiyan est-elle une hérésie ?

Manga Le 03 mars 2015
17
par Sullivan
La transformation de Freezer en Super Saiyan est-elle une hérésie ?

"Au dessus c'est l'Genkidama."

Attention, vraie question. Dévoilée hier au cours d'un teaser qui précédait l'arrivée d'une nouvelle bande-annonce bourrée de personnages ce matin, la nouvelle transformation de Freezer soulève un (petit) débat dans l'immense fanbase de Dragon Ball. Pour placer les choses simplement, Freezer se transformerait en Super Saiyan (le conditionnel n'est pas de trop face à Dragon Ball, capable d'inventer un twist qui n'impliquerait pas les habitants de la planète Vegeta, comme les pouvoirs de Bills par exemple), après avoir tenté de soudoyer le meilleur ennemi de Goku pour qu'il prenne la tête de son armée reformée. 

Et si la perspective d'un Freezer aux gènes Saiyens choque de nombreux fans - moi le premier, il faut accepter que ce prochain film Dragon Ball n'est qu'un tube à essai des fantasmes de Toriyama et des ayants-droits, qui se payent un dernier (?) plaisir avec une série qui fête ses 30 ans cette année - et qui célébrait hier l'anniversaire de sa première diffusion en France

Il faut le rappeler, c'est bel et bien l'auteur de Dragon Ball qui signe le scénario de ce Dragon Ball - Resurrection of F, lui qui est obsédé par son tyran galactique depuis les premières heures de ce que l'on appelle aujourd'hui Dragon Ball Z. Déjà (tristement) revenu le temps de quelques OAVs ou via Dragon Ball GT, Freezer se paye ici la chance de passer une nouvelle fois dans les mains de son vrai papa, lui qui rappelle son lien profond à la race alien dont font partie Goku et Vegeta. De là à se transformer en "Super Guerrier" ? C'est vrai que c'est finalement un peu too-much, mais il faut davantage voir dans ce film une énième proposition hors-continuité, dans un best-of qui mettra notamment en scène Jaco The Patrolman, le dernier personnage créé par Toriyama lui-même, en 2012. Une preuve supplémentaire qu'il s'agit ici d'un plaisir coupable, devant un métrage un peu what the fuck, mais animé avec les techniques d'aujourd'hui. Et voir Goku en HD, ça n'a pas de prix.

galerie photo Auteurs & Mots clés
les dernières news
les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?